Fela « Anikulapo » Ransom Kuti – Black President


01badf12d8384f57c5dabd3caf7ad13b

CRITIQUE/ C‘est par cette compilation sortie en 1981 et enregistrée fin des années 70, que j’ai découvert le roi de l’afro-beat et plus généralement la musique africaine, attiré par cette pochette qui annonçait franchement la couleur…

Fela c’était la voix des opprimés du Nigéria, pays d’Afrique le plus peuplé par rapport au nombre d’habitants au m2 et un des plus riches du continent. Il combattait sur tous les fronts : l’hégémonie du monothéisme (revendiquant sa culture animiste d’origine yoruba), mais aussi l’exploitation occidentale aidée par des renégats locaux protégés eux même, par un régime militaire violent. Sa mère avant lui avait déjà combattu en tant que femme politique ces dérives socialement ravageuses. Ses enfants Sean et Femi ne prendront réellement pas la relève contestataire,  mais parlons de musique…

Quand on écoute ce disque, on écoute la révolution en marche, doucement mais sûrement. Le rythme de batterie afro-beat (tenue par Tony Allen jusque fin 70) est omniprésent et accompagne des morceaux qui durent… Comme dans la musique orientale, le chant arrive généralement après plusieurs minutes, ponctué par des cuivres, le son d’un piano rhodes, d’un orgue, de choristes ou du saxophone du boss.

Enivrante et répétitive, cette musique s’étale jusqu’à ce que la voix suave du chanteur rentre en jeu, assénant son réquisitoire contre l’oppression et l’injustice.

Fela reste un artiste majeur de la culture musicale noire. Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Sorrow, Tears And Blood……

Colonial Mentality……

I.T.T. (International Thief Thief)……

——————————————————

Concert auquel j’ai assisté en 1984 au Zénith de Paris :

————————–

Black President est un album de Fela Kuti, paru en 1981.

Durant les années 1980, Fela Anikulapo Kuti commence à mieux se faire connaître du public occidental et tout particulièrement du public européen. Dans cet album Fela Kuti s’engage – comme à son habitude – contre le colonialisme et le gouvernement militaire du Nigeria.

Historique

Fela Anikulapo Kuti (connu aussi simplement sous le nom de Fela), né le 15 octobre 1938 à Abeokuta (Nigeria) et mort le 2 août 1997 à Lagos (Nigeria), est un chanteur, saxophoniste, chef d’orchestre et homme politique nigérian.

Fondateur de l’organisation République de Kalakuta au Nigeria, il est considéré comme l’inventeur de l’afrobeat, fusion des éléments afro-américains du funk, du jazz, de la musique d’Afrique occidentale, de la musique traditionnelle nigériane et des rythmes yorubas.

Dans un Nigéria à peine sorti de la guerre du Biafra, propulsé en quelques mois au rang des plus grand exportateurs de pétrole, Fela Kuti figurait comme un artiste engagé contre la corruption, la dictature et le pouvoir des multinationales dans son pays.

Populaire auprès des laissés-pour-compte des ghettos de Lagos, le Black President se sert de la musique comme d’une arme pour brosser un sombre tableau des mœurs socio-politiques. Ses morceaux, qui durent en moyenne un quart d’heure sont accompagnées de paroles en pidgin — l’anglais du petit peuple — contre la dictature militaire, la corruption qui gangrène les élites et décrivent aussi la misère de la rue. Au-delà de ces tableaux sombres, Fela Kuti suggère aussi aux Africains de conquérir leur liberté par un retour aux sources qui leur rendra leur identité et leur vérité.

Fela Kuti allie le jazz et la soul aux rythmes locaux, le ju-ju et le highlife qui donnent naissance à l’afrobeat. Sa popularité s’étend bientôt au-delà même des frontières du pays. Mais très vite, il va s’attirer les foudres du pouvoir militaire qui supporte très mal ses satires. Après la sortie de son album antimilitariste Zombie (1976), sa propriété baptisée Kalakuta Republic est entièrement rasée dans un raid militaire au cours de laquelle sa mère âgée de 78 ans est défenestrée. Elle succombera quelques mois plus tard des suites de ses blessures. Fela Kuti est plusieurs fois jeté en prison et torturé. (la suite sur Wikipédia).

————————–

Sorrow, Tears And Blood 10:10
Colonial Mentality 13:30
I.T.T. (International Thief Thief) 18:20

Compilation of vocal tracks from “Sorrow, Tears And Blood”, recorded and released in 1977, Kalakuta Records KK 001, and “ITT (International Thief Thief)”, recorded in 1979, Kalakuta Records KALP 002.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s