Eric Dolphy / The latin jazz quintet – Caribé

Poster un commentaire

6 novembre 2022 par OC


.CRITIQUE/

Pour cet album, Eric Dolphy a enregistré avec une formation à la discographie courte et éphémère. Il ne s’agit pas de hard bop proprement dit, mais d’une alliance de jazz plutôt classique avec des percussions cubaines. Alors… Dolphy est-il vraiment à sa place ?

Dans ce ronron musical, le saxophoniste déchire le ciel sur chaque morceau de ses éclairs fulgurants, comme il sait si bien le faire. Et cela sans oublier son pouvoir d’adaptation qui malgré sa fougue s’intègre parfaitement dans cet univers sucré.

Un disque qui pourrait paraître anecdotique, si le souffle d’Eric Dolphy ne se mettait pas une fois de plus au service de la musique et de cette formation sans volonté de voler la vedette… Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

full album……

Biographie

Le Latin Jazz Quintet a eu une histoire étrange. Ce groupe éphémère, qui a connu une forte rotation au cours de son existence, est aujourd’hui connu pour deux périodes seulement (l’une pour New Jazz et une autre, beaucoup plus obscure, pour United Performers) au cours desquelles Eric Dolphy l’a rejoint. Ces deux programmations (en particulier la sortie pour New Jazz) ont permis de découvrir que Dolphy a largement négligé le Latin Jazz Quintet et vice-versa ; jamais le soliste ambitieux et l’ensemble encore plus conventionnel ne se répondent et ne se reconnaissent ! Le participant à la conga Juan Amalbert a été le premier leader du LJQ. La formation du premier enregistrement (le Dolphy New Jazz time) comprenait également le vibraphoniste Charlie Simmons, le pianiste Gene Casey, le bassiste Costs Ellington et Manny Ramos à la batterie et aux timbales. Le groupe mélangeait de manière experte le bop commun avec les rythmes afro-cubains, sonnant parfois comme un groupe habituel de Cal Tjader et, sans être innovant, généralement plaisant. Au moment où ils produisent leur deuxième enregistrement, un disque TruSound sans Dolphy en 1960, Bobby Capers est invité à l’alto et à la flûte, et Ellington et Amalbert sont rejoints par le vibraphoniste Willie Coleman, le pianiste Jose Ricci et Phil Newsom à la batterie et aux timbales. Un FRESH Jazz se produit 1961 a acquis Artie Jenkins au piano comme les dates de séjour du groupe (comme le deuxième programme Dolphy qui sera de 1963) a découvert le groupe allant droit à travers 100-percent de roulement. Des joueurs tels que les vibraphonistes Bobby Blivens et Felipe Diaz, le pianiste Willie Gardner, le bassiste Bobby Rodriguez et les percussionnistes Victor Allende, Tommy Lopez et Louis Ramirez font une apparition sur un ou plusieurs enregistrements. Au moment de l’album suivant de Dolphy, le leader Amalbert s’est en fait retiré ! Un disque Prestige Compact, Popular Sauce, combine les deuxième et troisième enregistrements du groupe.

————————————————————————————-

Caribé est un album du Latin Jazz Quintet avec Eric Dolphy, enregistré en 1960 et sorti sur le label New Jazz en février 1961.

Le critique d’AllMusic Richard S. Ginell a déclaré : « Ce disque est l’équivalent d’un bâton de dynamite jeté dans un dîner tranquille et bien organisé, de la dynamite qui explose et qui laisse tout à sa place. C’est le cas du volatile Eric Dolphy, un sérieux hurleur au saxophone alto et encore plus idiosyncrasique et radical à la clarinette basse, qui fait irruption dans le repaire du Latin Jazz Quintet de Juan Amalbert sans le perturber le moins du monde… Pas un match idéal, donc, mais fascinant sans aucun doute ».

Les biographes de Dolphy, Vladimir Simosko et Barry Tepperman, ont écrit : « Le pianiste Gene Casey et le vibraphoniste Charlie Simons produisent constamment de bons solos, mais la voix la plus forte du rendez-vous est celle d’Eric, à la fois parce que son cor est intrinsèquement l’instrument le plus fort du groupe, et parce que ses idées et sa personnalité musicale sont les plus percutantes. Cependant, il ne profite pas de ces circonstances pour dominer les débats ; il joue avec le groupe, dans le meilleur sens du terme, sans pour autant sacrifier son approche personnelle du jeu. La même philosophie qui a fait de ses disques avec [Chico] Hamilton un succès général est évidente, et les enregistrements qui en résultent sont à la fois intéressants et satisfaisants. ».Wikipedia

                ————————–
Caribé 10:05
Blues In 6/8 5:46
First Bass Line 4:04
Mambo Ricci 6:54
Spring Is Here 5:00
Sunday Go Meetin’ 5:48

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez 143 autres abonnés

Traduire, translate, traducir, 翻译, תרגם ,ترجمة

Prochain post

11 décembre 2022
5 jours restants.

Archives

sur téléphone

Stats

  • 42 164 visites
©Copyright tous droits réservés disquesdumoi - 2015-2022
%d blogueurs aiment cette page :