Culture – Trod on

Poster un commentaire

6 juin 2021 par OC


.CRITIQUE/

S’il devait y avoir une Madame Reggae ce serait bien Mme Sonia Pottinger, qui depuis le début des années 60 est productrice de ska, de rocksteady et de reggae (pour les années 70).

Voulant toujours privilégier la voix, elle est entre autres, productrice d’une quantité incommensurable de chefs-d’œuvre du reggae et de « perles de culture » comme ce disque. Produisant certains standards du groupe comme « Harder than the rest » ou « Cumbolo », cet enregistrement (Trod on) restera dans les oubliettes durant 14 ans jusqu’à être enfin édité en 1993.

Cet enregistrement en plus d’être accompagné de la crème de la crème (Count Ossie des Mystic Revelation of Rastafari) est une mise en avant manifeste de la voix de Joseph Hill et de ses acolytes. Le tout avec un mysticisme à toutes épreuves.

Avé Joseph ! Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

full album……

Lee Perry a peut-être récolté toute la gloire et Niney Holness tous les honneurs, mais qu’ont-ils jamais fait pour les chanteurs… à part enterrer leur voix dans une production intelligente ? C’est pourquoi Sonia Pottinger, malheureusement négligée, était souvent le choix préféré des artistes.

Culture est entré en studio avec la productrice pour son troisième album, Cumbolo, et ce partenariat fructueux s’est poursuivi sur trois autres albums complets et une série de singles.

Un quatrième album, Black Rose, était prévu, mais n’a jamais abouti, et en 1993 Trod On a finalement vu la sortie des enregistrements réalisés pendant cette période. L’amour de Pottinger pour les chanteurs est évident dans tout son travail de production. La production n’est pas une aventure pour Pottinger, mais une pièce montée, une toile de fond soigneusement orchestrée pour mettre en valeur les chanteurs. La production n’est pas une aventure pour Pottinger, mais une pièce montée, un décor soigneusement orchestré pour mettre en valeur les vocalistes.

Pottinger s’est plutôt concentré sur leurs forces vocales, utilisant des moyens beaucoup plus subtils pour souligner le message du trio. Sur le morceau-titre, par exemple, le thème rastafari est exprimé par le texte de Joseph Hill, mais ce sont les chœurs, qui flottent au-dessus comme une chorale céleste, qui donnent à la chanson sa véritable grâce. Mais la plus grande réussite de Pottinger est peut-être d’avoir ramené Culture à ses racines musicales, et de l’avoir ramené à une véritable forme de trio vocal. Les chœurs d’Albert « Ralph » Walker et de Kenneth Dayes reçoivent autant de soin et d’attention que ceux de Hill, les harmonies étant le point central de toutes les chansons. Même sur des titres comme « Blood in a Babylon », qui aurait été le point de départ de l’hystérie de Hill, les chœurs équilibrent désormais parfaitement sa prestation.

Les morceaux sont couverts de chants choraux, inondés de spiritualité et remplis de chants proches et d’harmonies exquises dans un mode rocksteady-esque, le tout étoffé par des chœurs reggae discrets, dont la subtilité même fait la beauté. Trod On comprend également des versions antérieures de deux morceaux enregistrés avec le célèbre batteur nyahbingi Count Ossie, peu de temps avant sa mort en 1976. Ils ne sont pas vraiment à leur place ici, mais sont des inclusions intrigantes, non seulement pour entendre le grand batteur lui-même, mais aussi pour voir comment les chansons ont été transformées par la suite.

Bien que l’album contienne quelques ratés, il s’agit dans l’ensemble d’une collection solide, avec une série d’excellents titres. . All music

————————–

Trod On 5:05
Weeping Eyes 4:08
Black Rose 3:48
Blood In A Babylon 4:13
Fussing And Fighting (Take Two) 4:40
No Sin 5:16
Jah Alone A Christian 5:18
Ticklish Ghetto 4:32
Children Of Israel 4:13
Still Rest On My Heart 4:14
No Sin 7:26
Weeping Eyes 5:04

bass: R. Shakespeare, Bertram « Ranchie » McLean.
drums: Sly Dunbar, « Micky Boo » Richards.
guitars: Ranchie, Radcliff « Dougie » Bryan.
keyboards: Ansel Collins.
percussion: Uzziah « Sticky » Thompson, County Ossie and The Mystic Revelation of Rastafari.
horns:
trumpet: David Madden, Clive Hunt.
trombone: Vin « Don D. Jr. » Gorden.
saxophone: Cedric « Im » Brooks, Felix « Deadly Headley » Bennett.
Produced by Sonia Eloise POTTINGER.
Recorded and mixed at Treasure Isle Recording Studio, Kingston, Jamaica.
Engineered by Errol Brown.
Written and composed by Joseph Hill.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez 116 autres abonnés

Traduire, translate, traducir, 翻译, תרגם ,ترجمة

Prochain post

20 juin 2021
2 jours restants.

Archives

Commentaires récents

Lattlay Fottfoy dans Dogs – Walking shad…
Montigo Julio dans The Ethiopians – Engine…
maximemaillard dans Abbey Lincoln – Painted…
OC dans TC Matic- Choco
Dreyfus dans TC Matic- Choco

sur téléphone

Stats

  • 32 541 visites
©Copyright tous droits réservés disquesdumoi - 2015-2021
%d blogueurs aiment cette page :