Snakefinger – Chewing hides the sound


  • CRITIQUE/

Snakefinger, guitariste du groupe californien et culte The Residents, sort en 1979 ce premier disque. Un disque surtout connu pour son premier morceau « The Model », reprise réussie du groupe allemand « kraftwerk », ainsi qu’une reprise d’Ennio Morricone « Magic and Ecstasy » (musique du film l’exorciste 2).

C’est sur le label des Residents, Ralph records, que cet opus est sorti, sur lequel nous trouvons le fondateur du groupe Tuxedomoon : Steven Brown.

Cette musique détonne par son originalité et ses sonorités synthétiques, ce jeu de guitare si particulier, et rappelle aussi que cette époque casse les codes musicaux et est sans concessions. Un disque à part. Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

full album……


Chewing Hides The Sound a été le premier album complet de Snakefinger, sorti chez Ralph Records en 1979. Le disque est coproduit avec The Residents, qui a également coécrit de nombreuses chansons. L’album a la particularité de présenter la première reprise enregistrée de la chanson « The Model » de Kraftwerk, il comporte également la reprise de « Magic and Ecstasy » d’Ennio Morricone, tirée de la bande originale d’Exorcist II : The Heretic.

Snakefinger

Philip Charles Lithman, qui a joué sous le nom de Snakefinger, né le 17 juin 1949 à Tooting dans le Grand Londres et mort le 1er juillet 1987 à Linz en Autriche, est un musicien anglais, un chanteur et compositeur. Multi-instrumentiste, il était surtout connu pour son travail de guitariste et ses collaborations avec The Residents.

Biographie
Philip Charles Lithman est né à Tooting, dans le sud de Londres, où il fait ses premières armes en jouant du blues-rock dans les pubs au début des années 1970.
Il s’installe à San Francisco en 1978 après un passage de deux ans par Los Angeles1. Dès lors, il collabore activement avec les Residents, avec lesquels il avait déjà travaillé dès 1971 et qui seraient les auteurs de son pseudonyme, « Snakefinger », inspiré par une photographie -un peu floue- où la forme de ses doigts évoque un serpent.

Une autre version assure que ce nom lui a été donné par les membres de Tuxedomoon lors d’un solo de guitare particulièrement frénétique.
Quoi qu’il en soit, la collaboration discographique en son nom entre Snakefinger et les Residents débute en 1978 avec le 45 tours « The spot », morceau où le groupe assure la partie instrumentale, la face B (« Smelly Tongues ») ainsi que la production via Ralph Records, pressant 35 000 exemplaires sur vinyle bleu translucide.

Suivront deux LP solo majeurs réalisés avec la complicité des Residents et d’autres membres de l’écurie Raph : « Chewing Hides the Sound » (1979), où figure une remarquable reprise de « The Model » de Kraftwerk et « Greener Postures » (1980).

Tout en continuant à intervenir à la guitare sur nombre d’albums des Residents (dont « The Commercial Album » en 1980 et « The Tunes of Two Cities » en 1982), Snakefinger poursuit sa carrière solo et ses tournées documentées par des albums dont l’étonnant « Snakefinger’s History of the Blues Live in Europe » (1984) qui renoue avec sa jeunesse londonienne. Il accompagne également les Residents dans leurs déplacements, comme en attestent « 13TH Anniversary Show Live in Tokyo » (1985) ou le « Live in Holland » enregistré au Paradiso le 25 octobre 1986.

En tournée pour la promotion de son album « Night of Desirable Objects », il donne son dernier concert à Rome, place du Peuple, le 27 juin 1987 et décède d’une crise cardiaque le 1er juillet 1987 à Linz (Autriche) où il devait se produire le lendemain au Posthof Club. Par une cruelle ironie du sort, le même 1er juillet 1987 sortait son single, « There’s No Justice in Life ».

Il est passé deux fois en concert à Paris: en 1981 dans une soirée « Rock in Loft » et en 1983 dans la discothèque 120 Nuits mais a aussi donné plusieurs concerts en France dans les années 1978 à 1980 dans de petites salles de banlieue, par exemple à Lyon. En 1986, il a joué avec The Residents au festival NJP à Nancy, Lorraine.

————————–

1. « The Model »
2. « Kill the Great Raven »
3. « Jesus Was a Leprechaun »
4. « Here Come the Bums »
5. « The Vivian Girls »
6. « Magic and Ecstasy »
7. « Who Is the Culprit and Who Is the Victim? »
8. « What Wilbur? »
9. « Picnic in the Jungle »
10. « Friendly Warning »
11. « I Love Mary »
12. « The Vultures of Bombay »

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s