Neil Young – Rust never sleep


1401x788-97018306

  • CRITIQUE/

L’intro de ce disque fut une de mes premières expériences à la guitare acoustique quand j’avais 14 ans ; et c’est toujours avec grand plaisir que j’écoute ce disque avec respect et fascination pour cet immense chanteur. 

Ces ballades aux mélodies transcendantes ont une classe unique ! Dans ces enregistrements, malgré les divers rafistolages éditoriaux, Neil Young réussit un tour de passe-passe en allant d’une ambiance folk éthérique à un rock efficace tout en douceur, progressivement… ponctué par le génial « Pocahontas » (à 12 mn).

Ce vieux briscard est comme un passeur, comme il le fit plus tard avec sa guitare hypnotique en accompagnant Johnny Depp vers la mort dans la bande-son de « Dead man » de Jim Jarmush.

« Rust never sleep »  reste historique et intemporel. Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Ride my lamas……

Pocahontas……

Powder finger……

Hey hey my my (into the black)……

Hey Hey, My My (Into the Black) live

————————–

Rust Never Sleeps est un album rock de Neil Young et de son groupe Crazy Horse sorti en juin 1979 sur le label Reprise Records.

Historique
C’est un album enregistré en public (mais sans le son du public), avec une face acoustique (titres 1 à 5) et une face électrique (titres 6 à 9). Les enregistrements se firent pendant la tournée américaine de 1978 à l’exception de « Pocahontas » qui fut enregistré le 11 août 1976 et de « Sail Away » qui fut enregistré le 12 septembre 1977 pendant les sessions de l’album « Comes a Time »1.

La chanson Hey Hey, My My est devenue un standard, elle ouvre l’album dans sa version acoustique (Out of the Blue) et le clôt dans le déluge de distorsion de sa version électrique (Into the Black). Elle a été composée avec Jeff Blackburn (du groupe The Ducks (en)), sera l’unique single de l’album et se classa à la 79e place du Billboard Hot 1002
Kurt Cobain qui s’est suicidé en avril 1994 explique dans sa lettre posthume : » It’s better to burn out than fade away » (Mieux vaut exploser en vol que s’éteindre à petit feu). Cette citation est tirée de « Hey Hey, My My ».

Aux États-Unis, Rust Never Sleeps se classa à la 8e place du Billboard 2004 et se vendra à plus d’un million d’exemplaires. La photo de la pochette est signée par la femme de Neil, Pegi Young.

En 2003, il est classé 350e des 500 plus grands albums de tous les temps par le magazine Rolling Stone.

Plusieurs titres sont repris dans un DVD éponyme diffusé aussi en juillet 1979. Wikipédia.

————————–

1.     My My, Hey Hey (Out of the Blue) (Young / Blackburn)   3:45
2.     Thrasher     5:38
3.     Ride My Llama    2:29
4.     Pocahontas    3:22
5.     Sail Away     3:46
6.     Powderfinger    5:30
7.     Welfare Mothers    3:48
8.     Sedan Delivery     4:40
9.     Hey Hey, My My (Into the Black)    5:18

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s