Capital letters : Headline news


f174f794807e463cba5e83aa6292d068

  • CRITIQUE/

Certains diront que c’est un des plus grands disques studio du reggae anglais… peut-être…?

En tous cas, c’est bien avec un hymne à la ganga « Smoking my ganga – 16:35 » que ce groupe se fait connaitre en 1978, et c’est en 79 que sort « Headline news ». Malgré les rééditions récentes et nouveautés du groupe (pour moi anecdotiques), je ne m’arrêterais que sur cet album, alors allons à l’essentiel !

Pourquoi ce disque ? Parce qu’il a tous les éléments d’un bon disque de reggae. D’abord une bonne production et un bon mixage, ensuite une présence de la batterie comme j’aime, de bons chœurs féminins, de la mélodie avec des tubes et des leads vocaux faisant le job. Bref, un disque cohérent et efficace.

Cet album garde de la fraicheur malgré ses thématiques plutôt engagées, comme cette entrée en matière qu’est « Fire fire fire » donnant immédiatement le ton rebelle ou racontant les frasques d’Amin Dada (président de l’Ouganda à l’époque) avec « President Amin – 8:03 » accompagné d’un jeu de batterie très dub, dont le batteur nous honore tout au long de cet opus.

Voilà une galette à avoir dans sa discothèque de par sa particularité « so british ». Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Full album…..

——————————

début
A l’instar de Steel Pulse, Misty In Roots, Aswad, Matumbi, … Capital Letters est l’un des groupes phares de la scène anglaise, composé de jamaïcains, vers la fin des années 70 début 80.
Originaires de Wolverhampton non loin de Birmingham, les Capital Letters ont l’air de se former vers 1972 sous le nom *The Alphabets (* source à vérifier), mais ce n’est qu’en juin 1978 qu’ils signent leur premier succès avec la sortie de Smoking My Ganja en 12″ discomix. Produit par Chris Cracknell sur le label *Greensleeves, ce premier single, qui raconte les exploits de la police traquant les fumeurs de ganja, resta plusieurs mois classé dans les charts Black Echoes fin 1978, début 1979. Une intro bien différente mais qui pourrait rappeler celle de No No No de Dawn Penn, c’est sur une rythmique effrénée, souvent adoptée par les batteurs UK, que le morceau nous emporte.
Toujours produit par Cracknell, leur deuxième single, UK Skanking, avec sa rythmique magnifique et bien spécifique du son anglais, sort en mai 1979 également en 12″ discomix, mais ne se classe pas dans les charts. Ce titre ne figure d’ailleurs pas sur le LP (sauf réédition CD).
Le mois suivant voit la sortie de l’album Headline News.

Le premier LP
Septième album du label anglais *Greensleeves créé par Chris Cracknell et Chris Sedgwick en 1975, Headline News est pourtant le premier album enregistré par un groupe anglais pour Cracknell (seuls des singles étaient sortis jusqu’alors, Reggae Regular’s – Where Is Jah, …) et fait également parti des meilleures sorties du label. Enregistré au studio *TMC , 118 Mitcham Road, à Londres, les allées et venues des 8 membres du groupe s’étalèrent sur quelques mois jusqu’à l’aboutissement de l’album, qui sorti en juin 1979, la même année que le Tribute To The Martyrs de Steel Pulse. Les sessions étaient mixées sous les oreilles attentives de *Pete Hammond, qui fût l’ingénieur du son et l’atout principal du studio de 1977 à 1982.
L’artwork de l’album, comme pas mal d’autres du label, est réalisé par Tony McDermott. Simple et plus tôt symbolique, l’on y voit le titre de l’album, en lettres noires sur fond blanc, derrière une clôture en treillis. Les lettres « LI » de Headline formeraient presque un « W », et comme le « W » de News, ils ressortent du titre et pourraient faire penser aux initiales de World War…. Au dos de la pochette on y trouve les lyrics sur des articles de journaux découpés, sur fond jaune pour rappeler les couleurs du label.

De chaque morceau, 10 au total, émane quelque chose de magique, de part la fraîcheur des compositions, de la qualité du mixage, des harmonies vocales et de l’énergie dégagée par les rythmiques. A noter qu’à cette époque en Angleterre, la qualité de vie d’une bonne partie de la population est médiocre, ce qui participe à l’émergence du mouvement punk, mouvement qui influença peut-être leur musique. La batterie, assurée par Roderick Harvey, surnommé « The Dude », a dû bouleverser bon nombre d’amateur de son UK tellement celle-ci est prenante. La qualité de son jeu y est pour quelque chose, mais pas seulement. La couleur donnée par l’ingénieur du son y est aussi pour beaucoup. A la basse, c’est Junior « JB » Brown qui nous emporte avec ces lignes toutes plus belles les unes que les autres. Un duo drum & bass plus qu’efficace. Les voix sur Headline News sont également l’une des qualités de l’album. Quelle pureté dans les leads vocales et les harmonies. Du beau travail qui redore le blason des choeurs féminins. Là, les voix nous transpercent… Les leads vocales sont de Danny « Teacher » McKen et Earl « Wizard » Lynch, respectivement guitariste et clavier du groupe. Les backing vocales sont de Pauline Spencer et Paulette Hayden. Le groupe se complète avec la guitare de George « Bulk » Scarlett et les percussions de Wenty « Country Boy » Stewart.

Headline News
Caisse claire tendue un max, gros break de batterie,… d’entrée de jeu Fire nous décolle du canap’ : « Fire Fire Fire… » (« Fire… Fire… ») répètent les choeurs, « il y a le feu, brûlant dans Babylon, prends ton seau et l’eau de ton puit » continue la lead vocal. Titre qui explique que Babylon brûle, et qu’il ne faut pas se battre mais s’unir, que sur la Terre l’homme n’a pas besoin d’argent car la Terre offre ce qu’il faut. On enchaîne sur Daddy Was No Murderer et son intro de plus 40 secondes avec laquelle on sent que, dès que ça va partir, ça va partir ! Et dur à nouveau de rester assis, comme pour tous les autres titres d’ailleurs. De bons passages de la lead guitare, discrète, mais bien placée. Le titre évoque l’histoire, ou plus tôt le rêve d’un enfant qui voit la police arrêter son père en pleine nuit … « Mon père n’est pas un assassin » répète-il sans cesse… « Mère nous a quitté, nous a laissé partir quand nous étions petits. Vous prenez mon papa, vous prenez tout… ». Les voix sont un régal. Le morceau suivant, President Amin, sur une rythmique au son de grosse caisse bien appuyée et son côté un peu plus dub, avec son texte plus délicat, évoque les massacres ordonnés par le dictateur militaire et président de l’Ouganda de 1971 à 1979, Idi Amin Dada.
« There will be war, and rumours of war, In this dread, dread, dread, dreadful land. There will be people, killing people, There will be famine, famine, famine and starvation ». « Il y aura la guerre, et les rumeurs de guerre, Dans cette crainte, la peur, l’angoisse, Terre horrible. Il y aura des gens, tuant des gens, Ce sera la famine, la famine, la famine et la faim. ». Avec ces paroles, Rumours annonce l’arrivée du jugement dernier sur un reggae plus traditionnel. Le piano, les voix lead et backing, sont magnifiques ainsi que l’harmonica qui se fait bien discret et qui se réveille plus sur la fin. La face A du LP se termine avec Smoking My Ganja et son skank principal, presque ska, et sa deuxième guitare rythmique différente. Ce titre est devenu un hymne pour bon nombre de fumeurs d’herbe.

La face B commence par un break de batterie et un son de clavier assez étrange, mais qui colle bien au morceau. Unemployed raconte les difficultés à trouver du travail en cette période difficile en Angleterre. Les voix, magnifiques comme toujours, disent : « Regarde qui est maintenant au chômage. Ce n’est pas que j’ai peur du travail, tu vois, Je vais construire des ordinateurs, même abattre des arbres, Mes parents me disent que je ne suis pas vraiment bon, qu’ils seraient mieux avec un homme de bois. Alors aidez-moi frères, aidez-moi si vous le pouvez, Car après tout, je suis juste un homme, »… « Non, seulement un chômeur, membre du public, ouais, ouais. Un chômeur, membre du public… ». Avec une intro et une batterie digne de ce nom, Rejoice demande aux peuples africain, indien, américain, jamaïcain, anglais, irlandais, … de se réjouir de leur liberté de croire et d’adorer ouvertement. Le rythme est plus qu’entraînant et aurait bien passé en version extended. Buzz Rock commence avec un chant de coq sur un rythme Nyahbinghi, suivi d’un « Jah Rastafari !!! » lancé par les voix. S’ensuit un dub-instrumental magique, au skank bien précis, dont la mélodie principale est laissée à la guitare solo. Quelques apparitions des backing vocales avec des « ohoooohooo » mais sinon, dub it !!! Run Run Run nous emmène à nouveau dans la magie des Capital Letters, avec une intro jazzy, pour voir un skank rapide donner le ton. « Cours Cours Cours, Babylon arrive ! », chantent les choeurs. Toujours la lutte contre Babylon chantée sur une merveille musicale. L’album se termine en toute beauté avec le très bon titre, Out Of Africa, qui dénonce l’esclavage et prône l’unité du peuple africain.

Lyrics de Headline News
Dans son ensemble mais aussi titre par titre, cet album est une pure merveille, à posséder absolument à qui sait apprécier le reggae sortant de ses frontières.
Headline News, a été réédité en CD par Greensleeves en 1992 et en 2007 avec 3 bonus : Uk Skanking (Original 12″ Disco Mix), Natty Walk (Original 12″ Disco Mix) et Smoking My Ganja (Original 12″ Disco Mix). La réédition de 2007 est un double-CD avec en bonus le EP 4 titres Bread And Water.

———————–

Playlist :
Fire
Daddy Was No Murderer
President Amin
Rumours
Smoking My Ganja
Unemployed
Rejoice
Buzz Rock
Run Run Run
Out Of Africa

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s