Lou Reed – Rock’n’roll animal

Poster un commentaire

17 avril 2022 par OC


.CRITIQUE/

C’est lors du dernier concert de sa tournée démarrée en Europe que Lou Reed enregistre cet album à New York. Plus de la moitié des titres sont des morceaux du Velvet Underground.

Nous ne pouvons évoquer ce disque sans parler de son intro, devenue historique dans l’histoire du rock. Accompagné de Dick Wagner et Steeve Hunter (guitariste ayant accompagné Alice Cooper et Peter Gabriel) Lou Reed sait où il veut aller en rendant hommage à la musique qu’il aime : le rock’n’roll.
Sur une idée du manager, Steeve Hunter démarre donc par une longue intro à la guitare (ce qui annoncera « Sweet Jane ») : une ode à la guitare… L’énergie de cet album reste sauvage, bien loin de l’esthétique auquel nous avait habitué le Velvet.

Le final avec « Rock’n’roll » est un chef-d’œuvre du disque. Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

full album……

En 1973, Lou Reed avait enregistré l’album le plus ambitieux et le plus déprimant de sa carrière, Berlin. Un album dans lequel il s’appuie sur un certain nombre de musiciens d’élite tels que Jack Bruce, Steve Winwood, Aynsley Dunbar et les frères Brecker, ainsi que sur une paire d’as de la guitare de session, Steve Hunter et Dick Wagner. Lorsque Reed a voulu présenter le disque en concert, la seule chose qui était claire pour lui était qu’il voulait être une rock star, un « animal de rock », et il n’y avait pas deux guitaristes plus parfaits que Wagner et Hunter pour cela.

Les deux premiers concerts de la tournée se déroulent sur le territoire européen, principalement sur les îles britanniques, le groupe est de feu pur, et Wagner et Hunter semblent prédestinés à monter sur scène ensemble. De son côté, l’homme qui avait inventé le bruit est devenu l’épique « rock’n roll star », et le costume fait merveille, grâce à ses guitaristes tape-à-l’œil. Lorsqu’ils ont emmené la tournée aux États-Unis, le manager de Reed leur a dit qu’ils devraient improviser quelque chose avant que le chanteur ne monte sur scène au rythme de l’une de ses chansons les plus légendaires lors de son passage au Velvet Underground, Sweet Jane. C’est ainsi que Hunter a appris au groupe un petit morceau qu’il avait écrit des années auparavant. La magie a opéré dès le premier essai, et Hunter a compris qu’il avait trouvé le groupe idéal pour le jouer. Sa façon de se connecter avec Wagner est incroyable, avec Steve qui joue la mélodie et Dick pour les harmonies. Le 21 décembre 1973, ils donnent leur dernier concert de la tournée à New York et l’événement est enregistré pour la postérité, ce qui donne lieu à deux nouveaux disques, Rock ‘N Roll Animal, sorti en 1974, et Lou Reed Live en 1975. Quiconque a entendu l’intro de Hunter sur Sweet Jane a envie de prendre une guitare électrique. Ce qui reste, c’est l’histoire, ces notes légendaires d’une Les Paul TV Special branchée sur un ampli HiWatt 100/watt.

Pourtant, Rock ‘N Roll Animal va bien au-delà de sa première chanson, le disque se compose de seulement 5 chansons, dont 4 datent de l’époque du Velvet et une, Lady Day, de Berlin. Elles ont toutes été écrites pour être écoutées au volume maximum, c’est l’album où Reed rend hommage à la musique qui lui a sauvé la vie : le rock’n roll. Les reprises de Heroin et White Light/White Heat ne sont peut-être pas aussi sales et anarchiques que les originaux, mais ce sont des chansons complètement différentes, transformées en un véhicule pour mettre en valeur ses deux incroyables guitaristes, qui deviennent momentanément les stars absolues du disque sur un album à la plus grande gloire du côté le plus sauvage de Reed.

Rock’n’Roll est le point culminant parfait pour le disque, pas étonnant que ce soit à travers la reprise de cette chanson aux côtés de Mitch Ryder que le chanteur ait écouté Hunter pour la première fois. Le guitariste ne déçoit pas et, avec Wagner, ils se lancent dans un duel de guitares digne d’OK Corral. Dans tant d’endroits dans le monde, des garçons et des filles ont allumé leur radio, écouté ces chansons et, tout comme Jenny dans la chanson, n’en revenaient pas de ce qu’ils entendaient, se sont mis à danser comme s’ils étaient possédés et que leur vie était sauvée par le rock’n roll. Et ils ont réalisé que, tout comme certains ont Dieu, nous, comme Lou Reed, avons le rock ‘n’ roll.– Guitare exchange

                ————————–
1. Intro/Sweet Jane 7:48
2. Heroin 13:12
3. How Do You Think It Feels 3:41
4. Caroline Says I 4:06
5. White Light/White Heat 4:55
6. Lady Day 4:05
7. Rock and Roll 10:21

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez 139 autres abonnés

Traduire, translate, traducir, 翻译, תרגם ,ترجمة

Prochain post

9 octobre 2022
3 jours restants.

Archives

Commentaires récents

Bogosse76 dans Patrick Coutin – Co…
Lattlay Fottfoy dans Dogs – Walking shad…
Montigo Julio dans The Ethiopians – Engine…
maximemaillard dans Abbey Lincoln – Painted…
OC dans TC Matic- Choco

sur téléphone

Stats

  • 40 829 visites
©Copyright tous droits réservés disquesdumoi - 2015-2022
%d blogueurs aiment cette page :