JB . Lenoir – Down in Mississippi


tumblr_n1yxlzNA521t12p91o1_500

  • CRITIQUE/

Voici un disque de Chicago blues acoustique avec un musicien qui m’inspire une forme de tendresse, comme je peux l’avoir pour Mississippi John Hurt, Skip James ou Elisabeth Cotton.  C’est inexplicable…

Cela vient sûrement de la douceur qui se dégage de la voix de ce chanteur qui mêle blues et rythm’n’blues avec un jeu de guitare qui sautille dans la grande tradition texane à la Lighgnin Hopkins.

Affublé d’un costume aux motifs zébrés, cette excentricité vestimentaire lui plaisait plus que tout. Après avoir joué avec des stars du blues comme Sonny Boy Williamson, Memphis Minnie, Big Maceo, Elmore James, Muddy Waters, il peut encore espérer la gloire en enregistrant cette galette en 1966, mais le sort en est tout autre.

Un accident de voiture dans les mois qui suivirent ne laissèrent pas présager qu’il décédera très rapidement, à 38 ans en 1967, d’une hémorragie interne due à son accident. 

Que sa fraicheur vous illumine !  Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Full album……

Le morceau de John Mayall en l’honneur de ce bluesman « The death of JB Lenoir »

————————–

Naissance de J.B. Lenoir à Monticello, Mississippi le 5 mars 1929.

Influencé par Arthur « Big Boy » Crudup et lightning Hopkins, c’est surtout grâce à son père, Dewitt Lenoir, un bluesman d’un certain renom dans le Mississippi que J.B apprend la guitare dés ses 8 ans.

En 1940, Il quitte sa famille pour tenter sa chance dans le monde du blues. Il voyage dans les Etats du Sud.

En 1944, J.B. Lenoir se produit au New York Inn de La Nouvelle Orléans avec Rice Miller (Sonny Boy Williamson II) à l’harmonica, Elmore James à la guitare.

En 1949, Il s’installe à Chicago où Il fait la connaissance de Big Bill Broonzy, qui s’occupera de sa carrière. Il joue également avec Muddy Waters, Memphis Minnie et Big Maceo.

En 1950, Il forme son premier orchestre, le J.B. Lenoir and his Bayou Boys. Sunnyland Slim est au piano, Leroy Foster à la guitare et Alfred Wallace à la batterie

En janvier 1951, grâce à Memphis Minnie, l’orchestre de JB enregistre ses premiers 78 tours pour JOB (la bande sera racheté par Chess) « Deep in Debt Blues », « Carrie-Lee », « My Baby Told Me » et « Korea »…

En 1953, J.B. Lenoir grave The Mojo, sur son experience en Louisiane.
L’année suivante, il enregistre le « Eisenhower Blues », violent réquisitoire contre la politique américaine. Le disque sera censuré, et J.B. Lenoir devra changer le titre en « Tax Paying Blues ».
la même année, « Mama, Talk to Your Daughter » entre dans les charts

Entre 1955 et 58, JB signe chez Chess et ensuite, début 1960, enregistre pour Vee Jay le concurent le plus sérieux de Chess (« Oh Baby », « It’s the Thing », « What Can I Do » et « Do What I Say »)

Vêtu d’un long manteau zébré de stries noires, multipliant les boogies endiablés, sa voix de tête dominant une formation emmené par deux saxophones aussi « Hurleurs » que leur leader, telle est l’image de JB Lenoir dans les clubs de Chicago de 1950 à 62.

Sa musique étrange, mêle le chicago blues de Muddy Waters avec les sonorités cuivrées des orchestres de rythm & Blues…

En 1963, J.B. Lenoir fonde son African Hunch Rythm avec notamment Lafayette Leake au piano, Willie Dixon à la basse et Willie Smith à la batterie. Il se produit également au Fickle Pickle de Chicago.

Cela dit, la formule de JB Lenoir est trop monolithique pour un auditoire noire qui change très vite.
Conseillé et assisté par Willie Dixon, il se reconvertit en bluesman acoustique soliste pour sa tournée avec l’American Folk Blues Festival.
Il y enregistre en trio le fameux « Alabama blues » avec Willie Dixon à la basse et Fred Below aux drums.

En 1966, Il enregistre finalement ce que devait être son dernier album. Parmi les titres : « Voodoo Music », « Vietnam Blues » et « Tax Paying Blues »et sutout « The Whale Has Swallowed Me »

Le 1er avril 1967, J.B. Lenoir est victime d’un accident de la route. Le 29 avril, il décède d’une crise cardiaque. meltingblues.forumactif.com

————————–

1 Down In Mississippi  3:15
2 Slow Down 1:32
3 If I Get Lucky 2:58
4 Shot On Meredith 2:44
5 Round And Round 2:47
6 Voodoo Music 2:24
7 Born Dead 3:40
8 Leavin’ Here 1:35
9 Vietnam Blues 3:02
10 How Much More 2:30
11 Tax Payin’ Blues 2:20
12 Feelin’ Good 3:00

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s