Wayne Jarrett – Chippin


  • CRITIQUE/

Juste avant  Bubble up, son chef-d’œuvre enregistré aux États Unis, ce chanteur à la voix troublante et légère enregistre ce disque avec la crème de la crème du début des années 80.

Produit par Channel One avec les musiciens des Roots Radics, ce disque est mixé par Scientist at King’s Tubby. Cette production respire le Dub où l’élève d’Horace Handy vient sublimer ce style à la finesse peu commune.

Un style binaire axé sur l’accentuation de la grosse caisse et de la caisse claire qui donne un contraste parfait avec la voix éthérique, qui reste la clef de voûte de l’esprit des Roots Radics ! Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Love In A Mi Heart…

Skank And Come In…

True love…

Chippin…

Why Must Babylon…


Wayne Jarrett (né en 1956) est un artiste reggae né à Kingston, Jamaïque, et élevé à Allman Town, Jamaïque. Il réside actuellement aux États-Unis à Hartford, dans le Connecticut.

Biographie

La petite enfance
Wayne Jarrett est né en 1956 à Kingston, en Jamaïque, et est l’un de ses sept enfants. Il a été élevé en tant que rastafarien et a grandi à Rachford Park, Allman Town. Enfant, il était ami avec son collègue chanteur de reggae Horace Andy.

La voix de Jarrett a attiré l’attention de son professeur de lycée, qui l’a persuadé de rejoindre la chorale de l’école. En 1973, il s’installe à Hartford, dans le Connecticut, avec ses parents. Sa mère avait voulu qu’il quitte Kingston afin qu’il ne se mêle pas à la mauvaise foule. Jarrett a trouvé un emploi à temps partiel pendant ses études et a utilisé ses revenus pour acheter une platine, un amplificateur et un microphone.
Carrière

Cependant, la scène reggae du Connecticut de l’époque n’en était qu’à ses débuts et la plupart des gens préféraient écouter du Blues dans des situations sociales [citation nécessaire] Jarrett s’est produit dans un club social antillais et a essayé de devenir l’un des premiers artistes reggae à venir du Connecticut. Un ami du nom de « Belltone », qui tenait un magasin de disques local, l’a emmené à New York pour enregistrer quelques titres. C’est là que Jarrett rencontre Lloyd Barnes, qui produit son premier enregistrement en studio, « African Woman ». Jarrett retourne ensuite en Jamaïque pour enregistrer son deuxième titre, « Satta Dread » (dont le mixage dub sera plus tard publié sur une compilation de King Tubby). Après avoir enregistré le morceau, Jarrett s’est rendu à Idler’s Corner [précisions nécessaires], à Chancery Lane, pour essayer de trouver un producteur et de se faire signer officiellement par un label.

Pendant son séjour à Chancery Lane, il a rencontré Jah Stitch, qui à l’époque n’était pas impliqué dans l’industrie du disque. Plus tard, Jarrett a enregistré avec Dynamic Studios. Jarrett a quitté le label peu de temps après.

————————–

1 Love In A Mi Heart
2 Skank And Come In
3 True Love
4 Ranny And Lou
5 Got To Be Sure
6 Chip In
7 Jah Jah I
8 Why Must Babylon
9 Saturday Night Jamboree
10 Money Problems

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s