Elmo Williams and Ezechiah Early – Takes one to know one

Poster un commentaire

19 septembre 2021 par OC


.CRITIQUE/

Elmo Williams sort ce disque fin 90 sur le label Fat Possum, mais ce ne sont pas ces quelques concerts des années 80 qui le feront connaitre (au-delà de quelques festivals locaux et juke joints) car c’est dans une scierie qu’Elmo travaillera principalement pour faire bouillir la marmite. Il n’est pas nécessaire de rappeler l’aspect parfois non professionnel et aléatoire de la carrière des bluesmen du Mississippi qui dépend souvent d’une vie parfois compliquée…

Rappelons nous le sublime disque distribué par le même label, d’un certain Asie Payton, ce cultivateur qui sortira le sublime album « Worried » avant de retourner mourir sur son tracteur. Le blues n’est décidément pas un métier assuré dans cette région.

Ce duo avec Ezechiah Early, c’est un peu comme un homme-orchestre… mais à 2 : un chanteur guitariste avec un batteur harmoniciste.
Une musique électrique et brute avec distorsion aux accents rock’n’roll… sans concession !
Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

full album……

Elmore Williams vit avec sa femme dans une maison confortable de la banlieue de Natchez, et est à la retraite après avoir travaillé pendant des années dans des scieries, une boulangerie et une laiterie. Bien qu’il joue de la musique depuis près de soixante ans, Elmore Williams n’a passé que deux ans environ à travailler à plein temps comme musicien, et aujourd’hui, il joue surtout dans des festivals, souvent loin de chez lui.

Bien que Williams ait commencé à se produire en Europe dès les années 1980, il a été plus largement acclamé après la sortie en 1998 d’un CD sur Fat Possum qu’il a partagé [sous le nom de « Elmo » Williams] avec Hezekiah Early, Takes One To Know One. Dans le sillage de ce CD, le duo a voyagé à travers les États-Unis et dans des pays comme la Finlande, la Suède, le Portugal et le Japon, et Williams a récemment voyagé seul pour se produire en Italie.

Il est né Elmore Williams, Jr, à Natchez le 6 février 1933, et a vécu à Fenwick, juste à l’est de la ville, jusqu’à l’âge de onze ans, lorsque sa famille est revenue en ville. Son père était un guitariste de blues qui travaillait comme finisseur de ciment, et a été tué alors qu’il se rendait au travail à Biloxi. Elmore n’avait que dix ans à l’époque, et regrette que son père n’ait pas pu lui apprendre la musique.

« J’étais censé apprendre de lui à jouer le blues, mais il n’a jamais eu l’occasion de me l’enseigner. Alors j’ai appris ce que je pouvais trouver par moi-même, je me suis contenté de l’accorder là où je pouvais jouer quelque chose. Je me fichais de savoir comment les autres accordaient leur boîte, j’accordais la mienne comme je pouvais en jouer. »

Williams a des souvenirs particulièrement riches de la grande variété de musique que l’on trouvait à Natchez dans son enfance.

« Les commerces se trouvaient principalement sur St. Catherine Street, il y avait des cafés et des juke joints tout le long de la rue. Vous pouviez remonter la rue Sainte-Catherine et dans presque tous les bars, vous trouviez quelqu’un avec une guitare. Ils étaient en train de jouer, au moins les vendredis et les samedis, et les dimanches, quelques bars étaient ouverts, mais le reste des gens se rendaient aux églises de la rue Sainte-Catherine.

« Il y avait Cat Iron [William Carradine] et « Tucker », et il y en avait deux ou trois autres. Ils n’ont jamais voulu vous apprendre quoi que ce soit, ils étaient jaloux, je pense, [que] vous alliez leur trancher la gorge. Et le premier cousin de ma mère, il n’était pas dans le blues mais il avait un groupe, Otis Smith. Ils ont joué à Crowley, LA pendant une vingtaine d’années. Ils avaient une contrebasse, des saxophones, des trombones et des trompettes.

« Papa George [Lightfoot], il vivait en bas de la rue où j’ai grandi, dans la rue Sainte-Catherine. Je connais l’endroit où se trouvait la maison de son père, juste à l’est de Franklin. C’était un arnaqueur, il avait un chariot à boules de neige, il vendait des cacahuètes. Il soufflait dans sa harpe en vendant, et il se faisait de la monnaie avec ça aussi.

« Ce Papa George était quelque chose, il était plein d’entrain. Il faisait le clown, il soufflait dans sa harpe et mettait deux bâtons entre ses doigts et c’est comme ça qu’il gardait le rythme. Vous entendiez ce « clack, clack » en rythme avec son jeu de harpe. Il avait des lattes de bois, elles ressemblaient à des règles. C’était un musicien professionnel, car il jouait avec [le chef d’orchestre et animateur d’émissions de radio nationales] Horace Heidt, quand Horace Heidt était là. Horace Heidt voulait qu’il suive le groupe, mais Papa George n’est jamais allé avec lui ».

Il se souvient également avoir vu des groupes de fifres et tambours afro-américains locaux se produire à la fois en ville et lors de pique-niques ruraux.

« On pouvait voir que parfois, sur Sainte-Catherine, certains de ces chats se réunissaient et les fifres et tambours se mettaient à jouer du boogie. Oui, en effet, à cette époque, vous aviez Al Miller, il avait un groupe, Otis Jackson, il avait un groupe – ce sont les deux groupes dont je me souviens bien. [Ils avaient] une caisse claire, une basse et un fifre. Ils jouaient pour les pique-niques ou partout où ils pouvaient jouer. Tout le monde allait à l’un d’eux. »

L’un des souvenirs les plus marquants de l’enfance de Williams est l’incendie du Rhythm Club.

« J’étais jeune quand ça a brûlé. Je suis allé avec mon père pour le voir, et j’ai vu tous les cadavres empilés et tout le reste le lendemain matin. »

Sur le CD Fat Possum, Williams interprète une chanson qui suit de près la chanson Natchez Burnin’ de Howlin’ Wolf.

« J’ai tout le temps chanté à ce sujet, mais j’ai mis de nouvelles paroles, je l’ai modifiée. Je la joue presque tous les soirs quand je vais jouer. »

Williams a commencé à se produire lors de rassemblements locaux alors qu’il était adolescent, avec son collègue guitariste Chris « CP » Proby, mais leur collaboration a été interrompue lorsqu’il a été appelé sous les drapeaux.

Il s’y est remis avec un ami, Chris « CP » Proby, et ils ont commencé à se produire ensemble lors de rassemblements dans la région à l’adolescence. En 1952, Williams est appelé sous les drapeaux, mais n’est pas envoyé en Corée. Il sert plutôt au Camp Pickett en Virginie.

Après avoir été libéré de l’armée, Williams est retourné à Natchez, où il a chanté avec un groupe dirigé par John Fitzgerald, qui comprenait également le guitariste James Woods et le batteur Hezekiah Early. Ils se produisent souvent au Haney’s Big House à Ferriday, en Louisiane, qui est le plus grand club de la région. Parmi les groupes que Williams se souvient avoir vus à cet endroit figurent Fats Domino, B.B. King, Junior Parker, Bobby « Blue » Bland, Smiley Lewis, et Lloyd Price.

Au milieu des années 50, Williams forme son propre groupe, qui joue dans des lieux de la région de Natchez, notamment au Horseshoe Club, au Dan’s Hot Spot à Jonesville, LA, et à Ferriday au Haney’s, Will Smith’s et Robert’s Casino [propriété de Robert Wilkerson]. Ces trois clubs se trouvaient dans le même pâté de maisons et ont été détruits dans un incendie en 1966 qui a pratiquement mis fin à la vie nocturne afro-américaine de Ferriday.

Williams se produit également pour le public blanc de l’endroit avec son propre groupe et avec un trio composé de lui-même, du tromboniste Leon « Pee Wee » Whittaker et du batteur « Happy Jack ». Il se souvient que le public blanc appréciait le blues – il a longtemps aimé interpréter des chansons d’artistes tels que B.B. King, Muddy Waters, Clarence « Gatemouth » Brown et T-Bone Walker – mais qu’il aimait aussi les chansons « sentimentales » d’artistes comme Nat King Cole et Ivory Joe Hunter.

D’autres différences qu’il note sont que les clubs blancs avaient tendance à avoir des horaires plus matinaux [le Haney’s, dit-il, fonctionnait de « kin à cain’t »] et payaient mieux en salaires et en pourboires. Alors que les musiciens devaient acheter leurs boissons dans les clubs noirs, il dit que lorsqu’il jouait dans des clubs blancs, il pouvait toujours obtenir des boissons gratuites en chantant une chanson avec les paroles « I am dry, bring me something wet ».

Dans les années 70 et 80, Williams se produit principalement lors d’événements, notamment des mariages et diverses réunions informelles. En 1984, il a donné plusieurs spectacles à l’Exposition universelle de la Nouvelle-Orléans, et en novembre de la même année, il s’est rendu aux Pays-Bas pour se produire au festival Blues Estafette d’Utrecht, qui présentait également des artistes du Mississippi, dont R.L. Burnside, Johnny Woods et Hezekiah and the Houserockers.

Williams dit qu’il se produisait souvent dans les juke joints de Natchez jusqu’à l’arrivée des jeux d’argent sur les bateaux de rivière au début des années 90. Avant cela, explique-t-il, les propriétaires de clubs pouvaient se permettre de payer les musiciens avec l’argent qu’ils gagnaient en vendant de l’alcool de contrebande et avec les gains des jeux de hasard. « Le bateau [casino] a supprimé tout cela », dit-il, et avec leur arrivée, il a largement abandonné la musique.

À l’exception d’environ deux ans où il a joué de la musique à plein temps, Williams a toujours eu des emplois de jour, travaillant dans des scieries, une boulangerie et une laiterie. Il est revenu à la scène à la fin des années 90, après que les propriétaires du label Fat Possum Records d’Oxford l’aient retrouvé et enregistré avec le batteur, chanteur et harmoniciste Hezekiah Early. En 1998, Fat Possum a publié le CD Takes One To Know One (par Elmo Williams et Hezekiah Early) ; d’autres chansons de ces sessions ont été publiées par le label en 2008 sur le EP American Made, uniquement en vinyle.

Après la sortie du CD, Williams et Early ont fait une tournée à travers les États-Unis, se sont rendus au Japon et ont fait plusieurs visites en Europe. Williams joue occasionnellement au festival du Mississippi, et dans les années 2000, il s’est produit plusieurs fois au festival Deep Blues dans le Minnesota. En 2010, il est retourné en Europe avec Hezekiah Early pour se produire lors d’un festival en Italie. arts.ms.gov

————————–

1.Mother’s Dead 03:18
2.Insane Instrumental 02:10
3.Blue Jumped The Rabbit 03:19
4.Booster 03:16
5.Nothin’ Man 02:27
6.Hoopin’ and Hollerin’ 02:42
7.Been Here and Gone 03:22
8.Natchez Fire 02:52
9.Do Your Thing 02:46
10.Let It All Go 04:36

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez 122 autres abonnés

Traduire, translate, traducir, 翻译, תרגם ,ترجمة

Prochain post

24 octobre 2021
12 heures restantes.

Archives

Commentaires récents

OC dans Patrick Coutin – Co…
Bogosse76 dans Patrick Coutin – Co…
Lattlay Fottfoy dans Dogs – Walking shad…
Montigo Julio dans The Ethiopians – Engine…
maximemaillard dans Abbey Lincoln – Painted…

sur téléphone

Stats

  • 34 429 visites
©Copyright tous droits réservés disquesdumoi - 2015-2021
%d blogueurs aiment cette page :