Compilation – Nigéria 70 / The Definitive Story Of 1970’s Funky Lagos


  • CRITIQUE/

Comment elle jette, cette pochette de disque consacrée au funky de Lagos made in Nigéria ! Le col pelle à tarte habituel des années 70, les manches favorisant la ventilation, et les bottines tout terrain : oui, nous sommes bien 40 ans en arrière ! 

Dans la fournaise du pays le plus petit et des plus peuplé d’Afrique, cette compil émerge en 2001. Afro Strut sélectionne ici un panel d’artistes du crû, dont Fela Anikulapo Ransom Kuti dit Féla et King Sunny Adé en sont les plus célèbres représentants.

La richesse de la musique africaine n’est plus à démontrer, surtout dans le domaine de la « world » même si je n’aime pas ce terme. Cette musique nigériane moderne est liée à la l’influence des États-Unis et de la richesse de sa musique.

Quand on compile large dans une niche musicale, on se retrouve souvent devant l’évidence que le niveau n’est pas toujours au rendez-vous. C’est le cas dans le monde de la réédition musicale d’aujourd’hui qui prône souvent « c’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure  soupe », sauf que les ingrédients ne sont pas toujours les bons.

Ici, si l’on ne s’aperçoit pas rapidement de la supériorité de Féla sur le reste, mieux vaut consulter un ORL ou faire comme Oscar Wilde qui disait « Je me contente de peu, j’exige le meilleur » et ne pas continuer à écouter ce disque. Pourtant cette compil s’écoute bien tant sa musicalité reste forte et permet de faire des découvertes. Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Disc 1……

Disc 2……

————————–

L’Eldorado musical africain se devait de commencer par le Nigeria. Patrie de langue anglaise, elle mêle ses héritages traditionnels (guitares-percussions et cuivres uptempo, format big band) à la musique funk américaine aux débuts des 70 et enfante avec Fela Kuti le représentant le plus frappant et prolifique du continent. En quelques années de ce dialogue intercontinental, tout le monde à Lagos se prend pour James Brown, de même qu’au Ghana et en Sierra Leone d’ailleurs. Avec toute l’énergie et le côté garage d’une jeunesse sous dictature militaire.

Inutile d’élaborer les raisons pour lesquelles l’Occident ne s’est rendu compte que récemment qu’un continent comme l’Afrique était une mine d’or pour les archivistes et l’occasion d’inonder quasi à l’infini l’amateur Européen curieux de compilations passionnées et documentées. Toujours est-il que l’Ouest-Afrique était une évidence. Kuti avait gardé un rayonnement international, Talking Heads avait sous l’influence de ce dernier dominé New York début 80s, l’on disposait d’une scène plus ou moins bien dessinée, et surtout d’une musique immédiatement attrayante, bien trempée, aux grooves intriqués inarrêtables, aux accents mélodieux uptempo, beaucoup de passion et en prime des choeurs en backing, toute à la fois suffisamment ancrée et exotique. Je n’égrène pas cela péjorativement, le bassin Nigérian offrant effectivement un talent accessible et authentique.

Nigeria 70: The Definitive Story of 1970s Funky Lagos a déjà 10 ans, et n’a, heureusement, rien eu de définitif ne serait-ce qu’en vue de l’abondante production estampillée par des labels au top de leur forme tels Soundway, Analog Africa ou Strut eux-mêmes. La sélection est ici regroupée en deux cds autour des ténors (Kuti, Allen, Onyeabor, Uwaifo, Adé), dans des styles de tout bord qui vont bien au delà du funk (le dubbesque et tourmenté Better Change Your Mind par exemple), et se révèle donc idéale pour embrasser la scène. En supplément, un documentaire par Sue Bowerman éclaire la naissance de l’Afro-funk et donne des point d’ancrages fort utiles pour qui veut explorer l’héritage régional.

A ce sujet, les amateurs enthousiastes peuvent se diriger ensuite vers: VA – Nigeria Special: Modern Highlife, Afro Sounds & Nigerian Blues 1970-6 (2008, Soundway Records), et VA – African Scream Contest: Raw & Psychedelic Afro Sounds from Benin & Togo 70s (2008, Analog Africa). Benoit, blog du peupl.

————————–

            Disque 1

1 – Monomono – Tire Loma Da Nigbehin
2 – Blo – Chant To Mother Earth
3 – Fela Ransome Kuti & The Africa 70 – Jeun Ko Ku (Chop ‘N’ Quench)
4 – Tunji Oyelana & The Benders – Ifa
5 – Bala Miller & The Great Music Pirameeds of Afrika – Ikon Allah
6 – Segun Bucknor & His Revolution – La La La
7 – Peter King – Shango
8 – Tony Allen & His Africa Messengers – No Discrimination
9 – Sir Victor Uwaifo & His Melody Maestroes – Akayan Ekassa
10 – William Onyeabor – Better Change Your Mind
11 – Bongos Ikwue – Woman Made The Devil

Disque 2

01 – Orlando Julius & The Afro Sounders – Alo Mi Alo (Parts 1 & 2)
02 – Ofo The Black Company – Allah Wakbarr
03 – Sahara All Stars Band Jos – Enjoy Yourself
04 – The Funkees – Dancing Time 05 – Afro Cult Foundation – The Quest
06 – Joni Haastrup – Greetings
07 – Gasper Lawal – Kita Kita
08 – Lijadu Sisters – Orere Elejigbo
09 – Fela Anikupalo Kuti & The Africa 70 With Sandra Akanke Isidore – Upside Down
10 – Shina Williams & His African Percussionists – Agboju Logun
11 – Sunny Ade & His African Beats – Ja Fun Mi (Instrumental)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s