Flamin’ Groovies – Teenage head


  • CRITIQUE/

Héritiers des 2 décennies qui viennent de passer, c’est dans le vacarme que les Flamin’ groovies signent cet opus, en entrant dans les années 70 comme un éléphant dans un magasin de porcelaine !

Cet opus très court m’a toujours impressionné par son énergie ! C’est un vrai disque de rock-blues pour tous les fans des Rolling Stones. Une merveille stonienne (parfois à s’y méprendre !) qui pour ceux qui ne la connaissent pas, viendra raviver des souvenirs enfouis.
A consommer sans modération ! Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

High flyin’ baby ……

City lights ……

Teenage head……

Whiskey Women ……

                                                                 ————————–

The Flamin Groovies sont un groupe de rock américain fondé à San Francisco en 1965 par Ron Greco, Cyril Jordan et Roy Loney.

Leur premier album, Supersnazz (1969), avec Jordan (guitare, chant), Loney (guitare, chant), George Alexander (basse, harmonica, chant), Tim Lynch (guitare, harmonica, chant) et Danny Mihm (batterie) contient des reprises des années 1950 rock and roll et des chansons plus mélodiques qui préfigurent la power pop des années 1970 — un genre auquel les Flamin ‘ Groovies ont beaucoup contribué. Ils sortent leur second album en 1970 Flamingo et Teenage Head en 1971.

En 2013, Cyril Jordan, Chris Wilson et George Alexander se réunissent pour la première fois depuis 1981. Accompagné du batteur Victor Penalosa, le trio retourne en studio pour enregistrer des nouveaux morceaux et peaufiner d’anciens titres inachevés. Le groupe assure ensuite des concerts au Japon, en Australie, aux États-Unis, au Royaume-Uni et en France.

————————–

Pour ce nouveau Track-by-track, un disque remarquable mais connu surtout des fans de rock, et pas trop du grand public : Teenage Head, sorti en 1971, des Flamin’ Groovies. L’album est très court (une demi-heure pour 9 titres : l’édition CD offre 7 bonus-tracks, dont la durée complète dépasse celle de l’album initial !), et fantastique. Il est souvent considéré, et à raison, comme une sorte de version ‘cheap’ du classique des Rolling Stones Sticky Fingers, sorti la même année, un tout petit peu avant. Il paraîtrait même que Mick Jagger aurait dit au sujet de Teenage Head qu’il était supérieur à Sticky Fingers ! Tout ça pour vous dire à quel point on est en présence d’un monstre. Le groupe, cependant, bien que très culte chez les rockeurs et amateurs de garage-rock (même si cet album est du pur rock), est resté peu connu, globalement. Un peu des losers, les Groovies, qui n’ont jamais connu de gros succès, sauf avec ce disque que tout le monde a cependant et très rapidement comparé avec le disque des Stones. Teenage Head, ce disque, le voici :

High Flyin’ Baby : Ouverture puissante pour Teenage Head, ce High Flyin’ Baby faisant penser au Brown Sugar de l’album Sticky Fingers des Stones (qui, aussi, ouvre l’album). Riff puissant et vrombissant, durée idéale (3,30 minutes : pas trop long, pas trop court, parfait donc). Seul le chant de Roy Loney est assez moyen, sa voix en est même limite insupportable sur les couplets. Mais l’ambiance générale de ce morceau est vraiment bluffante, stonienne, rock à l’extrême, et ce morceau est un des meilleurs de l’album, avec quelques autres.

City Lights : Nettement plus calme, City Lights est une pure merveille plus longue d’une minute que High Flyin’ Baby, et avec Cyril Jordan (guitare) aux choeurs, dans le final. Une chanson assez bluesy qui me fait penser au Love In Vain des Stones (laquelle est une reprise, je sais, mais je parle donc de la version faite par les Stones), chanson présente non pas sur Sticky Fingers mais sur Let It Bleed. C’est aussi lent et magistral. Une des meilleures de l’album, et une des plus belles, mélodiquement parlant.

Have You Seen My Baby ? : Chanson écrite par Randy Newman (qui ne fait pas partie du groupe), Have You Seen My Baby ? est une des plus connues de l’album. C’est une des chansons des plus rythmées de l’album, une chanson très sympathique et courte (un peu moins de 3 minutes) qui offre une ambiance franchement jubilatoire et énergique. Le chant de Loney, alors que je ne suis pas fan du tout de sa voix à la base (et même physiquement, ce mec m’insupporte assez, je ne sais pas pourquoi ; c’est le mec en rouge sur la pochette, en arrière-plan ; le mec en rouge au premier plan, avec les lunettes et la guitare transparente, est Cyril Jordan). Dans l’ensemble, une très bonne chanson rock.

Yesterday’s Numbers : Interprétée par Cyril Jordan (guitare) au lieu de Loney, Yesterday’s Numbers est une des deux chansons de l’album, d’ailleurs, que Jordan chante. L’autre, coïncidence ou pas, fait avec la face B ce que Yesterday’s Numbers fait avec la A, autrement dit, elle l’achève (avec élégance, de plus, et force). 4 minutes magistrales, le chant de Jordan est aussi majstueux que sa guitare, l’ambiance est parfaite… C’est un des morceaux les plus stoniens de l’album, mais il possède aussi une certaine douceur, c’est nettement moins brutal que les autres chansons de l’album (excepté l’autre chantée par Jordan). Sublime.

Teenage Head : Monstrueuse chanson de presque 3 minutes ouvrant les festivités de la face B. Cette chanson donne son titre à l’album, et peut se targuer d’être un des emblèmes du garage-rock, le genre de chanson culte que tout groupe de grage naissant se doit de connaître sur le bout des doigts, le genre de chanson qui, avec le 7 And 7 Is de Love et le I Wanna Be Your Dog des Stooges, fait toujours son effet. Riff mortel, chant mortel malgré ce que je pense, je l’ai déjà dit, du chanteur Roy Loney. I’m a monster, got a revved up teenage head… Une chanson puissante, une des meilleures de l’album.

32-20 : Reprise d’un standard blues de Robert Johnson, 32-20 est le passage blues obligé d’un album rock de l’époque se respectant. Un peu comme le You Gotta Move de l’album des Stones auquel Teenage Head fait furieusement penser, malgré qu’il soit plus garage que le disque des Cailloux. Comme pour le Stones, cette chanson est franchement loin d’être inoubliable, même si je l’aime mieux que je n’aime You Gotta Move, en fait. C’est court et assez sympathique, pour amateurs de blues et de Robert Johnson. A noter, les paroles sont réécrites par Roy Loney. 2 minutes, chanson la plus courte.

Evil Hearted Ada : Aargh. Un pastiche de rock’n’roll à la Elvis Presley, Roy Loney qui chante comme Elvis, d’une voix rauque et grave, une voix de crooner rock’n’roll assez insoutenable… Evil Hearted Ada est une chanson vraiment nulle, enfin, selon moi. La sauce ne prend pas, c’est le plus souvent tout simplement ridicule (le refrain, avec cette voix hoquetante, tremblotante, qui m’a toujours fait penser à un mec qui tenterait de parler tout en crevant de froid, frigorifié…). Il y à donc un gros défaut à Teenage Head, et ce défaut, tout compte fait, n’est pas sa courte durée, mais ce morceau de 3,20 minutes.

Doctor Boogie : Un boogie, comme son nom l’indique. Une sorte de pastiche, comme Evil Hearted Ada l’était pour le rock’n’roll à la Elvis Presley. Seulement, Doctor Boogie est nettement meilleure que Evil Hearted Ada, autant le dire. Bonne chanson, qui n’est pas non plus le sommet de l’album, mais ce boogie assez rigolo et court (2,30 minutes) se laisse franchement écouter, d’autant plus que, comme je viens de le dire, c’est assez court. Bref, Doctor Boogie est une chanson marrante, belle utilisation de la slide, en plus.

Whiskey Woman : Deuxième des chansons de l’album à ne pas être interprétée par Roy Loney, mais par le guitariste Cyril Jordan, Whiskey Woman est une des plus belles de Teenage Head, tout simplement. L’équivalent, pour cet album, du Wild Horses de l’album stonien, ou de Moonlight Mile. Voire même le sommet de l’album, allez, j’ose le dire. C’est aussi, avec 4,45 minutes, le morceau le plus long de l’album. On notera une ressemblance frappante, niveau manière de chanter, niveau mélodie, avec le Knockin’ On Heaven’s Door de Bob Dylan, chanson qui n’existait pas encore, vu qu’elle date de 1973. Ca me semble assez improbable que Dylan ait copié un groupe garage pour une de ses chansons, donc ça ne peut être qu’une coïncidence. Ca y ressemble par moments, dans les couplets (pour les deux chansons) surtout. Whiskey Woman est une pure merveille se finissant en fanfare, laissant une ultime note imparable pour l’album. On en redemande…

Au final, Teenage Head (sur la pochette initiale, il n’y avait rien sur les bandes noires en haut et bas, pas de nom de groupe et d’album) est un disque franchement remarquable, malgré un Evil Hearted Ada qui m’est devenu, à la longue, assez insupportable, pour les raisons que j’ai énoncées plus haut. Ambiance blues, garage, rock’n’roll, stonienne, pour ce disque très court, trop court, rempli de trésors, et que sa ressemblance frappant avec le Sticky Fingers des Stones n’empêche pas d’être grandiose, en tant que pur disque de rock. Le meilleur album des Groovies, même si Flamingo et Supersnazz sont également excellents. Un disque à redécouvrir, car il n’est plus aussi connu de nos jours, et c’est dommage. clashdohertyrock.canalblog.com

————————–

1 High Flyin’ Baby (Roy Loney, Cyril Jordan) – 3:32
2 City Lights (Roy Loney, Cyril Jordan) – 4:28
3 Have You Seen My Baby? (Randy Newman) – 2:54
4 Yesterday’s Numbers (Roy Loney, Cyril Jordan) – 4:00
5 Teenage Head (Roy Loney, Cyril Jordan) – 2:52
6 32-20 (Roy Loney) – 2:05
7 Evil Hearted Ada (Roy Loney) – 3:21
8 Doctor Boogie (Roy Loney, Cyril Jordan) – 2:32
9 Whisky Woman (Roy Loney, Cyril Jordan) – 4:47

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s