Magazine – Real life


magazine07

  • CRITIQUE/

Entrons enfin dans la « vraie vie », avec un disque qui fait partie des must du genre, il y a évidemment toujours les rédhibitoires aux sons de synthés, mais… la musicalité, le concept et l’esthétique de ce disque prennent le dessus et rendent cette considération bien relative.

A l’époque, le punk s’intellectualise sous différentes formes et « Magazine » fait partie de cet esthétique qui m’est particulièrement chère. C’est en la personne d’Howard Devoto (chant) venant des Buzzcocks que la magie opère dans ce disque concept.

Dès l’intro, il n’est pas difficile de comprendre que cet enregistrement restera ! Les morceaux s’enchaînent dans une parfaite cohérence rythmique, harmonique et mélodique… Cet album n’a pas pris une seule ride, malgré les 38 ans qui nous séparent de ce « caviar » musical post punk.  Magistral !  Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Full album……

————————–

Voilà un groupe qui en 1978 nous dévoile son talent que je qualifierais de punk esthétique, un peu comme Wire, Ultravox, Boomtown Rats, XTC ou encore Pere Ubu fin des années 70.

Rythmes entraînants, sonorités nouvelles pour l’époque, mais pour aujourd’hui aussi… des envolées mélodiques, des bons délires au piano, saxophone et orgue et des textes poétiques.

Dès le premier morceau « Definitive Gaze » on comprend que cela traverse les générations.

« My Tulpa » rappelle un peu Bowie, le riff de l’assimilé hit « Shot By Both Sides » ne peut que nous transporter, « Recoil » est carrément plus punk avec son rythme binaire mais des breaks originaux rendent ce morceau tout de suite plus savoureux, « Burst » est probablement inspiré de Hunky Dory de Bowie, « Motorcade » est un morceau d’ambiance new-wave bien rythmé, accéléré à mi-chemin et ralenti pour le dernier mouvement, la valse style cabaret « The Great Beautician In The Sky » ne peut pas non plus laissé indifférent, le probable 2nd hit de l’album, « The Light Pours Out Of Me » commence par une basse bien lourde et est adouci voire délivré par des bons riffs à la guitare, l’album se termine par « Parade », un très beau morceau au piano et guitare d’ambiance.

Contrairement à Pink Flag de Wire, Real Life ne propose que 9 plages mais toutes d’environs 5 minutes et chacune d’entre elle est riche et variée, rien de téléphoné, que de la surprise et de la vérité.
Un album très surprenant, pas du tout linéaire. Si Magazine n’est pas aussi commercialisé, que Roxy Music, Talking Head, Clash, de part la difficulté de faire aborder le vrai art à un large public – et c’est tant mieux quelque part – il reste une petite pépite de cette période post-punk. Puis bien sûr ce sont de grands noms : Howard Devoto (chant) venait des Buzzcocks, John Mcgeoch (guitares, saxophone) est passé chez Visage, Siouxsie, PIL, Dave Formula (claviers) également chez Visage, Barry Adamson (basse) Visage et rejoint Nick Cave And The Bad Seeds, John Doyle (batterie).

Alors si vous avez une quelconque attirance par certains de ces groupes, n’hésitez pas à vous plonger dans l’éphémère carrière de Magazine : chef-d’œuvre !!! par IsidoreDeVinck.

————————–

1.     Definitive Gaze     4:25
2.     My Tulpa     4:47
3.     Shot by Both Sides     4:01
4.     Recoil     2:50
5.     Burst     5:00
6.     Motorcade     5:41
7.     The Great Beautician in the Sky     4:56
8.     The Light Pours Out of Me     4:36
9.     Parade     5:08

Musiciens
Howard Devoto : chant
Barry Adamson : basse
Dave Formula : claviers
Martin Jackson : batterie
John McGeoch : guitare et saxophone

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s