George Delerue – Le mépris


  • CRITIQUE/

Cette suite pour orchestre classique reste à jamais gravée dans notre culture cinématographique. Elle est l’un des fleurons de la musique française de films : une référence !

Cet adagio pour cordes qui revient à maintes reprises dans le film de Jean-Luc Godard est totalement envoûtant ! Cette boucle si particulière exprime plusieurs sentiments en même temps : la tragédie, l’amour, le mystère, la tristesse, mais aussi l’espoir… Sans doute l’espoir d’un renouveau du cinéma…

Même si Martin Sorsese utilise cette musique dans « Casino », l’esprit peut faire aussi penser au cinéma de Terence Malick. Une musique certes classique, mais pour un film moderne et révolutionnaire, qui sera toujours là pour vous dresser les poils ! Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Full….


Le Mépris est un film franco-italien réalisé par Jean-Luc Godard, sorti en 1963. Mettant en scène Michel Piccoli et Brigitte Bardot, c’est une adaptation du roman Le Mépris d’Alberto Moravia.

Synopsis
Le scénariste parisien Paul et son épouse Camille rejoignent le réalisateur Fritz Lang en tournage pour le compte du producteur de cinéma américain Jeremy Prokosch, sur le plateau du film Ulysse (une adaptation de l’Odyssée) en chantier à la villa Malaparte à Capri en Italie.
Il est proposé à Paul Javal de reprendre et de terminer le scénario du film, ce qu’il accepte, pour des raisons économiques. Durant le séjour, Paul Javal laisse le riche producteur seul avec Camille et encourage celle-ci à demeurer avec lui, alors qu’elle, intimidée, insiste pour rester auprès de Paul. Camille pense que son mari la laisse à la merci de Prokosch par faiblesse et pour ne pas froisser ce nouvel employeur. De là naissent des malentendus, la déchirure, le mépris, et la désagrégation du couple.


Le thème de Camille est un célèbre thème de musique de film du compositeur Georges Delerue, du film franco-italien Le Mépris de Jean-Luc Godard, de 19631. Il est édité sur un 45 tours collector Philips en 1963.

Histoire
Brigitte Bardot en 1962 (Camille)

Jean-Luc Godard commande cette musique emblématique de film à George Delerue, pour son film tragique-érotique Le Mépris de 1963, adapté du roman Le Mépris de 1954 d’Alberto Moravia, grande histoire d’amour et de vie heureuse, entre Paul et de son épouse Camille, qui sombre progressivement, douloureusement, et tragiquement dans la déchirure et le mépris, porté par la musique de film mélancolique de Georges Delerue.

Ce chef-d’oeuvre classique emblématique du cinéma français, est tourné avec les stars françaises de l’époque Brigitte Bardot (Camille) et Michel Piccoli (Paul) en grande partie sur le fond bleu de la mer Méditerranée de la célèbre villa Malaparte, à Capri en Italie.

Cet adagio romantique, mélancolique, et tragique, pour orchestre symphonique d’instruments à cordes, soutenus par quelques bois, un cor, et une harpe, est répété de nombreuses fois dans le film, ainsi que dans le thème Paul, et dans la scène d’amour mythique entre Brigitte Bardot et Michel Piccoli5…

Cette musique est reprise par le réalisateur italo-américain Martin Scorsese, dans son film Casino de 1995, avec Robert De Niro et Sharon Stone.


Le Mépris. Considéré comme l’un des classiques de la Nouvelle Vague du cinéma français à laquelle participa fortement Jean-Luc Godard, Le Mépris est avant tout un film sur la monotonie qui s’installe dans un couple (Brigitte Bardot/Michel Piccoli) et sa soudaine déchirure.

Dans une première partie, Godard propose une réflexion sur la condition du cinéma d’art européen dans le monde de l’industrie cinématographique, la présence importante du réalisateur Fritz Lang symbolisant ce cinéma européen à travers les plans d’un film projetés dans le film, une histoire d’après l’Odyssée d’Homère. A partir des plans de statues des dieux grecs dans lesquelles les couleurs des yeux déterminent le sentiment, on admirera la manière dont Godard met en parallèle l’histoire du couple Camille/Paul (Bardot/Piccoli) avec celle d’Ulysse et Pénélope. La deuxième partie du film met l’accent sur ce qui conduit Camille à mépriser soudainement Paul et comment le couple part douloureusement à la dérive.

La musique de Georges Delerue pour ce film reste à ce jour l’une de ses partitions les plus connues. Le magnifique thème de Camille, repris par Martin Scorsese dans son film ‘’Casino’’, est l’un des plus beaux de la musique de film. Confié principalement aux cordes juste soutenues par quelques bois, un cor et une harpe, la phrase mélodique d’une simplicité touchée par la grâce trouve une profonde résonance en chacun de nous tant la crise qui se joue dans le couple est universelle et remonte aux dieux grecs.

Dès les premiers accords du générique, on sait qu’un drame va se jouer et la musique va le décliner jusqu’aux sombres accents du thème de Paul. Mais si Jean-Luc Godard a tant répété le thème de Camille dans son film, ce qui n’était pas du tout prévu au départ, n’est-ce pas pour nous faire entendre la fragilité de toute relation amoureuse et au-delà les limites de la tragédie première de toute relation humaine, l’impossibilité d’être l’autre ?

————————–

1-Ouverture 1.51
2-Camille 2.28
3-Générique 2.08
4-Capri 1.44
5-Paul 2.01
6-La Rupture chez Prokoch 2.55

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s