Frank Zappa & Mothers Absolutly free

Poster un commentaire

7 novembre 2021 par OC


 .CRITIQUE/

Pour ce 2ème disque avec les Mothers Of Invention, Frank Zappa forge un univers musical qui ne le quittera plus.
Après 5 mois de tournée avec les Mothers et l’arrivée de Don Preston (le clavier qui suivra Zappa toute sa carrière), ce disque crée les fondations d’un paradigme décalé aux accents dadaïstes, jonglant avec les codes du Pop-Rock et de la musique psyché-jazzy comme sur l’excellent « Invocation and Ritual Dance of the Young Pumpkin ». 

Cette musique décousue et inattendue garde son humour et emmène l’auditeur vers une expérience innovante, créative, voire parfois dérangeante !

La boîte de Pandore est dorénavant ouverte, que vous l’aimiez ou pas, Frank Zappa a sa place parmi les plus grands ! Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

full album……

Au grand dam de Verve, « Freak Out ! » rencontre un succès sans précédent pour un disque aussi atypique et aussi franchement peu commercial dans l’approche. Ils s’engagent donc à faire perdurer l’expérience et, après une tournée de cinq mois, les Mothers rentrent en studio pour publier le sans équivoque « Absolutely Free ». Si Zappa doit composer avec le départ de Elliot Ingber, devant désormais assumer seul les parties de guitare, les Mothers of Invention voient aussi l’arrivée essentielle de Don Preston aux claviers et Jim « Motorhead » Sherwood au saxophone. Tout en continuant sa satire politique (« Plastic People »), on l’aura compris, le son du groupe va s’étoffer d’avantage et la musique composée par Zappa ne va plus servir uniquement de véhicule pour des textes engagés mais va commencer, tout doucement, à regorger de références multiples (l’introduction du thème de « Petroushka » de Stravinski dans « Status Back Baby ») et à développer un langage quasi cinématographique, devenant ainsi l’illustration sonore du contexte évoqué. C’est une approche unique qui va rester partie intégrante de l’univers de Zappa, tout au long de ses quatre décennies d’activité, et qui influencera bien plus tard un groupe comme Mr.Bungle. Guts of darkness                 ————————–

1/ Plastic People (3:42)
2/ The Duke of Prunes (2:13)
3/ Amnisia Vivace (1:01)
4/ The Duke Regains His Chops (1:52)
5/ Call Any Vegetable (2:15)
6/ Invocation and Ritual Dance of the Young Pumpkin (7:00)
7/ Soft Cell Conclusion and Ending of Side One (1:40)
8/ Big Leg Emma (2:31)
9/ Why Don’tcha Do Me Right? (2:37)
10/ America Drinks (1:52)
11/ Status Back Baby (2:54)
12/ Uncle Bernie’s Farm (2:10)
13/ Son of Suzy Creamcheese (1:34)
14/ Brown Shoes Don’t Make It (7:30)
15/ America Drinks and Goes Home (2:46)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez 137 autres abonnés

Traduire, translate, traducir, 翻译, תרגם ,ترجمة

Prochain post

26 juin 2022
2 jours restants.

Archives

Commentaires récents

Bogosse76 dans Patrick Coutin – Co…
Lattlay Fottfoy dans Dogs – Walking shad…
Montigo Julio dans The Ethiopians – Engine…
maximemaillard dans Abbey Lincoln – Painted…
OC dans TC Matic- Choco

sur téléphone

Stats

  • 39 295 visites
©Copyright tous droits réservés disquesdumoi - 2015-2022
%d blogueurs aiment cette page :