Bill Evans – Sunday at the Village Vanguard


  • CRITIQUE/

Au même titre que Miles Davis qui insuffla à des centaines de trompettistes une destinée artistique, Bill Evans est aussi la référence de plusieurs générations de pianistes contemporains, revendiquant naturellement l’affiliation.

En effet, une autre époque commence avec ce pianiste et cette approche du piano, et cet enregistrement est une référence dans le trio piano, tant par le style que par les musiciens et l’enregistrement. C’est avec Scott Lafaro (contrebasse) et Paul Motian (batterie) que le pianiste grave ici la plus belle page de la naissance du piano jazz moderne en live. Le très grand contrebassiste partira trop rapidement : Scott Lafaro mourra d’un accident de voiture quelques jours après l’enregistrement, lui qui dialoguait comme personne avec le pianiste, avec ce sens inné de la mélodie.

Bill Evans est un passeur entre les styles très techniques des pianistes d’avant et les générations plus modernes, cherchant plus l’émotion interne presque mystique à un déferlement de prouesses techniques. C’est au contact de George Russell, créateur d’un concept lydien et de Miles Davis avec le fameux Kind of Blue ( jazz modal) que Bill Evans étendra sa particularité de l’approche de l’harmonie et des arrangements. Un disque majeur du piano, du jazz et de Bill Evans.

Magistral ! Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Full album……

————————–

Sunday at the Village Vanguard est un album du pianiste de jazz Bill Evans paru en 1961.

L’album est le « meilleur enregistrement de jazz live entre 1953 et 1965 » selon le critique Michael C. Bailey.

Historique

Cet album, produit par Orrin Keepnews, a été initialement publié en 1961 par Riverside Records (RLP 376).

Il a été enregistré au club Village Vanguard à New York, le 25 juin 1961. Les titres sont issus de 2 sets de « matinée » (après-midi) et 3 sets de soirée donnés par le trio de Bill Evans.

De ces sessions est aussi issu l’album Waltz for Debby (publié chronologiquement après le présent album). Les titres retenus par Keepnews pour Sunday at The Village Vanguard sont ceux qui mettent le plus en valeur le contrebassiste Scott LaFaro. Ce dernier s’était tué dans un accident de voiture le 6 juillet 1961, quelques jours seulement après l’enregistrement de ces pistes.

Cet album a été aussi édité, en 1973, sous forme de double LP (couplé avec l’album Waltz for Debby), sous le titre The Village Vanguard sessions’ (Milestone M 47002). En 1984, le même label Milestone a publié sous forme de LP des prises alternatives inédites sous le titre More from the Vanguard. En 2005, a été publié, un album de 3 cd contenant toutes les prises faites lors de ces sessions sous le titre The complete Village Vanguard Recordings (Riverside Records). Cette dernière édition respecte l’ordre d’enregistrement des titres (matinées et soirées), contient les annonces vocales et une prise incomplète inédite de Gloria’s Steps (prise 1).

Après le décès de LaFaro, Evans profondément affecté, n’enregistrera aucun disque en trio pendant plus d’un an (il enregistrera par contre en sideman ou, sous son nom, en duo avec le guitariste Jim Hall).

À propos du disque The Village Vanguard

Cet album est issu des derniers enregistrements du mythique trio Bill Evans, Scott LaFaro et Paul Motian. Ce trio, qui a mis en place son jeu lors de sessions à Basin Street East, a révolutionné l’histoire du trio jazz1. Dans ce groupe, les trois partenaires, rompant avec la tradition où contrebassiste et batteur se cantonnaient à un rôle d’accompagnement, se livrent à une véritable « improvisation à trois ». Il y a une synergie, une interaction (« interplay ») presque télépathique5. et une liberté constante entre les trois musiciens. Ces enregistrements du Village Vanguard sont probablement ceux où cet « interplay » entre les trois homme est arrivé à son plus haut point.

Le jeu de Bill Evans est ici riche de couleurs harmoniques influencées par sa connaissance de la musique classique et de lignes mélodiques pleines de risques rythmiques, notamment sur Solar3. On entend rarement Scott LaFaro jouer de la « walking bass », traditionnelle dans un trio piano/basse/batterie. Au contraire, ses improvisations sont virtuoses, pleines d’énergie, imaginatives et inventives3. Paul Motian peut être considéré comme le centre autour duquel LaFaro et Evans gravitent et prennent toutes les libertés possibles. Son jeu, tout en sobriété, finesse et subtilité, permet à LaFaro et Evans de prendre toutes les libertés possibles et à dialoguer. Wikipédia.

————————–

1. Gloria’s Step (prise 2) Scott LaFaro 6:09
2. My Man’s Gone Now George Gershwin 6:21
3. Solar Miles Davis 8:52
4. Alice in Wonderland (prise 2) Sammy Fain 8:34
5. All of YouNotes 5 (prise 2) Cole Porter 8:17
6. Jade Visions (prise 2)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s