Skip James : today !


151072865

  • CRITIQUE/

Avec cette voix fluide et fine, Skip James me séduit par cette fausse légèreté, cette voix de falsetto qui vient de très haut, et qui est parfaitement accompagnée par sa guitare arpégée. La voix d’un ange !

Ayant préféré l’argent trébuchant aux royalties des ventes de ses enregistrements de 1931, Skip James arrête la musique très tôt ; considérant le blues comme la musique du diable, il devient pasteur. Puis ira dans un hôpital jusqu’au jour où dans les années 60, les organisateurs de « l’American Blues Festival » viendront le chercher, lui mettront son chapeau sur la tête et une guitare dans les mains,  pour le glisser sur scène devant un parterre d’étudiants médusés…!

C’est en 1961, en plein revival blues, qu’il enregistrera de nouveau ses titres phares des années 30, en 2 disques dont la 1ère partie se trouve sur cet album (Today). C’est pendant « l’American Blues Festival » qu’en compagnie de plusieurs bluesmens historiques, il parcourera les États-Unis et l’Europe.

Eric Clapton le mettra en lumière en reprenant « I’m so glad ».   Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Hard time killin floor…….


Cherry ball version 1931 ………

Skip James fait partie des artistes redécouverts pendant le revival des années soixante. C’est à cette époque que sort « Today ! », plus de trente années après les premiers enregistrements de l’artiste, en 1931. Le temps n’a absolument rien altéré à sa musique. Les seize titres, d’une extrème mélancolie, en font un album de toute beauté. Skip James y est seul au chant – sa voix de fausset, est triste, irritante même parfois – et il s’accompagne lui-même, tantôt à la guitare, tantôt au piano.
On retrouve dans cet album notamment le titre « I’m so Glad », repris quelques années plus tard par le groupe « Cream » d’Eric Clapton. Blues Road

Version de I’m so glad des Cream.

————————–

Au début des années trente, Skip James apprécie guère n’être payé que quarante malheureux dollars pour une session d’enregistrement de vingt-quatre morceaux. Il préfère mettre un terme à sa carrière, devenir pasteur, travailler dans les mines et les plantations, plutôt que de voir sa musique se faire piétiner de la sorte. Il lui faut attendre les années soixante pour que son œuvre soit respectée à sa juste valeur. Redécouvert en 1964 par Bill Barth et John Fahey, il remonte sur scène en compagnie de Son House, autre grand créateur du Delta blues, au festival de Newport. On est alors en pleine vague de blues revival. L’élite blanche adule ces légendes de la musique noire, et surtout ceux qui jouent un blues authentique, proche des racines rurales du genre.

Il n’y a sans doute pas plus authentique que Skip James, qui joue le blues comme il le faisait plus de trois décennies auparavant. Il réenregistre ses grands standards, en bénéficiant des qualités d’une production moderne. Skip James, avec sa voix de falsetto d’une rare sensibilité, s’accompagne seul à la guitare et au piano. Son jeu très pur, délicat, illumine chaque mesure de ces douze compositions mythiques. Today !, c’est de l’émotion à l’état brut, un interprète/compositeur de génie, des chansons d’une qualité inaltérable. Un chef d’œuvre en somme.

Les premières notes de guitares introduisent avec une gravité impressionnante les plaintes fascinantes du chant de Skip James : « Hard Times Killing Floor Blues » fait ressurgir avec une douce tristesse le spectre de la crise de 29. Après l’entrainant « Crow Jane », Skip James interprète le poignant « Washington D.C. Hospital Center Blues », écrit à l’occasion d’un de ses nombreux séjours à l’hôpital dans les années soixante.

Des accords de guitare finement ciselés de « Drunken Spree » au piano virevoltant de « How Long », Today ! cache derrière une austérité de façade un univers musicalement coloré : Skip James sait ménager des moments plus allègres, à l’image du fameux « I’m So Glad » ou du rythmé « all Night Long » entre les longues complaintes torturées de la trempe de « Special Rider Blues » ou du grinçant « Cypress Grove ».

Que ce soit en termes de parole, d’accompagnement ou de chant, skip James va toujours droit au but en y mettant toute son âme: chaque note, chaque mot semblent lourds de signification et nous emplissent d’une émotion difficile à saisir. Plus qu’un classique du genre, Today ! est l’essence même du blues, un chef-d’œuvre hors du temps et des normes. Forces parallèles

————————–

1. « Hard Time Killing Floor Blues »  3:24
2. « Crow Jane »  3:00
3. « Wahington D.C. Hospital Center Blues »  4:12
4. « Special Rider Blues »  5:11
5. « Drunken Spree »  2:49
6. « Cherryball » 4:28
7. « How Long »       Leroy Carr 2:58
8. « All Night Long »  5:03
9. « Cypress Grove »  4:20
10. « Look Down the Road » 3:16
11. « My Gal »  6:06
12. « I’m So Glad »
Skip James – vocals, guitar, piano
Russ Savakus – bass (on « How Long »)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s