Big Joe Williams – Going back to Crawford


  • CRITIQUE/

Voici le guitariste de blues à la guitare à 9 cordes, ce qui donne à son instrument un son absolument unique et original.

Plusieurs invités viennent accompagner le guitariste sur ce disque ; enregistré chez Ahroolie en 1971, ce dernier est de très bonne facture au niveau du son et détient une des meilleures versions du fameux « Baby please dont go », composition du guitariste, reprise en autres par les Them et Van Morisson dans les années soixante, et qui deviendra un des grands standards du blues et du rock.

C’est encore un style un peu raide que concocte ce bluesman, où la dynamique est très présente. Tantôt forte, tantôt basse, sa voix jaillit telle la lave d’un volcan afin d’exorciser les malheurs de la vie…

Incontournable ! Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Back home blues……

Baby please dont go……

Saturday night women……

Been in Crawford too long……

————————–

Joseph Lee Williams dit Poor Joe ou Big Joe Williams est un chanteur et guitariste de blues américain né le 16 octobre 1903 à Crawford (Mississippi) et mort le 17 décembre 1982 à Macon (Mississippi). Il reste célèbre pour son jeu de guitare très particulier sur son instrument à neuf cordes. Il est l’auteur de la chanson Baby, Please Don’t Go, devenue un classique du blues et reprise notamment par le groupe Them et AC/DC

Biographie
Né à Crawford dans le Mississippi, Williams se produit régulièrement déambulant à travers les États-Unis mendiant en jouant dans les magasins, les bars ou les camps de travail. Il fait plusieurs séjours au pénitencier d’Angola (Louisiane), et eut une vie aventureuse.
Il enregistre à partir de 1935 pour Bluebird Records. Sa chanson Baby Please Don’t Go est un grand succès et devient un standard du blues, reprise dès le début par de nombreux artistes. Il joue fréquemment avec Sonny Boy Williamson I de 1938 à 1947. Il travaille ensuite pour Vee Jay, Specialty, Columbia Records, Okeh Records, Delmark, Prestige Records, Arhoolie Records, Vocalion, Bullet Records et Trumpet Records. Découvert par le public blanc, il participe à de nombreux festivals dans les années 1960 et enregistre des dizaines d’albums.
Big Joe Williams vit dans une caravane à Crawford quand il meurt à l’âge de soixante-dix-neuf ans.

Style
Le style de Big Joe Williams est ancré dans le Delta blues et possède un caractère unique. Il joue conduisant les rythmiques et les lignes mélodiques simultanément tout en chantant en même temps. Pour cela, il jouait à l’aide de deux onglets placés sur son pouce et sur son index sur une guitare en grande partie modifiée. En effet, Williams avait ajouté un micro électrique rudimentaire dont les câbles s’enroulaient autour de sa guitare. Il ajouta également trois cordes supplémentaires à son instrument. Wikipédia.

___________________________

Enregistré à Crawford, Mississippi le 21 mai 1971 et à une station de radio à Starkville, Mississippi en mars 1971. Comprend des notes de ligne de Chris Strachwitz. Bien que Williams reçoive un chant principal sur huit des 26 chansons sur ce disque, et joue de sa guitare distincte tout au long, il est facturé à Big Joe Williams & Friends puisque la majorité des pistes présentent d’autres chanteurs du Mississippi. Williams essayait d’amener d’autres chanteurs de sa région à l’attention du propriétaire folklorique / Arhoolie, Chris Strachwitz; La plupart de ce CD a été enregistré par Strachwitz en mai 1971 à Crawford, MS, bien que sept chansons aient été faites à une station de radio du Mississippi quelques mois plus tôt. En raison du rôle secondaire de Williams, il devrait être considéré comme un élément secondaire dans le catalogue de Williams, mais c’est encore un solide blues de pays du Mississippi. Les performances sont assez serrées et ciblées, et la guitare fonctionne bien, surtout la diapositive. Aucun des autres chanteurs – Austen Pete (qui joue également de la deuxième guitare derrière Williams), John « Shortstuff » Macon (qui joue ce qui figure sur la manche en tant que guitare « rattling »), Glover Lee Connor et Amelia Johnson – sont aussi Arrêtant Williams, mais aucun n’est mauvais. La fidélité au matériau enregistré par Strachwitz est bonne; La qualité du matériel effectué à la station de radio est moins claire, mais pas difficile à écouter. Williams a enregistré « Baby Please Do not Go » plusieurs fois, mais celui ici est certainement bon et un point fort du disque. — Richie Unterberger, Rovi

————————–

01. Back Home Blues 4:22
02. Baby Please Don’t Go 2:44
03. Saturday Night Women 3:42
04. Been In Crawford Too Long 2:59
05. Sugar Diabetes Blues 2:46
06. Run Here Jailer With The Key 1:55
07. Take Me Out Of The Bottom 3:06
08. Bird Nest 3:02
09. Corrina 1:49
10. I Walked All Night Long 5:20
11. Sugar On The Bottom 3:22
12. Bad Luck 2:45
13. Checkin’ Out 3:18
14. My Last Girl – Don’t Treat Her Wrong! 3:40
15. Can’t Listen No More 3:16
16. Don’t Stay Long 3:45
17. I’m Wild About My Jelly Roll 2:04
18. Moanin’ ‘Fo Day 2:19
19. I’m Leavin’ This Town 3:32
20. I Don’t Know Why 3:11
21. My Baby Stopped Drinking Water 1:32
22. Good Times Here, Better Down The Road 2:01
23. Shake It Enough For Me 2:33
24. Mary Frances 3:05
25. My Baby Don’t Stand No Foolin’ 1:56
26. She Have Broken My Heart 2:34
Musicians:
Big Joe Williams, Austin Pete, John « Shortstuff » Macon (vocals, guitar);
Glover Lee Connor, Amelia Johnson (vocals).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s