Knowledge – Hail dread


  • CRITIQUE/

Sorti en 1978, ce premier disque de Knowledge est le fruit de la rencontre avec le toaster Tapper Zukkie qui le produira. Ce producteur est une assurance pour cet excellent groupe vocal jamaïcain, mème si sa carrière sera de courte durée.

On pourrait s’étonner de ce chant puissant, un peu à l’arrache de cette bande de copains de Trenchtown, mais ça fait partie du charme qui s’en dégage, avec des harmonies riches et un background de musiciens comme il faut : Earl Chinna Smith, Max Edwards, Vin Gordon et Tapper Zukkie.

L’histoire veut qu’après avoir quitté la Jamaïque pour l’Angleterre, Delroy Fowlin (chanteur) rencontra une française et déménagea en France ; il vit actuellement à Toulouse et joue dans la rue en vendant ses CDs.

Un condensé de Dub et de trio vocal de bonne facture. Historique ! Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Full album….


Knowledge est un groupe de reggae jamaïcain formé en 1974.

Delroy Fowlin alias Bronco Knowledge : parti de Trenchtown, le quartier de Kingston en Jamaïque où il a vu le jour, pour l’Angleterre. Là, en 2003, il a rencontré Clotilde, une Française, qu’il a épousée l’année suivante. Son épouse ayant des amis musiciens, il s’est envolé en 2010 pour le sud de la France. A 58 ans, il vit désormais à Toulouse où il se produit près du Capitole ou rue Saint-Rome, en vendant ses CD.

——————————–

Hey man, let me introduce to you … this crew’s called Knowledge straight from the ghetto! C’est sur cette phrase jetée par le Deejay/producteur Tapper Zukie que s’ouvre le LP Hail dread. Cette interjection qui pourrait paraître anodine retentit comme un avertissement : cette musique puise ses racines dans les tréfonds du ghetto de Trenchtown, et reflétera avec talent et sans concession la dure réalité de ces quartiers.

Mais avant de développer plus en détail l’écoute de ce LP, et pour reprendre les mots de Tapper ‘Musical Intimidator’ Zukie, laissez-moi vous présenter le groupe Knowledge. Issus donc des faubourgs de Trenchtown, ces 5 youth de First Street décident au milieu des années 70 de monter leur formation. Le groupe, composé d’abord d’Anthony Doyley et Mike Smith, intègre rapidement Earl ‘Rockman’ McFarlane, Michael ‘I Lux’ Samuels et enfin Delroy ‘Bronco Billy’ Fowlin. Élevés dans ce centre névralgique de la culture qu’est Trenchtown, les membres de la formation sont imprégnés de foi Rasta. C’est ainsi qu’au détour d’un verset de la Bible (“The fear of the LORD is the beginning of wisdom: and the knowledge of the holy is understanding” ) le groupe se choisit ce nom pour le moins emblématique : Knowledge. (la connaissance)

L’album sur lequel nous nous penchons aujourd’hui constitue leur premier effort. Enregistré en Jamaïque dans les travées des studios Black Ark et Channel One, ce premier album ne sortira pourtant pas directement sur l’île. En effet, en 1978, Tapper Zukie emmène les bandes en Angleterre et édite cet album sur le label américain A&M. Ce n’est que 12 ans après qu’une réédition sur le label Tappa voit le jour en Jamaïque, re-baptisée pour l’occasion “Words Sound & Power”.

La musique sur ce disque est jouée par un véritable all-stars de musiciens jamaïquains. On y retrouve entre autres: le bassiste George ‘Fully’ Fullwood, le batteur Max Edwards, le tromboniste Vin Gordon ou encore un certain Earl ‘Chinna’ Smith à la guitare … un véritable All-stars on vous dit! Cette liste de musiciens est sans aucun doute l’une des raisons qui fait de cet album une réussite. Les rythmes sont rockers et les mélodies emmêlées dans de puissantes lignes de cuivres.

La performance vocale du groupe est, elle aussi, superbe. Le lead est assuré la majeure partie du temps par la voix puissante d’Anthony Doyley. Une voix pleine de charisme, de force, et qui emmène sublimement dans son sillage des harmonies implacables, travaillées très différemment selon les chansons et thèmes. Delroy Fowlin assure quant à lui le lead vocal sur deux chansons de l’album, Zion et le mythique Sentry.

Comme dit juste plus haut, les harmonies chantées par Knowledge sont d’une incroyable intelligence, et s’accordent dans une osmose que seuls les jamaïquains savent trouver. La composition, le lead, la tonalité de ces harmonies varient en fonction de la chanson abordée, et donnent cette couleur si particulière à Knowledge. La chanson Population en est un sublime exemple : un véritable dialogue s’instaure entre Anthony Doyley et un backing-vocal emmené par Michael Samuels, l’un finissant la phrase de l’autre, pour terminer sur ce refrain génial “They’re rising for a fall …population knows it all”(*). Sentry est un autre magnifique exemple de la subtilité des harmonies de ce groupe …Après une intro renversante d’orgue et de cuivres, la voix de Delroy ‘Bronco’ Fowlin s’échappe pour proclamer cette phrase poignante : “They claim they hold I, as a detainer … and that’s how I know for sure…”(**) , avant de se faire rattraper par les harmonies sur ce légendaire refrain “…That sentry must open the door”. Si vous n’aimez pas le reggae après ça, on ne peut plus rien pour vous.

Vous l’aurez compris cet album est absolument incontournable, et ce pour une simple et bonne raison : il résume Trenchtown à lui tout seul. JeremiYah RFD

————————–

1 What’s Yours
2 Population
3 Hail Dread
4 Words Sounds And Power
5 Fools And Their Money
6 Zion
7 Sentry
8 Goodluck My Friends

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s