Sounds of Sudan – Abdel El Mubarak, Abdel Gadir Salim & Mohamed Gubara


  • CRITIQUE/

Cette compilation met en avant 3 grands noms de la chanson populaire soudanaise.

Cette musique d’inspiration égyptienne, où l’on retrouve le luth (oud), et l’accordéon pour les 2 premiers artistes, s’inspire aussi bien de la musique du désert que de l’Afrique.

Si son style reste au plus proche de la musique arabe, la douceur de la voix d’Abdel Gadir Salim nous berce avec une petite monotonie qui conte des textes populaires parlant d’amour et de politique, mais sans jamais froisser le pouvoir islamique en place.

Abdel El Mubarak a plus un style rappelant la musique éthiopienne dans les rythmes en laissant sa voix aux accentuations riches et narratives, nous exposer ses histoires.

Le troisième, Mohamed Gubara, arbore une voix tellement aigüe que l’on croirait presque entendre une femme. Les rythmes sont plus marqués éthiopiens car il utilise un tambur dont il est un des maîtres, un instrument ancestral joué depuis des milliers d’années dans la région comme une lyre frappée…

Un univers unique en son genre ! Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Full album……

————————–

Abdel Gadir Salim (arabe : عبد القادر القادر عبد) est un chanteur folk et chef d’orchestre soudanais. Il est l’un des chanteurs soudanais les plus connus en Occident, s’étant produit dans le monde entier et ayant enregistré dans de nombreux pays dont l’Angleterre.

Biographie
Salim est né dans le village de Dilling, dans la province du Kordofan, au milieu des monts Nouba, à l’ouest du Soudan, environ dans les années 1950. Salim a suivi une formation en musique européenne et arabe à l’Institut de musique de Khartoum, en commençant par Oud à la demande d’un ami. En 1971, il est passé de la musique urbaine à la musique country. A la recherche de chants traditionnels et familiers à interpréter, il a commencé dans son Kordofan natal et au Darfour. Rarement il écrit ses propres textes, les chansons qu’il trouve vont d’arguments politiques et éducatifs à des ballades d’amour. Salim est connu pour maintenir un répertoire neutre qui l’empêche d’irriter le gouvernement islamique du Soudan.

Style / Beaucoup de rythmes de Salim proviennent de rythmes traditionnels, comme les mariages, les danses, souvent en 6/8 temps stridents. Certains des battements, provenant de zones désertiques, sont modelés d’après la démarche des chameaux. Sa voix sonore, influencée par les styles égyptiens, vient souvent dans un chant long et régulier. Sa musique est souvent appelée ‘Pop égyptienne’.

Les paroles de Salim et leurs interprétations en anglais donnent un aperçu précieux de la culture soudanaise. Une chanson, intitulée Al-Lemoni, compare une belle femme à un citron. La pochette du disque explique que les Soudanais font référence à la couleur de leur peau en vert par opposition au noir ou au brun. Comparer une femme à un citron est donc une flatterie poétique. Jeenaki, ou « Le retour des oies », décrit comment la vue des oies est une indication bienvenue de la pluie dans le désert du Soudan, où des troupeaux d’oies débarquent pour boire dans des bassins.

Bande / Salim se produit parfois en solo, mais le plus souvent avec son groupe, les All-Stars. Hamid Osman Abdalla, le saxophoniste, vient également de Dilling.

Carrière / Salim a partagé les tâches de sa carrière d’interprète international et de directeur d’une école au Tchad entre au moins le milieu des années 1980 et le milieu des années 2000. Selon une déclaration au dos de son album Nujum Al-Lail (Stars in the Night) (1989, Globe Style, UK), les deux carrières s’harmonisent sans tension. En 2005, il a enregistré un album intitulé Ceasefire avec le rappeur soudanais, ancien enfant soldat et converti chrétien Emmanuel Jal.

Salim a représenté le Soudan lors de la phase qualificative du premier Festival de la chanson radiophonique de l’ABU 2012, mais n’a pas réussi à se qualifier pour la finale qui aura lieu le 14 octobre 2012 au KBS Concert Hall à Séoul, en Corée du Sud.

————————–

Abdel Aziz El Mubarak (arabe : عبد العزيز العزيز المبارك, né à Wad Madani en 1951) est un chanteur populaire soudanais. Il est connu pour diriger un grand groupe dont la musique est basée sur la musique arabe traditionnelle mais qui est aussi influencée par le reggae et le rhythm and blues américain. En plus de sortir de nombreux enregistrements de cassettes au Soudan et de jouer de nombreux mariages et autres concerts au Soudan, lui et son groupe ont également enregistré plusieurs CD pour le marché européen et américain et ont fait des tournées internationales. Il se produit aussi parfois en solo en s’accompagnant sur l’oud. wikipedia

————————–

Mohamed Gubara est considéré comme l’un des meilleurs joueurs soudanais du tambur, ou lyre, un instrument qui a changé depuis un peu plus de 5000 ans. Il chante des chansons de commentaire social, de protestation politique et d’amour, d’une voix tout à fait originale.

Mohamed Gubara est né en octobre 1947 dans un petit village de la province nord du Soudan. La musique et la danse font partie de la vie quotidienne des Gubaras Shaigiyya et il a commencé à jouer du tambour à l’âge de dix ans, maîtrisant rapidement les bases de l’instrument ancien. Plus jeune enfant après trois soeurs, il a décidé de quitter son village à l’âge de quatorze ans en raison de la surprotection de sa mère.

Il s’est rendu à Atbara, la capitale ferroviaire du Soudan, dans la partie sud de la province du Nord, où il a trouvé du travail comme messager. Il a rejoint un club (Al-Ahli) où il a pu développer ses compétences sur le tambourin en amateur. C’est dans ce club qu’il a été encouragé pour la première fois à chanter. Sa façon naturelle de chanter n’a que peu d’influence sur les styles traditionnels soudanais et sa voix aiguë et aiguë lui a valu une grande faveur auprès du public local. Cette renommée locale l’a amené à composer la musique du premier film soudanais Hopes and Dreams.

En 1970, Gubara quitte Atbara pour Khartoum, un chanteur parfait mais inconnu. A Khartoum, il a rejoint l’Armys Musical Corps où il a eu l’occasion de participer à l’émission hebdomadaire des Forces armées diffusée par le Sudan Broadcasting Service (Radio Omdurman). La première chanson qui l’a fait entrer dans le monde de la gloire fut Umma (Mère) qui raconte la profonde tristesse d’un fils aimant qui s’est éloigné de sa mère. La chanson a fait pleurer de nombreux spectateurs soudanais lors des premiers concerts de Gubaras à Londres en 1986.

La plupart des chansons de Gubaras lui sont données par des poètes de sa tribu Shaigiyya, qui composent également la mélodie. Ces poètes trouvent dans la voix de Gubaras le véhicule parfait pour exprimer leurs chansons. Beaucoup des plus grands chanteurs soudanais ont des chansons écrites pour eux par des poètes qui enregistrent leur travail sur cassette, s’accompagnant souvent sur oud pour suggérer la mélodie. Les poèmes sont ensuite réarrangés par le chanteur, les chansons et les mélodies de Gubaras sont spécialement écrites avec le chanteur à l’esprit et il ne les réarrange pas, il met juste ses petites touches à eux. La plupart des chansons de Gubaras sont écrites par un poète nommé Elsir Osman, avec qui le chanteur partage une grande affinité. Il dit qu’il se retrouve dans les poèmes et les chansons d’Osman.

————————–

1. Umri Ma Bansa – Abdel Gadir Salim – Abdel Gadir Salim
2. Al Noam Djafani – Abdel Gagir Salim – Abdel Gagir Salim
3. Maqtool Hawaki Ya Kordofan – Abdel Gadir Salim – Abdel Gadir Salim
4. Afra El- Helwa – Abdel Aziz El Mubara – Abdel Aziz El Mubarak
5. Ya Izzana – Abdel Aziz El Mubarak – Abdel Aziz El Mubarak
6. Ya Marri Bebaitna – Abdel Aziz El Mubarak – Abdel Aziz El Mubarak
7. Noora – Mohammed Gubara – Mohammed Gubara
8. Guroosh Edjin – Mohammed Gubara – Mohammed Gubara
9. Rahiel Gumriyiei – Mohamed Gubara – Mohamed Gubara

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s