Dennis Brown – Visions of Dennis Brown


  • CRITIQUE/

Le rythme effréné de cet album, tel celui d’un train, vient rappeler tout au long de l’écoute, que l’urgence musicale de la fin des années 70 ne viendra pas mettre à mal cette voix d’une musicalité à toutes épreuves, généreuse, grave et légère qu’est celle de Dennis Brown.

Dès le deuxième morceau « O Mother », seule composition du chanteur, la voix nous envoûte de ce petit vibrato dont lui seul a le secret et nous séduit illico. La suite coule de ce chant précis et familier, accompagné par une section de cuivre de choc et de la batterie indéfectible de Sly Dunbar….

Malgré son aspect un peu « léger », ce disque produit par Joe Gibbs est une des plus grandes ventes de l’histoire du reggae.

Laissez-vous emporter par la cadence élégante de cet opus classieux. Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Full album……

————————–

Visions Of Dennis Brown est le huitième et plus célèbre album de Dennis Brown, bien qu’il ne contienne qu’une seule de ses propres composition, présentant surtout des morceaux coécrits et des reprises, telles que Love Me Always des Heptones, Malcolm X de Earl Sixteen, Milk And Honey de Clive Hunt ou encore Say What You’re Saying de Eric « Monty » Morris.

Enregistré, mixé et produit par Joe Gibbs et Errol T, le disque reçoit un accueil favorable en Jamaïque, où il sort à la fin du mois de février 1977, mais surtout au Royaume-Uni, où il devient l’album le plus vendu de l’histoire du reggae. Disponible en import début mars, il entre une semaine plus tard dans le classement par la revue Black Echoes des meilleures ventes reggae et y reste quinze mois durant, remplacé en juillet 1978 par… sa version britannique, enfin éditée officiellement par le label Lightning Records. Cette nouvelle édition, au prix désormais plus abordable, reste cinq mois de plus dans le classement (c’est-à-dire jusqu’en novembre 1978), dont dix-huit semaines consécutives dans le « top ten ».

Son prix trop longtemps élevé dû à l’importation compte sûrement dans le fait que Visions Of Dennis Brown n’a jamais accédé au sommet des charts, n’atteignant la deuxième place qu’une seule semaine, en avril 1977. Il est tout de même élu meilleur album reggae de l’année par les lecteurs de Melody Maker, l’hebdomadaire musical le plus populaire de l’époque, ainsi que par ceux de Black Echoes, l’hebdomadaire de la communauté noire londonienne.

On compte de nombreuses rééditions de Visions Of Dennis Brown : en vinyle par Laser (1978), Joe Gibbs (1980), Blue Moon (1985), Shanachie (1988) et Rocky One (1992), mais également en CD par Shanachie (1989), Joe Gibbs Europe (2006) et VP (2007). Wikipédia.

                                                                         —————————

1. Deliverance Will Come – 3:30
2. Oh Mother – 4:27
3. Love Me Always – 3:27
4. Concrete Castle King – 3:39
5. Malcolm X – 3:18
6. Repartriation – 3:09
7. Jah Can Do It – 3:07
8. Milk And Honey – 2:51
9. Stay At Home – 2:46
10. Say What You Say – 2:20
11. Home Sweet Home – 4:11
12. I’m Coming Home – 3:54
13. Stop The Fussing And Fighting – 3:21
14. To The Foundation – 3:53

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s