Bob Marley – Catch a fire


  • CRITIQUE/

Même si ce disque n’arrive qu’en 34ème position des sélections reggae de disquesdumoi, il reste néanmoins l’une des références du reggae et le premier grand classique du genre.

Passé par la moulinette d’Island Record de Chris Blackwell, il sort sous le nom des Wailers pour sonner comme un nom de groupe rock.

Des rajouts de guitare et d’orgue au moment du mixage viennent moderniser le tout. Mais n’oublions pas que ces rajouts viennent à la marge d’une musique déjà moderne et créative, entre la guitare acérée de Peter Tosh, les claviers reconnaissables d’Earl « wire » Lindo, les chœurs si complémentaires du trio vocal et les textes de Marley : une alchimie nouvelle est en train de naître vers un reggae universel.  Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

full album……


Catch a Fire est le premier album enregistré par les Wailers (Bob Marley, Peter Tosh, Bunny Livingston, Aston et Carlton Barrett) pour Chris Blackwell.

Il est le premier véritable album du groupe, enregistré comme tel, et non une compilation de singles. Enregistré à Kingston en octobre 1972, il fut entièrement mixé en novembre aux studios Island, à Londres, par John « Rabbit » Bundrick, qui ajouta de nombreux « overdubs ».

Malgré l’absence de promotion et des ventes au départ très modestes, quatorze mille exemplaires de Catch a Fire se vendirent la première année.

Linton Kwesi Johnson écrivit plus tard :
« Catch a Fire a créé à lui tout seul un nouveau type de musique jamaïcaine. Avec d’autres caractéristiques, un son différent… que je ne peux décrire que par le terme « reggae international ». Il intègre des éléments provenant de diverses musiques populaires internationales, du rock, de la soul, du blues, du funk. Ces éléments en ont facilité l’acceptation par le marché international… Au lieu de mettre l’accent sur le couple basse-batterie, le mixage de cet album est plus aigu, moins lourd. L’emphase est plutôt placée sur les guitares et autres instruments d’appoint. Jamais un enregistrement de reggae jamaïcain ne s’était si ouvertement approprié les sons électroniques de la musique moderne.  » . Wikipedia

————————–

Concrete Jungle (Marley)
Slave Driver (Marley)
400 Years (Tosh)
Stop That Train (Tosh)
Baby We’ve Got A Date (Rock It Baby) (Marley)
Stir It Up (Marley)
Kinky Reggae (Marley)
No More Trouble (Marley)
Midnight Ravers (Marley)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s