Ella Fitzgerald – Sings the Cole Porter song book


  • CRITIQUE/

« Voici venu le temps des cathédrales » et Ella Fitzgerald en fait partie, avec les 2 autres icônes des chanteuses de jazz : Billie Holiday et Sarah Vaughan. C’est en 1956 qu’elle enregistre ce qui sera sûrement son disque le plus populaire : le « Cole Porter song book ».

Cole Porter fait partie des grandes stars de la musique populaire américaine comme Irving Berlin, Harold Arlen, George Gershwin, Richard Rodgers, Jerome Kern, Hoagy Carmichael, Oscar Hammerstein II, et Burt Bacharach. Les jazzmen se sont appropriés les thèmes créés pour des comédies musicales en les transformant en standards de jazz.

Qui n’a jamais entendu « Love for Sale », « Night and Day », « Just One of Those Things », « Ev’ry Time We Say Goodbye », « All of You » , « Begin the Beguine » ?

Reprendre ce montre sacré de la musique américaine nécessite une technique remarquable et la dose d’humilité nécessaire : Ella possède tous ces atouts, bien évidemment !

Voici donc un des chef-d’oeuvres du jazz vocal. Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

full album……


Le 7 février 1956, deux semaines après la première session d’Ella Fitzgerald pour Verve records, elle est de retour en studio avec Buddy Bregman et un orchestre pour enregistrer ce qui est sans doute le disque le plus marquant de sa carrière, Ella Fitzgerald Sings the Cole Porter Songbook qui a aidé Verve à devenir le label de jazz par excellence des années 1950.

Ella, Norman Granz et Bregman se sont rendus au studio du Capitole à Hollywood et ont passé trois jours à enregistrer ce qui allait devenir Ella Fitzgerald Sings The Cole Porter Songbook. La combinaison d’Ella et de Porter est irrésistible et, qu’elle soit up-tempo ou down-tempo, la voix d’Ella s’élève sans effort sur trois octaves pour donner vie à chaque chanson. Tout cela a été aidé par la crème des hommes de session de Los Angeles et par l’arrangement de Buddy Bregman qui suinte la sophistication bien au-delà de ses vingt-quatre ans. C’est un disque parfait.

« J’ai alors réalisé qu’il y avait plus que le bop dans la musique. Norman a senti que je devais faire autre chose, alors il a produit le Cole Porter Songbook pour moi. Ce fut un tournant dans ma vie ». – Ella Fitzgerald

Granz avait d’abord voulu que Nelson Riddle fasse les arrangements pour Ella, mais il a refusé, probablement parce qu’il était alors engagé dans la carrière discographique de Frank Sinatra. Granz, tout en prenant un risque avec Bregman, révélera plus tard à son biographe Ted Hershorn qu’il n’était pas du tout préoccupé par les arrangements du groupe. Tout tournait autour de la voix d’Ella.

« Quand j’ai enregistré Ella, je la mettais toujours en avant, pas un mélange. La raison en est que je ne me souciais pas du tout de ce qui arrivait à la musique. » – Norman Granz

Cette façon de penser rend un mauvais service aux arrangements de Bregman ; ils fournissent un coussin musical parfait et accentuent les mélodies des merveilleuses chansons de Porter. Parmi la crème des musiciens de session de la côte ouest, dont beaucoup ont honoré les fabuleux enregistrements que Frank Sinatra réalisait à la même époque, on trouve le trompettiste Harry « Sweets » Edison, le trombone de Milt Bernhart, Herb Geller, et Ted Nash et Bud Shank doublant aux clarinettes et au saxophone, ainsi que le trompettiste Maynard Ferguson.

Deux semaines avant l’enregistrement de la version d’Ella de « I’ve Got You Under My Skin », Edison et Bernhart avaient enregistré l’arrangement de Nelson Riddle avec Sinatra, celui où figure le fabuleux solo du tromboniste.

Les trente-deux titres, Ella Fitzgerald Sings The Cole Porter Songbook, sont sortis le 15 mai 1956 sous forme de double album et se sont vendus à 9,96 dollars. En juillet, il était en 15e position sur la liste des meilleures ventes du Billboard, après que Verve ait lancé une vaste campagne de publicité dans Esquire, The New Yorker, High Fidelity et une douzaine de journaux du dimanche dans toute l’Amérique. En septembre, Ella a été la tête d’affiche de la tournée d’automne annuelle du JATP en Amérique. À la fin de l’année, le double album était n° 18 sur la liste des meilleures ventes pour l’année entière, une liste dominée par les albums de bandes sonores.

Si pour une raison quelconque vous n’avez jamais écouté cet album, il vous manque un des grands enregistrements du XXe siècle, si vous l’avez écouté, vous saurez ce qu’ils ont manqué.


Cole Porter est un compositeur et parolier américain né le 9 juin 1891 à Peru (Indiana) et mort le 15 octobre 1964 à Santa Monica (Californie).
Auteur de quelques-unes des plus célèbres comédies musicales de la scène américaine, créées pour la plupart à Broadway, il est considéré comme l’un des classiques de la musique populaire américaine, aux côtés d’Irving Berlin, Harold Arlen, George Gershwin, Duke Ellington, Richard Rodgers, Jerome Kern, Hoagy Carmichael, Oscar Hammerstein II, Burt Bacharach. Plusieurs de ses titres font partie du Grand répertoire américain de la chanson ou sont devenus des standards du jazz.

————————–

Side one
1. « All Through the Night » – 3:15
2. « Anything Goes » – 3:21
3. « Miss Otis Regrets » – 3:00
4. « Too Darn Hot » – 3:47
5. « In the Still of the Night » – 2:38
6. « I Get a Kick Out of You » – 4:00
7. « Do I Love You? » – 3:50
8. « Always True to You in My Fashion » – 2:48
Side two
1. « Let’s Do It, Let’s Fall in Love » – 3:32
2. « Just One of Those Things » – 3:30
3. « Ev’ry Time We Say Goodbye » – 3:32
4. « All of You » – 1:43
5. « Begin the Beguine » – 3:37
6. « Get Out of Town » – 3:22
7. « I Am in Love » – 4:06
8. « From This Moment On » – 3:17
Disc two
Side three
1. « I Love Paris » – 4:57
2. « You Do Something to Me » – 2:21
3. « Ridin’ High » – 3:20
4. « You’d Be So Easy to Love » – 3:24
5. « It’s All Right with Me » – 3:07
6. « Why Can’t You Behave? » – 5:04
7. « What Is This Thing Called Love? » – 2:02
8. « You’re the Top » – 3:33
Side four
1. « Love for Sale » – 5:52
2. « It’s De-Lovely » – 2:42
3. « Night and Day » – 3:04
4. « Ace in the Hole » – 1:58
5. « So in Love » – 3:50
6. « I’ve Got You Under My Skin » – 2:42
7. « I Concentrate on You » – 3:11
8. « Don’t Fence Me In » – 3:19 (Robert Fletcher, co-lyricist)

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s