John Lurie – Stranger than paradise


  • CRITIQUE/

Avec cette bande originale, nous entrons de plein pied dans l’univers de Jim Jarmush, qui signe  ici son 2ème film: « Stranger than paradise ».

C’est à John Lurie (acteur, saxophoniste et créateur du groupe de jazz contemporain Lounge Lizards) que J. Jarmush délègue la création musicale, lui qui avait déjà joué dans son 1er film « permanent vacation » en tant qu’acteur.

Une BO underground en 2 parties : un quatuor à cordes pour les 8 premiers morceaux dans un style contemporain, assez lyrique dans l’ensemble, et le 9ème titre rendant hommage au grand saxophoniste de jazz Albert Ayler dans une digression free jazz classique, aux prouesses guitaristiques osées d’Arto Linsay. Bonne écoute ! Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Bella by stairlight……

Car Cleveland……

Car Florida……

The ressurection of Albert Ayler….

————————–

John Lurie, né le 14 décembre 1952 à Minneapolis dans le Minnesota, est un musicien et acteur américain.

Il est avant tout un musicien-compositeur. Saxophoniste, il est le leader du groupe de jazz The Lounge Lizards. Il réalise l’album The Legendary Marvin Pontiac: Greatest Hits (de), sorti en 1999, auquel ont notamment participé David Bowie et Iggy Pop. Marvin Pontiac est un musicien tout droit sorti de l’imagination de John Lurie, lui permettant de chanter plus facilement, « caché derrière un personnage ».

En tant qu’acteur, il est surtout connu pour ses rôles dans les films de Jim Jarmusch, en particulier Down by Law et Stranger Than Paradise, où sa carrure élancée et son visage à la fois froid et expressif servent l’absence de couleur et la rareté des paroles du style Jarmusch.

Il est également peintre, depuis 2005.


Stranger Than Paradise est une comédie dramatique germano-américaine réalisée par Jim Jarmusch, sortie en 1984.
Se composant de trois parties, selon le lieu où se déroule l’intrigue, Stranger Than Paradise montre comment, aux États-Unis, trois personnes prisonnières de leur ennui essayent vainement d’en sortir.

Première partie : « The New World »

Béla Molnar, d’origine hongroise, vit dans la banlieue de New-York depuis dix ans et se fait appeler « Willie ». Un jour, il se voit contraint d’héberger sa cousine hongroise Eva dans son studio peu spacieux, car celle-ci doit rejoindre sa tante à Cleveland. Mais la présence d’Eva semble l’agacer ; ils restent souvent silencieux et l’ambiance est pesante. Willie se montre peu courtois et lui interdit de l’accompagner dans ses sorties. Dans cet appartement, Eva fait la connaissance d’Eddie, un ami de Willie, qui lui rend visite, et celui-ci semble apprécier la présence de la jeune femme.

Deuxième partie : « One Year Later »

Pour échapper à l’ennui, Willie et Eddie décident, un an plus tard, de retrouver Eva à Cleveland où elle s’est installée chez la tante Lotte. Les deux amis y restent quelque temps, puis proposent à Eva de partir pour la Floride – la jeune femme accepte.

Troisième partie : « Paradise »

Les trois protagonistes font route vers la Floride. Presque arrivés, l’ennui et les problèmes d’argent les rejoignent à nouveau. Finalement, tous trois se perdent de vue. Wikipédia.

————————–

1 Bella By Barlight 3:21
2 Car Cleveland 3:11
3 Sad Trees 0:54
4 The Lamposts Are Mine 1:51
5 Car Florida 3:04
6 Eva & Willie’s Room (Beer For Boys – Eva Packing) 2:03
7 The Good And Happy Army 3:19
8 A Woman Can Take You To Another Universe (Sometimes She Justs Leaves You There) 1:24
9 The Resurrection Of Albert Ayler

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s