Tuxedomoon – Pinheads on the move


  • CRITIQUE/

Ce petit chef-d’œuvre est tout simplement une compilation de morceaux ou versions inédites, de répétitions, chutes, etc. Bref, on a l’impression d’être dans un marché aux puces d’une galaxie perdue.

C’est entre 1977 et 1983 que Tuxedomoon puise toutes ces perles iconoclastes du fond de ses archives. Le son n’est pas toujours au rendez-vous mais la qualité des compositions vient rétablir la donne. Ce groupe d’immigrés américains surprend toujours par un éventail musical impressionnant et un son reconnaissable entre tous.

Petite préférence pour le morceau « The Stranger » débutant par le texte d’Albert Camus, qui est l’un de mes morceaux favoris du groupe. Ou la reprise de standards du jazz  » I left my heart in San Francisco »,  » I Heard It Through The Grapevine », standards de la soul détournés comme beaucoup de titres à l’époque par les groupes underground pour accrocher le public… à la lune !

Un groupe majeur et intemporel !  Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Pinhead on the move….

Joeboy The Electronic Ghost……

The stranger …..

Love / No Hope …..

I Heard It Through The Grapevine …..

Fifth Column…..


Pinheads on the Move est une compilation du groupe post-punk américain Tuxedomoon, sorti en 1987 chez Cramboy. Contient des enregistrements réalisés entre 1977 et 1983, l’album comprend des singles anciens, des répétitions, des enregistrements live et d’autres raretés

——————————–

Mais qu’est-il donc arrivé à notre époque ? Où donc est passé l’intellectualisme dans la musique ? Je parle d’un intellectualisme déjanté, rageur, blessé, qui se fout des frontières, qui croit encore à une forme de rédemption…Faut-il donc n’être plus que fou, barjot, amuseur de génie, aujourd’hui pour mêler les genres ? Ou opter pour un côté cérébral élitiste ? Bâtards de l’esprit européen, le vrai qui n’a rien à voir avec celui, utopique, réclamé par des franges douteuses, où donc êtes-vous ? Intellos post-punk qui avez visité Berlin, Paris, Bruxelles, Amsterdam en louchant du côté des Amériques, êtes-vous donc tous décédés ?

N’est-il donc plus possible de mêler un feeling cold wave, des expérimentations avant-gardistes avec de la new-wave, du jazz et une larme éthnique ? Minimal Compact, Talking Heads et Tuxedomoon n’auront-ils donc engendré aucun descendant ?

Tiens, Tuxedomoon justement, le plus européen des groupes américains…dire que mon premier disque d’eux, celui qui m’a donné le flash, n’était même pas un album studio mais bel et bien cette compilation de raretés, live et autres premiers singles que j’écoute aujourd’hui encore avec la même émotion.

Premier voyage dans l’univers de cette formation bizarre qui nous distille une new wave barrée impregnée d’esprit post punk (‘Pinheads on the move’, ‘Joeboy the electronic ghost’, ‘Everything you want’) telle qu’on en trouve des traces aujourd’hui chez The Vanishing ou The Sixteens; une cold wave grinçante et expérimentale où le saxo croise des vocaux sur le tranchant de la lame (l’excellent ‘The Stranger’ inspiré de Camus), où rythmique post punk, guitares, côtoient un violon déchaîné (le superbe ‘Touched’) sans parler de touches plus expérimentales (‘Waterfront seat’, ‘Une nuit au fond de la frayère’, ‘I left my heart in San Francisco’) que l’on peut trouver chez les Residents.

C’est un des côtés les plus bruts de Tuxedomoon qui nous est ici dévoilé avec un son parfois aléatoire mais un feeling intact, tout de références littéraires, d’intellectualisme blessé qui ne craint pas les copulations contre-nature entre synthés et saxo, punk et cabaret, virtuosité technique et bruitisme…mon Dieu, les orgues de ‘Egypt’, cette reprise du ‘In heaven’ de David Lynch, sans compter celle du ‘I heard it through the grapevine’ de Marvin Gaye, tout ce spleen urbain, ces climats moites et enfumés…qu’est-ce que je disais déjà ? Ah oui, l’intellectualisme post punk dans la musique, c’est ça ?. Gutsofdarkness.com

————————–

Pinheads On The Move 2:50
Joeboy The Electronic Ghost 2:55
The Stranger 5:10
Jingle 7 0:11
Love / No Hope 5:20
Rhythm Loop 5:24
In Heaven 3:21
I Heard It Through The Grapevine 5:33
Fifth Column 2:02
Touched 2:15
Waterfront Seat 4:27
Une Nuit Au Fond De La Frayère 3:10
I Left My Heart In San Francisco 1:04
Everything You Want 4:07
Next To Nothing 2:41
Egypt 4:37
Over His Head 3:38
Martial / This Land 6:50
Rhumba 5:43
Jingle 6 0:08
How Strange 6:00
Straight Line Forward 3:12
Jingle 10 0:10
Pinheads On The Move (Reprise) 6:43

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s