Rl Burnside – Wish i was in heaven sitting down


  • CRITIQUE/

Encore une fois le nom d’Rl. Burnside retentit comme le sifflet d’une balle de revolver, avec ce disque, encore une fois, unique en son genre.

C’est toujours une sensation particulière d’écouter ce qui pourrait être le symbole, l’alpha et l’oméga de la musique noire américaine. D’un côté, la musique d’un des derniers grands bluesmen du Mississippi ayant commencé sa carrière dans les années 60, et de l’autre côté, le son lié à la technologie des gros studios d’enregistrements d’aujourd’hui. Cet album mixé par des aficionados de l’Electro et du Hip-hop en est la preuve.

Un road-movie dans la moiteur de Holly spring… Enorme ! Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Full album……

————————–

De RL Burnside, vieux bluesman du Mississippi projeté sous les feux de la rampe rock il y a quatre ans pour un album enregistré en compagnie du Jon Spencer Blues Explosion, on n’attendait rien de plus que ce qu’il a toujours fait : du blues authentiquement plouc et sauvage, directement hérité de John Lee Hooker […]

De RL Burnside, vieux bluesman du Mississippi projeté sous les feux de la rampe rock il y a quatre ans pour un album enregistré en compagnie du Jon Spencer Blues Explosion, on n’attendait rien de plus que ce qu’il a toujours fait : du blues authentiquement plouc et sauvage, directement hérité de John Lee Hooker (qui l’a inspiré) ou Fred McDowell (qui lui a appris la guitare). Parce qu’il a déjà beaucoup donné, parce qu’on le sait presque aussi âgé que le blues (73 ans) et que la rumeur le disait malade, on se serait même contentés de moins. On n’attendait sûrement pas de ce survivant qu’il nous surprenne. Et il le fait. Entouré d’une bande de jeunes (dont Smokey Hormel, guitariste de Beck) rompus aux techniques modernes de création de groove, RL Burnside réinvente sa musique. Moins pure, moins dure, mais infiniment soul et neuve. A tel point qu’on ne sait plus si c’est du blues. Et qu’on s’en fout royalement. Ce qu’on entend ici, c’est un disque pour lequel Beck aurait vendu père et mère ; l’intelligence d’une production electronica actuelle avec un vrai chanteur ; une musique qui chasse les papillons noirs de la tête et met des fourmis dans les jambes ; le premier grand disque de blues à la fois authentique et moderne. LesInrocks

—————————

R.L. Burnside, né Robert Lee Burnside le 23 novembre 1926 à Harmontown, Mississippi, et mort le 1er septembre 2005 à Memphis, est un chanteur, guitariste et compositeur de blues. Il a vécu la majeure partie de sa vie à Holly Springs, dans l’État du Mississippi.

Biographie

R. L. Burnside a passé le plus clair de sa vie dans les collines du nord du Mississippi. Il a travaillé comme métayer et comme pêcheur tout en jouant de la guitare le week-end. Il a commencé à s’intéresser à la guitare peu après ses vingt ans en écoutant le disque de John Lee Hooker, Boogie Chilen (qui a inspiré les débuts de nombreux bluesmen comme Buddy Guy). Il a appris son style en écoutant également Fred McDowell qui habitait près de chez lui, ainsi que son cousin par alliance, Muddy Waters.

Dans les années 1950 Burnside déménage du côté de Chicago, où plusieurs membres de sa famille sont assassinés ; après ces crimes, il retourne dans son État natal. Il évoquera cet épisode tragique dans « R.L.’s Story », sur l’album Wish I Was in Heaven Sitting Down.

Ses premiers enregistrements datent de la fin des années 1960 chez Arhoolie Records, enregistrés par George Mitchell. Des morceaux acoustiques ont été enregistrés pendant cette époque et publiés au début des années 1980.

Au milieu des années 1990, Burnside est remarqué par Jon Spencer, leader du Jon Spencer Blues Explosion, il part en tournée et enregistre avec ce groupe et élargit alors son audience.

Après une attaque cardiaque en 2001, son médecin lui conseille d’arrêter la boisson. Burnside arrête, mais ce changement l’empêche de jouer, dit-il.

Les membres de sa grande famille continuent la tradition du blues dans la région de Holly Springs :

son petit-fils Cedric Burnside joue de la batterie avec Kenny Brown (il accompagne aussi son grand-père),
un autre petit-fils Duwayne Burnside joue de la guitare avec le North Mississippi All Stars ainsi que son groupe Duwayne Burnside and the Mississippi Mafia (avec Cedric),
son neveu Garry Burnside joue lui de la basse.

La santé de Burnside allait en déclinant depuis son attaque de 1999, il meurt à l’hôpital de Memphis le 1er septembre 2005. Il laisse une femme (Alice Mae), 13 enfants et de nombreux petits-enfants.
Musique

La voix de Burnside est puissante et caractéristique, il joue aussi bien de la guitare électrique ou acoustique (avec ou sans bottleneck). son style ronronnant est caractéristique du country blues des collines du Nord du Mississippi, différent du blues du Delta. Comme beaucoup de musiciens de country-blues, il ne suit pas toujours le schéma des 12 ou 16 mesures du blues, et ajoute des séquences supplémentaires suivant l’inspiration. Il appelle cela le « style Burnside » et raconte souvent que ses musiciens accompagnateurs doivent être au courant de son style pour pouvoir jouer correctement avec lui.

Dans ses premiers enregistrements, comme ceux de John Lee Hooker, son style vocal et instrumental rappelle la musique d’Afrique de l’ouest comme le Mali.

Beaucoup de ses chansons ne changent pas d’accord, et utilisent le même accord en répétant la ligne de basse en donnant un air hypnotique. Son style vocal est caractérisé par une tendance à de petites coupures en fin de longues notes.

Il connait de nombreux toasts (petites poèmes afro-américains) qu’il récite souvent entre les morceaux pendant les concerts ou les enregistrements.

————————–

1.     Hard Time Killing Floor Blues
2     Got Messed Up
3      Miss Maybelle
4      Wish I Was In Heaven Sitting Down
5      Too Many Ups
6      Nothin’ Man
7      See What My Buddy Done
8      My Eyes Keep Me In Trouble
9      Bad Luck City
10    Chain Of Fools
11     R.L.’s Story

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s