Na Hawa Dumbia – La grande cantatrice du Mali vol. 1

Poster un commentaire

31 janvier 2021 par OC


.CRITIQUE/

Cette artiste Malienne chante le quotidien des femmes africaines : l’amour, les mariages forcés, la polygamie… Après avoir gagné un concours, elle est devenue star en son pays, et est considérée depuis les années 80 comme l’une des grandes interprètes d’Afrique.

En comparaison avec la musique pop anglo-saxonne, la musique africaine d’aujourd’hui, résultante de la modernisation de l’Afrique et issue de nos ex-colonies, n’a jamais eu la même place médiatique et à vrai dire n’intéresse pas grand monde !

Outre les générations qui on déjà entendu parler de Myriam Makeba ou celles plus récentes d’Angélique Kidjo, je ne parlerai pas en plus d’Oumou Sangaré ou de Saly Sidibé, admirables chanteuses de la région malienne du wassoulou.

Na Hawa Dumbia fait partie de ces immenses artistes africaines ; elle est ici accompagnée par son mari à la guitare. Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Tou dibile…

Nianimanjougou…


Nahawa Doumbia, née en 1960 à Mafélé, près de la frontière de la Côte d’Ivoire est une chanteuse malienne.

Biographie
Elle grandit au sein d’une famille n’appartenant pas à une caste de chanteurs. elle se fait cependant un nom en participant à plusieurs concours régionaux et locaux (« Semaines de la Jeunesse », « Biennale de la Jeunesse », « Concours Découvertes RFI »).

A grandi à Bougouni, chef-lieu du Wassoulou, au sud de Bamako. A 22 ans, en 1982, elle publie son premier album « La grande cantatrice malienne » accompagnée par son mari N’gou Bagayoko à la guitare.
Dans la même année, elle sort un deuxième album « Vol 2 » ainsi qu’un troisième « La grade cantatrice malienne Vol 3 » avec une fusion entre instruments traditionnels et sons électriques.

Nahawa Doumbia est depuis les années 80 une des chanteuses les plus populaire du Mali.
Elle chante l’amour, mais aussi les conditions de vie parfois difficiles de la femme malienne, notamment la polygamie ou les mariages forcés.

L’alliance du respect de la tradition à une volonté de faire évoluer les mœurs fait de Nahawa Doumbia une chanteuse des plus attachantes, comme en témoigne le succès de plus en plus grand qui accompagne sa carrière.

H. Lecomte (réalisateur d’un documentaire consacré à la chanteuse)
elle gagné la premiere place au concours nationale avec la chanson Tinye De BE Laben (La triomphe toujours) . wikipedia

Nahawa Doumbia est l’une des chanteuses maliennes les plus marquantes de ces quatre dernières décennies. Son travail passe par des étapes progressives d’évolution musicale et de vogues sonores, ce qui le rend difficile à résumer ou même à comprendre. Elle a joué un rôle dans la musique populaire depuis la fin des années 70, lorsque sa version de la musique du Wassoulou s’est développée, passant d’un duo voix/guitare à des groupes de tournée à grande échelle, avec un punch électrique et bombardé. Comme Doumbia le dit, « Ma musique a changé plusieurs fois jusqu’à aujourd’hui… Plus j’ai progressé dans ma carrière musicale, plus j’ai eu d’instruments pour accompagner mes chansons ».

La Grande Cantatrice Malienne Vol 1 revient sur le début de la longue carrière de Doumbia, lorsque sa voix était remarquablement forte tout en étant encore en développement. C’était avant qu’elle n’ajoute la basse et les percussions, et enfin la guitare électrique et les synthés pour lesquels elle s’est fait connaître ces dernières années.

Elle chantait de la musique traditionnelle depuis le début de son adolescence à Bougouni. Doumbia s’est produite avec des troupes culturelles tout au long de sa jeunesse et a attiré l’attention des responsables de Radio Mali qui l’ont inscrite à un concours de Radio France International, Découverte 81 à Dakar, qu’elle a remporté. Qu’elle le sache ou non, en tant que jeune femme originaire d’une ville située à plusieurs heures de la capitale du Mali, Bamako, elle était destinée à une carrière de tournée mondiale à l’avant-garde de la musique populaire malienne.

Sorti en 1981 par l’excellent label ivoirien AS Records, la chanteuse avait à peine 20 ans lors de son enregistrement. Elle est accompagnée par son futur mari N’Gou Bagayoko à la guitare acoustique, dont le style fait écho aux passages agile des joueurs de kamele n’goni traditionnels. La simplicité absolue de cet enregistrement très intime – l’acoustique de la pièce, les voix parfois rouges – n’obscurcit pas la force mature de sa voix. Sur le Vol 1, Doumbia interprète ses chansons avec la ténacité et la faim d’une jeune artiste en pleine ascension.

« Quand j’y pense, tout d’abord, je me rappelle combien c’était il y a longtemps. C’est un des albums que j’aime le plus parce qu’il me rappelle ma jeunesse. J’étais si jeune et ma voix était légère et joyeuse. J’écoute encore certaines de ces chansons aujourd’hui. Je suis vraiment fier de ce premier album parce que c’est là que tout a commencé. Il me montre le chemin parcouru dans ma vie personnelle et artistique ; il me donne le courage dont j’ai besoin pour continuer à avancer, et me fait apprécier toutes les années de dévouement et de travail acharné que j’ai consacrées à ma carrière musicale.

« 
Ces premières chansons sont rythmées par la guitare sensible de Bagayoko, dont les doigts effleurent le manche et soulignent doucement les mélodies. Bien que ce disque soit antérieur à l’utilisation des percussions par le chanteur, le rythme didadi squelettique et entraînant est apparent dans les chansons. Des albums ultérieurs comme le Vol 3 accordent une plus grande priorité au rythme didadi de sa ville natale et le résultat l’a rendue célèbre.

Traduction du texte de la couverture arrière :

Nahawa Doumbia est née en 1960 à Mafele, dans l’unité administrative de Manankoro, cercle de Bougouni en République du Mali. En raison de la perte cruelle de sa mère une semaine avant sa naissance, elle a rapidement trouvé l’inspiration auprès de son entourage. Ce qui lui a donné l’inspiration pour les chansons. Nahawa Doumbia a rapidement travaillé pour la troupe théâtrale de son quartier. À plusieurs reprises, elle s’est produite pour sa région à la biennale des arts et de la culture du Mali à Bamako. Après plusieurs participations aux « nuits des vedettes », elle a participé en 1978 et 1980 à des concours en tant que chanteuse solo et a remporté respectivement la 3e et la 1e place. Sa renommée a dépassé les frontières nationales. Elle a également participé au plus grand concours appelé « Découvertes 81 ». Ce concours était organisé par Radio France International et comportait une vingtaine d’émissions en provenance d’Afrique et de l’Océan Indien afin de promouvoir la langue française. Elle a remporté le prix de l’ICA (Institut Culturel Africain) pour la meilleure chanson d’inspiration traditionnelle. Elle a déclaré : « Je ne veux pas inspirer le rire ou la danse, mais éduquer à travers ma chanson ».

Courage à Nahawa Doumbia car cette tâche est très difficile. – N. Bagayoko

Quand je sors mon premier album, je rends hommage à Souleymane Sangaré et à Siraba Togoba. 
- Nahawa Doumbia
 macos/deepLFree.translatedWithDeepL.text

————————–

1.Kourouni 07:33
2.Tou Dibile 02:32
3.Tjefouroule 04:46
4.Djankonia 08:08
5.Nianimanjougou 04:48
6.Sokono Woulouni 04:51

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez 122 autres abonnés

Traduire, translate, traducir, 翻译, תרגם ,ترجمة

Prochain post

24 octobre 2021
7 jours restants.

Archives

Commentaires récents

OC dans Patrick Coutin – Co…
Bogosse76 dans Patrick Coutin – Co…
Lattlay Fottfoy dans Dogs – Walking shad…
Montigo Julio dans The Ethiopians – Engine…
maximemaillard dans Abbey Lincoln – Painted…

sur téléphone

Stats

  • 34 327 visites
©Copyright tous droits réservés disquesdumoi - 2015-2021
%d blogueurs aiment cette page :