Bob Dylan – Freewheelin’

Poster un commentaire

6 mars 2022 par OC


 .CRITIQUE/

Par ce disque, Bob Dylan s’impose comme compositeur, c’est son 2ème, nous sommes en 1963. En démarrant avec « Blowin’ in the Wind » il s’inscrit comme porte-parole d’une jeunesse en pleine mutation, voire en guide spirituel des mouvements civiques aux États-Unis.

Ce premier titre emblématique a été écrit sur un coin de table : « J’ai écrit cette chanson en 10 minutes, aligné les mots comme un chant religieux (…). C’est dans la tradition du folk. Tu prends ce qui a été transmis ».

Bob Dylan devient alors un mythe à 22 ans, cristallisant ainsi au bon moment, les revendications d’une jeunesse politisée défenseuse des mouvements civiques, contre la guerre, etc. Mais c’est surtout l’accumulation de morceaux superbes qui font de ce disque un disque historique de la folk song : « Blowin’ in the Wind », « Girl from the North Country », « A Hard Rain’s a-Gonna Fall », « Don’t Think Twice, It’s All Right »…

Bob Dylan est né avec ce disque intemporel !  Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

full album……

The Freewheelin’ Bob Dylan est le deuxième album de Bob Dylan, auteur-compositeur-interprète américain de folk/rock. Sorti en 1963, cet album a permis d’établir la notoriété de Dylan comme compositeur : pour la première fois, Dylan y interprète essentiellement ses propres compositions. L’album a été disque de platine aux États-Unis et classé numéro un des ventes au Royaume-Uni.

Blowin’ In The Wind est la chanson la plus connue de l’album. Elle a été popularisée par le trio Peter, Paul & Mary un peu plus tôt en 1963. Elle sera classée en 2003 par le magazine Rolling Stone 14e meilleure chanson de tous les temps.


Composition et enregistrement
Le premier album de Dylan s’est peu vendu, avec le producteur John H. Hammond il entreprit en avril 1962 d’enregistrer son second album à New York. les sessions d’enregistrement s’échelonnèrent sur une période d’un an.

Les chansons Talkin’ John Birch Society Blues et Rambling, Gambling Willie enregistrées pendant la première session furent conservées pour l’album. Le lendemain, Dylan enregistra Let Me Die in My Footsteps et plusieurs autres chansons qui seront abandonnées. Il reprit les enregistrements le 9 juillet, et fit les versions définitives de Blowin’ in the Wind, Bob Dylan’s Blues, Down the Highway, et Honey, Just Allow Me One More Chance. Après une nouvelle interruption, il enregistra Corrina, Corrina le 26 octobre, puis en novembre Don’t Think Twice, It’s All Right. Lors d’une autre session faite le 6 décembre, Dylan enregistra ensuite A Hard Rain’s a-Gonna Fall, Oxford Town et I Shall Be Free.

Douze jours plus tard, Dylan partit pour l’Angleterre où il rencontra les musiciens folk Martin Carthy et Bob Davenport. Ce séjour influença sa musique, et le résultat fut l’enregistrement de deux nouvelles chansons qui se retrouveront sur l’album : Girl from the North Country et Bob Dylan’s Dream.

Mi-janvier, il enregistre Masters of War, titre conservé pour l’album. Les enregistrements ayant été faits durant plusieurs mois, Dylan n’était plus satisfait de ses premiers enregistrements, et décida de supprimer John Birch, Let Me Die in My Footsteps, Ramblin’ Gamblin’ Willie et Rocks and Gravel, et d’enregistrer à nouveau. Pour finir, Dylan enregistra les morceaux suivants pendant une ultime session faite le 24 avril : Girl from the North Country, Masters of War, Talking World War III Blues, et Bob Dylan’s Dream.

Les chansons
Les paroles de Blowin’ in the Wind ont retenu l’attention des mouvements pour les droits civils aux États-Unis et d’artistes comme Stevie Wonder, avec en particulier :

How many roads must a man walk down
Before you call him a man?

A Hard Rain’s a-Gonna Fall aurait été écrit par Dylan au moment de la crise des missiles de Cuba, beaucoup se demandaient si la fin était proche avec un risque de conflit nucléaire. Le poète Allen Ginsberg déclara avoir pleuré lorsqu’il l’entendit pour la première fois. Quant à Leonard Cohen, la légende veut que ce soit en écoutant A Hard Rain’s a-Gonna Fall qu’il ait décidé de se lancer dans la chanson.

Oxford Town a été écrite par Dylan à propos des évènements qui se sont déroulés à l’université du Mississippi, située près de la ville de Oxford, où James Meredith, un vétéran de l’US Air Force, a été le premier noir à être admis. Il n’avait pu pénétrer dans l’université et suivre les cours qu’avec l’aide de l’armée, l’accès étant bloqué par des gens qui souhaitaient maintenir la ségrégation :

He went down to Oxford Town
Guns and clubs followed him down
All because his face was brown
Better get away from Oxford Town

Oxford Town around the bend
He come in to the door, he couldn’t get in
All because of the color of his skin
What do you think about that, my friend?

Couverture
La couverture de l’album est une photographie de Bob Dylan marchant dans la rue avec à son bras sa petite amie de l’époque, Suze Rotolo. Elle a été prise dans le quartier new yorkais de Greenwich Village, à l’angle de Jones Street et de West 4th Street, à quelques pas de l’appartement où le couple vivait à l’époque.
Réception critique

Stephen Thomas Erlewine sur Allmusic lui attribue 5 étoiles, estimant que parmi les enregistrements suivants de Dylan, certains égaleront celui-ci, mais aucun ne le surpassera1.

Le magazine Rolling Stone place cet album en 97e position de son classement des 500 plus grands albums de tous les temps2.

Il est cité dans l’ouvrage de référence de Robert Dimery Les 1001 albums qu’il faut avoir écoutés dans sa vie, ainsi que dans de très nombreuses autres listes3.
Références dans la culture populaire

En 2001, dans le film américain Vanilla Sky, le personnage principal David Aames (Tom Cruise) marche dans la rue aux côtés de Sofia Serrano (Penélope Cruz) dans une mise en scène reproduisant à l’identique la couverture de l’album. L’intrigue révélera plus tard qu’en réalité, David était en train de rêver, et que les images de ce rêve étaient influencées par les œuvres qu’il avait aimées. Wikipedia             

    ————————– 

1 Blowin’ in the Wind – 2:48
2 Girl from the North Country – 3:22
3 Masters of War – 4:34
4 Down the Highway – 3:27
5 Bob Dylan’s Blues – 2:23
6 A Hard Rain’s a-Gonna Fall – 6:55
7 Don’t Think Twice, It’s All Right – 3:40
8 Bob Dylan’s Dream – 5:03
9 Oxford Town – 1:50
10 Talkin’ World War III Blues – 6:28
11 Corrina, Corrina (traditionnel) – 2:44
12 Honey, Just Allow Me One More Chance (Dylan/Thomas) – 2:01
13 I Shall Be Free – 4:49

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez 139 autres abonnés

Traduire, translate, traducir, 翻译, תרגם ,ترجمة

Prochain post

9 octobre 2022
3 jours restants.

Archives

Commentaires récents

Bogosse76 dans Patrick Coutin – Co…
Lattlay Fottfoy dans Dogs – Walking shad…
Montigo Julio dans The Ethiopians – Engine…
maximemaillard dans Abbey Lincoln – Painted…
OC dans TC Matic- Choco

sur téléphone

Stats

  • 40 830 visites
©Copyright tous droits réservés disquesdumoi - 2015-2022
%d blogueurs aiment cette page :