Mas’oud Shaari – Setar / vol.3


393886_172162959551976_798936753_n

  • CRITIQUE/

N’ayant pas trouvé sur internet des extraits du disque présenté cette semaine, je me suis redirigé vers la vidéo de cet excellent musicien, joueur de setar, qui restitue au mieux l’ambiance du disque.

L’Iran souvent décrié pour sa politique ou sa position vis-à-vis des femmes reste malgré tout un grand pays de culture.

Ici c’est le setar ( genre de guitare à long manche) qui s’impose avec un son cristallin et envoûtant, un mélange de musique arabe et indienne qui vient conquérir nos tympans, avec des mélopées qui ne s’arrêtent  jamais et nous content une histoire qui remonte à la nuit des temps. C’est une musique classique ancienne certes, mais improvisée.

Au delà des concepts musicaux occidentaux, beaucoup ne prêtent malheureusement pas attention à la richesse de cette culture et reste dans leurs stéréotypes bien convenus.

Pourtant voici un disque qui fait partie de mes pépites ! Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Esfahan……

————————–

Massoud Shaari est né en 1961 à Téhéran, en Iran. De l’enfance même, il était profondément attaché à la musique iranienne et a commencé à apprendre Santur à l’âge de treize ans, enseigné par l’artiste perdu Manijeh Ali-pour. Après un certain temps, il se tourna pour apprendre Setar, contrôlé par Dariush Talai et a continué à jouer depuis. En 1982, il a commencé l’apprentissage Tar, enseigné par Mohammad Reza Lotfi, à travers lequel il fait la connaissance de l’art des systèmes traditionnels iraniens de musique (radif) et ses mystères. Dans l’intervalle, il a été honoré d’être formé par le maître Bahari et a passé tout en jouant de vieux morceaux avec lui.

Grand intérêt pour Setar le conduisent à Hossein Alizadeh, et en fait sa promotion artistique est redevable à ce maître précieux de la musique iranienne. Quant au fait que, dans son enfance, il avait également été formé par certains maîtres remarquables comme Hormozi et Forutan, a réussi à se familiariser pleinement et habitués à la musique classique iranienne et découvert ses délices et de beautés. Shaari a toujours essayé de reconstruire les œuvres des maîtres des pionniers de la musique et ce but élevé conduit à la création de deux albums, « Shabahang » et « Karevan-saba».

Dans Shabahang nous pouvons voir l’improvisation Radif (systèmes de musique traditionnelle iranienne), ainsi que la reconstruction des œuvres de certains maîtres comme Roknneddin Mokhtary, Saba, Hormozi et Forutan. Dans Karevan-Saba, l’objectif principal est l’interprétation de quelques morceaux de musique pour setar, à l’origine composée par le maître Saba pour violon.

Shaari a toujours essayé d’enseigner la musique classique iranienne et a été impliqué dans Setar frais de scolarité depuis 1981 dans les centres d’art réalisés par les secteurs privé et public. A cet égard, il a formé de nombreux apprentis qui suivent son école artistique. Maintenant, il enseigne en privé, ainsi que dans l’Université Azad, et le centre artistique de Kamkars Ensemble. Il suit sa méthode d’enseignement spécial (qui est sous publier.)

Massoud Shaari, avec son contrôle complet sur la musique traditionnelle persane, a essayé de restaurer les mélodies et les rythmes de la musique traditionnelle persane presque oubliés, et la confronter avec de la musique et des modes d’interprétation contemporaine.
Il semble que sa vision de la musique est absolument libre, et il essaie de restaurer les éléments perdus de la musique iranienne tels que des rythmes et des mélodies oubliées, et les mélanger avec de la musique moderne.

Au cours des dix dernières années, il a enseigné Setar et la théorie de la musique traditionnelle persane dans différents endroits: Université Azad, « Kamkar » centre musical, et dans divers autres centres musicaux dans les secteurs privé et public . massoudshaari.

————————–

01 Bayet-e esfahân: Pîchdrâmad de maître Asqar Bahâri
02 Darâmad
03 Jamehdarân
04 Châhâr-mezrâb de maître Abol HassanSabâ
05 Bayât-e râjeh
06 O shâq
07 Châhâr-mezrâb -avâz-e shur de maître Saïd Hormozi
08 Suz-o-godâz
09 Masnavi
10 Châhâr-mezrâb en deux parties de maître Abol Hassan Sabâ
11 Dastgâh-e sagâh: Pîchdarâmad de maître Yussef Forutan
12 Darâmad
13 Kereshmeh
14 Zang-e shotor
15 Zâbol
16 Châhâr-mezrâb
17 Muyeh
18 Mokhâlef
19 Zarbi [extrait de pîchdarâmad segâhde maître Roknodin Mokhtâri]
20 Maglub
21 Maghmeh-e maglub
22 Zarbi
23 Hazin
24 Muyeh
25 Zang-e shotor de maître Abol HassanSabâ
26 Sâmâni de maître Abol Hassan Sabâ
27 Bahâr mast de maître Abol Hassan Sabâ

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s