Iggy Pop – American cesar

Poster un commentaire

25 juillet 2021 par OC


 .CRITIQUE/

Après plusieurs disques sortis dans les années 90 « Américan Cesar » vient clôturer la décennie avec un certain panache. Ce disque sort en pleine période grunge et a part quelques reprises, c’est presque 16 compositions originales qui nous sont délivrées ici… non l’iguane n’est pas à la retraite.

Injustement méconnu du grand public « American Cesar » est une photographie de l’époque parsemé de ce qu’Iggy Pop sait faire de mieux: du rock, de la mélodie et aussi de superbes ballades ; un son puissant pour cette production presque parfaite.

C’est un disque très personnel, profondément empreint de rébellion contre une société continuellement abjecte. Sans aucune mesure son meilleur disque de la décennie et surement l’un des ses meilleurs. Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

full album……

Il est grand temps de rendre justice à l’un des tout meilleurs albums de l’Iguane ! Certes, le petit homme restera dans les annales du rock pour avoir été le génial et psychotique chanteur des Stooges ; certes il a su s’adapter en son temps à la new-wave qu’il avait inspiré avec The Idiot, il peut aussi se vanter d’avoir une discographie aussi chaotique qu’inégale où les horreurs (Party, au hasard) sont plus nombreuses que les pépites cachées …. Oui, mais Iggy en période grunge (Pouah le vilain mot !!), ça donnait quoi ?

Sorti en 1993 lorsque Nirvana était au top avant de connaître le destin funeste qu’on lui connaît, le son général de ce disque colle avec son temps. Une production brut de décoffrage, les guitares en avant, et des bonnes chansons. Oui, des tubes rock comme Iggy n’en a plus fait depuis ! Des morceaux comme « Sickness », « Boogie Boy », « Plastic & Concrete », qui font vibrer les enceintes à grand coups de riffs ; des perles acoustiques comme « Jealousy » ou « Social Life », et divers morceaux plus pop comme « Beside You » en duo avec Lisa Germano. Cet album est un petit condensé de ce qu’un artiste comme Iggy se devait de sortir à cet époque, un éventail de ses possibilités, une sorte de bilan de santé, rappelant qu’il était toujours vivant et qu’il souhaitait qu’enfin, on lui accorde la place qui lui était due dans l’histoire du rock.

On retiendra malheureusement trop souvent de cet album cette version de « Louie Louie » qui, bien que sympathique, ne devrait en rien occulter les autres chansons de l’album. Un comble pour un disque où presque pour la première fois, il est l’auteur de la quasi intégralité des musiques et des paroles.
Si vous ne jurez que par Lust for Life ou The Idiot, prétez une oreille attentive à ce disque, il y a de fortes chances que vous ne le regrettiez pas. XSILENT

———————————–

« Avertissement parental : Ceci est un disque d’Iggy Pop » : Il fut un temps où la lecture de cet article aurait fait naître la peur dans le cœur de tout père ou mère américain(e) au sang rouge, assez malchanceux(se) pour savoir qui était Iggy Pop, ou ce qu’ils imaginaient qu’il représentait. Tous les cauchemars ou désespoirs incessants des baby-boomers – de Charles Manson à Mad magazine – ont été projetés sur Iggy et ses Stooges pendant les sept années de leur vie, et ils ont répondu en les crachant en retour, dans un torrent d’héroïne et de paillettes, de sang et de beurre de cacahuète. Comme l’a décrit Scott Kempner, guitariste des Dictators, « C’était vivre et naître et venir chercher ses putains d’enfants au milieu de la nuit, juste devant soi ».

Mais pour les parents qui lisent ce même avertissement en 1993 ? Le même Iggy Pop qui jouait l’oncle loufoque de Johnny Depp dans les bois ? Le même Iggy Pop qui a enregistré une ode au méchant Freddy Krueger ? Le même Iggy Pop qui a chanté cette chanson d’amour à la fille des B-52’s ? Vraiment, comment cela pourrait-il être mauvais ?

Le fait d’osciller entre ces deux extrémités du spectre était quelque peu délibéré, mais surtout un sous-produit de la trajectoire personnelle et de la carrière de Jim « Iggy » Osterberg. Après la deuxième dissolution des Stooges, en 1974, Pop est resté un junkie fauché qui a passé les deux années suivantes à errer de canapé en canapé à Los Angeles, en essayant de se désintoxiquer, pour finalement se retrouver dans un hôpital psychiatrique. Il s’installe bientôt en Allemagne avec son vieux copain David Bowie pour se désintoxiquer – une période pendant laquelle les deux hommes vont sans doute créer leurs meilleures œuvres. 1977 voit la sortie des deux premiers albums solo de Pop, The Idiot et Lust For Life, qui reçoivent des critiques élogieuses et sont devenus depuis des classiques. En même temps qu’un nouveau respect en tant qu’artiste, il se débarrasse de son image de fou drogué (que d’innombrables groupes punk en devenir tentent simultanément d’imiter).

Malheureusement, cet essor artistique ne dure pas, et après l’excellent New Values de 1979, Pop passe les quelques années suivantes avec une addiction à l’héroïne revigorée, tout en produisant des disques pour la plupart terribles, allant de la new wave édulcorée (Soldier) à la synth-pop maladroite (Party). Bien que ces disques ne se vendent pas bien, Pop vit des royalties des chansons qu’il a écrites avec Bowie, qui les a récemment transformées en succès mondiaux. Pop s’est assaini, a commencé une carrière d’acteur, et a même connu un succès commercial avec Blah Blah Blah en 1986, qui était porté par Bowie, et qu’il a suivi avec le hard rock surproduit d’Instinct.

Presque rien de l’œuvre de Pop dans les années 80 ne ressort avec la même vigueur qu’autrefois. Bien qu’ils aient pu commencer avec des intentions intéressantes et expérimentales, les disques étaient froids et stérilisés, inadaptés à un homme de son talent. Avec une perspective maintenant non hébétée, Pop semble en être conscient, et en 1990, il enregistre son « retour », Brick By Brick, avec l’aide du producteur Don Was. Les chansons sont concentrées, montrant une maturité lyrique jamais vue auparavant, mais la production est un peu trop lisse. Cependant, la formule fonctionne, et avec l’aide d’un single pop à succès (le susmentionné « Candy », un duo avec Kate Pierson des B-52’s), le disque devient le plus grand succès de sa carrière.

Mais il lui manquait encore quelque chose. Dans une interview de 2010, Pop a expliqué : « J’ai atteint un sommet sur le plan commercial. Je m’étais plutôt bien débrouillé avec Brick By Brick et Blah Blah Blah, et j’avais aligné beaucoup de pommes d’une certaine manière, mais cette sorte de professionnalisme – ce type de carrière américaine professionnelle de la côte Ouest que je commençais à mettre en place – était juste un frein… Je ne voulais pas faire « Candy » sur scène ; je me suis dit que je trouverais peut-être un gamin qui pourrait jouer « Raw Power ». Et la prochaine chose que je savais, à partir de 1990 … le stooge-isme et l’amateurisme ont commencé à glisser de nouveau dans ma vie. « 

En septembre 1992, Pop se rend à la Nouvelle-Orléans pour commencer à enregistrer sa suite, American Caesar. Au lieu de chercher un son poli avec un producteur de renom, cette fois-ci, il a décidé de couper les chansons rapidement et librement, avec le protégé de Daniel Lanois, Malcolm Burn, derrière les planches. Et contrairement à ses précédents albums, qui faisaient appel à une série d’invités et de musiciens de session, Pop a réuni un groupe de trois musiciens (Hal Cragin à la basse, Larry Mullins à la batterie et le guitariste Eric Schermerhorn), qu’il décrit comme « similaire à ce que j’ai commencé, trois âmes perdues qui n’avaient leur place nulle part ».

Bien qu’elle soit exprimée sous différentes formes, le thème majeur qui revient tout au long d’American Caesar est la colère. Qu’il s’en prenne au paysage politique américain, au racisme, à un jeu de guitare médiocre, à son amant ou à lui-même, Pop avait certainement beaucoup de choses en tête à l’époque, et plus encore que tout autre artiste, c’est un homme dont l’œuvre se nourrit de douleur et de folie. Le « Stooge-isme » qui s’est glissé dans sa vie venait des mêmes profondeurs qui décrivaient « un guépard qui marche dans la rue, le cœur plein de napalm », des décennies plus tôt. Pop n’avait pas été aussi acerbe depuis des années, et il avait beaucoup de temps, et de bagages, à rattraper.

Sur le single « Wild America », Pop se lamente sur les excès du mode de vie américain, y compris sur sa participation à celui-ci, reprenant à plusieurs reprises le commandement de M. Kurtz d' »exterminer les brutes ». Son groupe est plus soudé et plus dur qu’il ne l’avait été depuis l’époque de Lust For Life, martelant et hurlant comme un seul homme. Au point culminant de la chanson, les cris primitifs de Pop percent le mur de bruit : « Ils sont tellement gâtés… Et ils en veulent toujours plus ! Plus de pouvoir ! Plus de liberté ! » La satire se poursuit avec « Caesar », une pièce de théâtre pour un seul homme, rythmée par le riff de guitare hypnotique de Schermerhorn, qui compare les États-Unis à l’Empire romain. Inspiré par le tome du XVIIIe siècle d’Edward Gibbon, Decline And Fall Of The Roman Empire, Pop crée un portrait étrange, et sombrement drôle, d’un dirigeant américain sans cœur : « Qui sont ces chrétiens ? Quelle est cette étrange religion ? J’ai entendu dire qu’ils tendaient l’autre joue. Ha, Ha, Ha, Ha ! Jetez-les aux lions ! » Pour les auditeurs qui s’attendaient à un album de rockers strictement semblables à ceux des Stooges (bien qu’il y en ait beaucoup), « Caesar » est une balle courbe expérimentale.

L’album contient également beaucoup de chansons qui touchent l’âme, qui mettent en évidence la maturité de l’écriture de Pop, ainsi que sa tristesse et son désespoir – il suffit de lire la liste des titres (« Jealousy », « Hate », « Sickness ») pour s’en rendre compte. Sur « Fuckin’ Alone », il se languit du bonheur d’une fille inconnue qu’il croise dans la rue, mais se rend vite compte que seul soi-même peut créer le bonheur : « Il y a quelque chose qu’ils doivent affronter, tout le monde dans cet endroit ; c’est pareil pour tout le monde ». (La chanson semble également avoir largement inspiré « We’re Going To Be Friends », du groupe de rock de Detroit, les White Stripes). Et sur « Social Life », Pop chantonne sa déception face au succès et à la célébrité. C’est un sujet familier, mais l’esprit sombre des paroles et la pureté de sa voix montrent l’homme sous un jour bien différent.

Malgré quelques points faibles (couper quelques-unes des 17 pistes aurait pu le simplifier), American Caesar est l’une des meilleures œuvres de Pop, un mélange de grandes chansons et de performances, qui montrent son large éventail de talents. Malheureusement, l’album s’est vendu modérément, et il se perd souvent parmi un back catalogue de disques médiocres. Bien qu’il s’inspire de la vision du rock ‘n’ roll des Stooges, l’album n’essaie pas de reproduire leur brillance féroce. Et au lieu d’exploiter la nostalgie de son héritage, Pop l’enrichit. Magnet magazine

dont on reparlera bientôt. Oncle ————————–

 1. « Character » (Pop, Eric Schermerhorn) – 1:07
2. « Wild America » (Pop, Schermerhorn) – 5:52
3. « Mixin’ the Colors » – 4:49
4. « Jealousy » – 6:04
5. « Hate » – 6:56
6. « It’s Our Love » – 4:09
7. « Plastic & Concrete » – 2:55
8. « Fuckin’ Alone » (Pop, Eric Schermerhorn) – 4:56
9. « Highway Song » – 3:44
10. « Beside You » (Steve Jones, Pop) – 4:29
11. « Sickness » – 3:15
12. « Boogie Boy » – 4:53
13. « Perforation Problems » – 3:15
14. « Social Life » – 4:12
15. « Louie Louie » (Richard Berry) – 3:47
16. « Caesar » (Pop, Eric Schermerhorn) – 7:09
17. « Girls of N.Y. » – 4:15

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez 120 autres abonnés

Traduire, translate, traducir, 翻译, תרגם ,ترجمة

Prochain post

12 septembre 2021
Le grand jour est arrivé.

Archives

Commentaires récents

OC dans Patrick Coutin – Co…
Bogosse76 dans Patrick Coutin – Co…
Lattlay Fottfoy dans Dogs – Walking shad…
Montigo Julio dans The Ethiopians – Engine…
maximemaillard dans Abbey Lincoln – Painted…

sur téléphone

Stats

  • 34 021 visites
©Copyright tous droits réservés disquesdumoi - 2015-2021
%d blogueurs aiment cette page :