Eric Dolphy – Conversations


  • CRITIQUE/

« Conversations » forme avec  « Iron man » (déjà vu dans ce blog) les enregistrements sortis en 1963, avec Prince Lasha, Woody Shaw, Bobby Hutcherson, JC Moses et Charles Muffet. Les meilleurs titres seront réunis plus tard sur le disque « Music matador ».

Ces enregistrements sont la prémonition de ce que sera « Out to Lunch », qui sort l’année d’après ; sûrement l’une de mes périodes préférées du saxophoniste. Période où le moderne côtoie le classique !

Ecoutez la sublime reprise de Fats Waller, « Jitterbug Waltz », suivie de « Musique matador » : le son du saxophone de Dolphy vient nous harponner telles les banderilles d’un matador sur le taureau… Ces 2 morceaux forment ce que je préfère de Dolphy… Une merveille !  Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Full….


Au printemps 1963, pendant la dernière année complète de sa vie, Eric Dolphy enregistre neuf titres à New York avec le producteur Alan Douglas. Il a travaillé avec un ensemble qui a été mélangé et assorti dans différentes configurations et qui comprenait Prince Lasha à la flûte, Clifford Jordan au saxophone soprano, Woody Shaw à la trompette, Huey Simmons au saxophone alto, Bobby Hutcherson au vibraphone (il n’y avait pas de pianiste aux sessions), les bassistes Richard Davis et Eddie Kahn, et les batteurs J. C. Moses et Charles Moffett, Dolphy a suivi des morceaux qui anticipaient clairement son album phare Out to Lunch, paru en 1964, tout en servant de passerelle vers les œuvres plus traditionnellement accessibles qui l’ont précédé.

Dolphy a livré quelques-unes des meilleures et des plus remarquables œuvres de sa carrière, qu’il s’agisse de traiter des originaux comme « Iron Man » et « Burning Spear », de donner une touche de calypso à « Music Matador », de retourner la « Jitterbug Waltz » de Fats Waller ou de jouer de merveilleuses lignes à la flûte, à la clarinette basse et au saxophone alto. Les sessions ont été divisées et publiées à l’origine sous la forme d’une paire de LP, Conversations et Iron Man, et ont été rééditées plusieurs fois depuis, dans différentes configurations et sous différents titres. Les sessions complètes sont disponibles en CD sous la forme du double disque Dolphy Sound from Jazz World, et c’est finalement la voie à suivre, bien que ce set tienne assez bien la route en tant que séquence. En fin de compte, aucun fan de Dolphy ne devrait se passer du matériel enregistré lors de ces sessions new-yorkaises de 1963. La musique est brillante, qu’elle soit présentée en partie ou en totalité, mais une fois que vous l’aurez entendue, vous voudrez tout avoir. — Steve Leggett. AMG

————————–

« Jitterbug Waltz » (Fats Waller) – 7:17
« Music Matador » (Prince Lasha, Sonny Simmons) – 9:35
« Alone Together » (Howard Dietz, Arthur Schwartz) – 13:36
« Love Me » (Ned Washington, Victor Young) – 3:22

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s