Curtis Mayfield – Curtis


  • CRITIQUE/

Avec cet album, AllMusic a déclaré que Mayfield avait « embrassé les sons soul les plus progressifs de l’époque », un album qui était « pratiquement le Sergent Pepper de la soul des années 70 ».

Curtis Mayfield tranche de son ancien groupe (The Impressions) avec cette soul plus posée, plus sobre et délicate, ciselée de main de maître, avec en intro ce « Dont worry » magnifique !

Les arrangements des violons respirent à chaque intervention : du grand art ! Et ce « Move on up » de la 2ème face vient sublimer l’enregistrement avec des parties cuivres et une percussion omniprésente.

Le calme après la tempête : Curtis Mayfield rentre définitivement dans l’histoire de la musique.

Take it easy ! Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)


Curtis est le premier album du musicien soul américain Curtis Mayfield, sorti en septembre 1970. Produit par Mayfield, il est sorti sur son propre label Curtom Records. Les styles musicaux de Curtis s’éloignent des sonorités pop-soul du précédent groupe de Mayfield, The Impressions, et se caractérisent par un son plus funk et psychédélique. Le sujet de l’album intègre les préoccupations politiques et sociales de l’époque.

Curtis s’est bien vendu à l’époque en se classant numéro un des albums Billboard Black (pendant cinq semaines non consécutives) et numéro dix-neuf des albums Billboard Pop. Seul le single « (Don’t Worry) If There’s a Hell Below, We’re All Going to Go » a été classé aux États-Unis ; cependant, une version éditée de « Move On Up » a passé 10 semaines dans le top 50 du classement des singles au Royaume-Uni.
Contenu

Contexte

Mayfield a commencé à travailler sur son propre album éponyme en 1970. Bien qu’il n’ait jamais eu l’intention de quitter définitivement les Impressions, il les quittera officiellement en 1971, sur recommandation de son directeur commercial Marv Stuart et compte tenu de la tendance des artistes R&B et rock à se lancer en solo.

Enregistrement et production

Comme pour certaines de ses dernières Impressions, les paroles de Mayfield reflètent l’inquiétude sociale et politique qui s’éveille à l’époque en Amérique noire. Mayfield a été l’un des premiers artistes à parler ouvertement de la fierté des Afro-Américains et de la lutte de la communauté[4]. Mayfield considérait cette époque comme une « ère de happening… où les gens ont cessé de porter des smokings… où les gens se sont mis à descendre un peu plus ».

L’album avait un son plus dur que les Impressions auparavant. Sur ce nouveau son, Mayfield a déclaré que c’était quelque chose qu’il « voulait faire depuis longtemps… mais qui était hors catégorie de ce que l’on attendait de moi et des Impressions. Les deux singles de l’album « (Don’t Worry) If There’s a Hell Below, We’re All Going to Go » et « Move on Up » présentaient le nouveau style musical funk de Mayfield, tandis que le reste des morceaux étaient des chansons beaucoup plus douces, basées sur la soul. N’ayant pas de leçons de musique traditionnelle, Mayfield a déclaré que son groupe de soutien faisait parfois des commentaires « ça alors, c’est une clé terriblement étrange à jouer », mais il l’a quand même joué en conséquence, tel qu’écrit. Selon Joseph L. Tirabassi de Tiny Mix Tapes, « We the People Who Are Darker Than Blue » illustre la « gliding soul » et le « hard-hitting funk » entre lesquels le reste de l’album a viré.

Dans une critique contemporaine pour Rolling Stone, John Wendell a été déçu par Curtis, trouvant une grande partie de la musique de Mayfield plus rythmée que mélodique, « fragmentaire, déformée et frustrante à écouter » ; il a qualifié les paroles d’écrites au hasard et de bouche-trou. « Il essaie de traiter des sujets assez sérieux et complexes en enchaînant des phrases qui se terminent par le même son – qu’elles aient un sens ensemble ou non », a critiqué Wendell. « Le critique du Village Voice, Robert Christgau, s’est également montré quelque peu indifférent aux « guides de la fierté noire, essentiellement issus de la classe moyenne », mais a qualifié son jugement de reflet d’un certain relativisme culturel de sa part, notant que le public afro-américain avait adopté le disque. Wikipedia

————————–

1. « (Don’t Worry) If There’s a Hell Below, We’re All Going to Go » 7:50
2. « The Other Side of Town » 4:01
3. « The Makings of You » 3:43
4. « We the People Who Are Darker Than Blue » 6:05
5. « Move On Up » 8:45
6. « Miss Black America » 2:53
7. « Wild and Free » 3:16
8. « Give It Up »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s