Max Roach – Max Roach + 4


  • CRITIQUE/

Pour situer le contexte de l’enregistrement de ce disque : c’est le premier disque de Max Roach après la mort accidentelle du trompettiste Clifford Brown, l’alter-ego du batteur.

Max Roach jouera avec Kenny Dohram à la trompette jusqu’à ce que Sonny Rollins (tout 2 présents dans cette galette) présente 2 ans plus tard en 1958 le jeune Booker Little, alors âgé de 18 ans, dont le premier disque vous a été présenté il y a 15 jours dans ce blog (Booker Little + four, comme par hasard ?).

Ce disque fait partie des premières transformations du Be-bop vers autre chose, tout en en gardant les fondements. La pochette intrinsèquement rebelle montre une contestation, avec des musiciens noirs tournant le dos en costume cravate tiré à quatre épingles, ne pouvait qu’énerver le raciste primaire américain…

Le premier morceau, merveilleuse composition, n’est autre « qu’Ezz-thetic », le chef-d’œuvre du créateur du concept lydien et l’un des protagonistes du jazz modal : Georges Russell (voir dans ce blog) . Un morceau en hommage à Malcom X (Mr X) montre aussi l’implication politique de Max Roach.

Et surtout la version de « I dont mean a thing » de Duke Ellington (apparaissant sur la version CD) qui me tourne la tête est l’un des morceaux les plus rapide que je connaisse, avec un tempo de folie.

Ce disque engagé et hautement musical est indirectement un hommage à Clifford Brown, trompettiste génial (mort prématurément), jusqu’à ce que Booker Little vienne le remplacer 2 ans plus tard au sein du quintet du batteur. Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Full album……

I don’t mean a thing……

 

————————–

Max Roach + 4 est un album du batteur de jazz Max Roach paru en 1956 sur le label EmArcy. Comme le titre l’indique, Roach forme un quintet avec Sonny Rollins au saxophone ténor, Kenny Dorham à la trompette, Ray Bryant au piano et George Morrow à la contrebasse.

Contexte
Cet album est le premier que Roach enregistre à la suite de la mort de son trompettiste Clifford Brown en compagnie du pianiste Richie Powell dans un accident de voiture en juin 1956. Wikipédia.

————————–

1 « Ezz-Thetic » (George Russell) – 9:18
2 « Dr. Free-Zee » – 2:06
3 « Just One of Those Things » (Cole Porter) – 7:18
4 « Mr X. » – 5:15
5 « Body and Soul » (Edward Heyman, Robert Sour, Frank Eyton) – 6:50
6 « Woody ‘n’ You » (Dizzy Gillespie) – 6:51
7 « It Don’t Mean a Thing » (Duke Ellington, Irving Mills) – 4:45 on CD
8 « Love Letters » (Edward Heyman, Victor Young) – 8:57
9 « Minor Trouble » (Ray Bryant) – 6:58 Bonus track on CD reissue

Recorded in New York City on September 17 (tracks 3-5) and September 19 (tracks 1, 2 & 6), 1956 and at Capitol Tower Studios in Hollywood, California on March 18 (tracks 7 & 8) and March 20 (tracks 9), 1957

Personnel
Max Roach – drums
Kenny Dorham – trumpet
Sonny Rollins – tenor saxophone
Ray Bryant (tracks 1-6), Bill Wallace (tracks 7-9) – piano
George Morrow – bass

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s