The Upsetters – Super Ape


  • CRITIQUE/

Lee Perry signe ici son chef-d’œuvre avec les Upsetters, groupe interchangeable avec lequel il façonne l’histoire du reggae pendant 10 ans de 1969 à la fin seventies, avant que ne brûle le « Black Ark », son si célèbre studio vaisseau d’enregistrement à toutes épreuves.

« Le studio doit être comme un être vivant, les machines vivantes et intelligentes » disait le maître.

Ce n’est que très  tardivement que Lee Perry sort ce disque qui s’avérera être la référence du Dub, tant par ses compositions que ses mélodies et sa justesse de mix. C’est entre autres à partir de l’album de Max Romeo « War ina Babylon », avec les Upsetters et produit par ses soins la même année, que Lee Perry concocte cette merveille, unique à l’époque.

Un deuxième opus nommé « The return of super ape » sortira dans la foulée mais n’aura pas les même répercutions que cet album fondamental du Reggae et du Dub.

Allez, il est temps d’écouter... Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Full album……

————————–

Super Ape est un album studio produit et réalisé par Lee « Scratch » Perry , crédité sur son groupe de studio The Upsetters .

En Jamaïque , l’album est sorti sous le nom de Scratch the Super Ape en juillet 1976 sur le propre label de Perry. La version jamaïcaine avait un ordre de piste différent de la version internationale sortie en août de la même année sur Island Records .

L’album a été répertorié dans le livre The Rough Guide 1999 : Reggae: 100 CD essentiels .

Super Ape a été réédité le 29 novembre 2013 avec le double vinyle de Record Store Day Black Friday avec trois titres supplémentaires: « Rastaman Shuffle », « Magic Touch » et « Corn Fish Dub ». Side 4 comportait une gravure de la pochette de l’album Super Ape. Wikipédia

————————–

Dans le monde de la musique jamaïcaine, si Bob Marley est numéro un, alors Lee «Scratch» Perry est sans aucun doute le numéro deux. Perry est peut-être l’artiste le plus important auquel vous ne faites pas attention ou dont vous n’avez jamais entendu parler.

À la fin des années 1960, Perry a popularisé une forme de musique connue sous le nom de Dub, qui consistait à remixer instrumentalement les enregistrements précédents, tout en ajoutant des effets d’écho, de réverbération et autres pour donner à un enregistrement une vie entièrement nouvelle. Avec son groupe de musique The Upsetters, Lee “Scratch” Perry a réalisé certaines des plus belles musiques de la Jamaïque, ou d’ailleurs dans le monde.

Son album « Super Ape » de 1976 est une véritable image de son style Dub signature.

Si vous n’avez pas entendu de musique jamaïcaine, en dehors de la légende jamaïcaine Bob Marley, alors ce disque pourrait vous surprendre. Bien que le style de Marley soit basé sur des paroles honnêtes et vraies, et un groove simple mais excellent, le son de Perry est très différent. D’une part, il se produit davantage dans le domaine des instruments et des effets. Au lieu de la musique reggae habituelle frappant directement votre âme, le style de Perry vous entoure sans cesse et vous transporte dans un monde différent. Il ya beaucoup de points forts sur ce disque, tels que la basse dans «Croaking Lizard» et «Super Ape», ont fait écho la guitare dans «Underground», et la voix en hausse de Perry dans «Zion’s Blood». Toutes les pistes représentent clairement le même style, mais elles sont toutes différentes. Les dix pistes qui passent ici passent vite, et iront encore plus vite si vous vous détendez avec des amis lors d’une chaude journée d’été.

On se souviendra toujours de Lee «Scratch» Perry dans la musique jamaïcaine en tant que l’un des fondateurs de Dub, mais cela, et beaucoup de ses disques montrent qu’il ne faisait pas que créer un nouveau genre, il en faisait quelque chose.

Toutes les pistes de “Super Ape” sont conçues avec brio pour mettre en valeur le son de Perry’s Dub. Les effets de studio enveloppent la musique autour de vous sans être envahissante, et le son reggae lisse du groupe The Upsetters se marie à merveille avec le son. Si vous voulez vous habituer au son Dub, ceci est recommandé, si vous êtes déjà intéressé par Dub, mais ne l’avez pas, obtenez-le. C’est un disque qui peut être apprécié par les experts et les novices de la musique jamaïcaine. sputnikmusik

————————–

The Upsetters est le nom du collectif de musiciens de Lee « Scratch » Perry de 1969 à 1979. Ce collectif l’accompagna en tournée en 1970, accompagna en studio les musiciens que Lee Perry produit durant cette période, le groupe de son studio le Black Ark.

Ce collectif était à « géométrie variable » et sa composition dépendait de l’humeur et des exigences de Lee Perry. Beaucoup de grands musiciens jamaïcains ont fait partie de ce groupe et les membres du groupe en 1969 n’étaient pas les mêmes qu’en 1976. Les Upsetters sont rarement crédités car ils jouent le plus souvent pour accompagner les chanteurs (Max Romeo signe quand même son album War Ina Babylon sous le nom de Max Romeo and the Upsetters).

Histoire

La première formation se composait de Jackie Jackson à la basse, Hugh Malcolm à la batterie, Hux Brown à la guitare et Winston Wright à l’orgue. Ce sont eux qu’on entend sur « People Funny Boy » où Lee Perry règle ses comptes avec Joe Gibbs tout comme il réglait ses comptes avec Coxsone dans le titre « The Upsetter ».

Ces musiciens sont les Dynamites de Clancy Eccles ou les Crystalites de Derrick Harriott. Ils ont également joué pour Toots And The Maytals sur de nombreux albums. Vers 69, ils sont remplacés par les ex Hippy Boys, c’est-à-dire Aston Barrett à la basse, son frère Carlton à la batterie, alva Lewis à la guitare rythmique, Rannie Bop Williams à la guitare solo et Glen Adams à l’orgue. C’est avec eux que Lee Scratch va enregistrer entre autres les Wailers de 69 à 73.

Ensuite, à l’époque du Black Ark, la formation va encore évoluer. La basse est tenue par Robbie Shakespeare ou Boris Gardiner (parfois Dougie Bryan), la batterie par Sly Dunbar, Lloyd Adams ou Mickey Boo Richards ; aux claviers Theophilius Beckford, Winston Wright, Robbie Lyn ou Keith Sterling ; Les guitares de Earl ‘Chinna’ Smith, Michael Chung (aka Mao), Willie Lindo, Ernest Ranglin ou Robert Johnson. Il convient de leur adjoindre de nombreux musiciens comme Augustus Pablo au mélodica ou au clavier, David Madden et Bobby Ellis à la trompette, Vin Gordon au trombone, Glen DaCosta avec Tommy McCook et Dirty Harris aux saxos, et enfin aux percussions Noel « Skully » Simms (aussi connu sous le nom de Zoot Simms), Uziah « Sticky » Thompson et Lee « Upsetter » Perry lui-même.

Lee Perry produit avec eux seuls l’album Super Ape en 1976.

Après les Skatalites, les Upsetters sont une des formations instrumentales qui par leur grande présence discographique eurent une influence très importante sur l’évolution musicale du Reggae des années 70, jusqu’à l’arrivée des séquenceurs et des boites à rythmes. Wikipédia.

————————–

1. »Zion’s Blood »
2. »Croaking Lizard »
3. »Black Vest »
4. »Underground »
5. »Curly Dub »
7. »Dread Lion »
8. »Three in One »
9. »Patience »
10. »Dub Along »
11. »Super Ape »

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s