Archie Shepp – Attica blues


  • CRITIQUE/
« Les passions exprimées par la musique sont sans doute moins évidentes, mais peut-être plus fortes que des passions verbalisées. Elles expriment une autre vision du monde. » Archie Shepp

Voici un disque fort… tant le sujet est électrique ! 

George Jackson, membre des black panthers, vient de se faire assassiner en voulant s’échapper de la prison de Saint Quentin ; un soulèvement de prisonniers fait suite dans un centre de rétention de l’état de New York : Attica !  Un sénateur zélé viendra faire taire cette révolte avec l’aide de l’armée.

Voilà la toile de fond de ce disque, d’où la réaction anti-raciste du saxophoniste de free jazz à cette violence.

C’est un disque très soul aux portes de la tradition musicale noire américaine. Mais c’est surtout le premier titre éponyme de l’album qui me touche, avec une tension perceptible, qui ne laisse pas insensible.

Mingus réagira aussi à ce fait divers en écrivant « Remember Rockefeller at Attica » sur l’un de ses albums « Changes one ».

Un disque manifeste à la cause noire américaineOcollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Attica blues….

Steam……

Blues for Brother George Jackson …..

Ballad for a Child (paroles de Harris) …..

Quiet Dawn (Massey)…..


Septembre 1971, un soulèvement de prisonniers éclate dans centre correctionnel d’Attica dans l’État de New York. Cette mutinerie qui se déclare peu de temps après l’assassinat du militant des Black Panthers, George Jackson, implique de nombreux détenus afro-américains dans un contexte de revendication des droits civiques, en protestation contre le racisme. La répression sera violente et fera des victimes puisque le gouverneur Nelson Rockefeller fera intervenir l’armée pour mettre fin à cette révolte d’être humains qui demandaient à être traités comme tels et non « comme des bêtes »…

Cet événement dramatique mit en émoi de nombreux musiciens afro-américains. On se souviendra, par exemple, de la composition de Charlie Mingus « Remember Rockefeller at Attica » dans l’album Changes One en 1975…

Musicien engagé, Archie Shepp se révolte lui aussi et veut marquer son indignation à travers la musique. Dès janvier 1972, il enregistre Attica Blues. Il s’agit d’un cri de révolte marquant et surprenant car, alors qu’on aurait pu s’attendre à un souffle de rage dans la plus pure veine du free jazz, le saxophoniste puise à la source des musiques populaires (blues, gospel, rhythm’n’blues, soul music…) pour créer une œuvre singulière, au carrefour des genres, presque œcuménique : « Attica Blues ».culture jazz

————————–

  1.  Attica Blues (paroles de Beaver Harris) 4:48
  2.  Invocation: Attica Blues (Harris) 0:20
  3. Steam (Part 1) 5:16
  4. Invocation to Mr. Parker (paroles de Bart Gray) 3:07
  5. Steam (Part 2) 5:09
  6. Blues for Brother George Jackson 4:00
  7. Invocation: Ballad for a Child (Harris) 0:29
  8. Ballad for a Child (paroles de Harris) 3:37
  9. Good Bye Sweet Pops (Cal Massey) 4:22
  10. Quiet Dawn (Massey) 6:11

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s