Max Roach – Many sides of max

Poster un commentaire

22 mai 2022 par OC


.CRITIQUE/

Max Roach perd en juin 1956 le magistral trompettiste Clifford Brown, qui se tue dans un accident de voiture. Il va être dur de remplacer un tel musicien.
Après
quelques enregistrements avec le trompettiste Kenny Dorham, Sonny Rollins lui présente en 1958 un jeune trompettiste originaire de Memphis : Booker Little.
Après leurs premiers enregistrements « Award winning drummer » et « Deed’s not word » et les live « At Newport », « On the Chicago scène » vient l’enregistrement dont je parle aujourd’hui, enregistré en 1959 et qui ne sortira que dans les année 60.

Booker Little impose là son style moderne, moins bop et musclé  que celui de Clifford Brown, mais plus fouillé en harmonie avec notamment l’utilisation du quart de ton.
Après avoir utilisé le tuba dans la section de cuivres dans les albums précédents, le trombone tenu par Julian Priester, renoue avec un son plus classique du Hard-Bop, mais reste néanmoins d’une modernité équivoque.

La classe ! Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Tympanalli……
There’s no you……

Une sortie solide, généralement négligée, du quintet de Max Roach de la fin des années 50. Booker Little est, comme on pouvait s’y attendre, en grande forme, et Julian Priester est une belle addition à ce groupe sans piano. Le jeu de Little sur la dernière ballade conforte sa place de grand trompettiste après Clifford Brown. Le ténor mélodique et doux de George Coleman est cependant pour moi le point culminant de la première ligne. Les morceaux ont tous une base solide de bop, rien de trop poussé ici. La face B est ma préférée, et le jeu de tympanon de Roach sur le judicieusement nommé « Tympanalli » est un régal bruyant. Alors que la reprise du « Bemsha Swing » de Monk sans piano aurait pu tomber à plat, Art Davis porte la mélodie à merveille, et il y a une grande interaction entre Davis et Roach. En fait, l’alchimie subtile entre Davis et Roach sur l’ensemble de l’album est ce qui récompense l’écoute répétée pour moi. Il vaut la peine de le découvrir !

– severiseverin

                ————————–
 « Prelude » – 5:06
« Lepa »  – 2:08
« Connie’s Bounce »  – 5:19
« A Little Sweet » – 3:05
« Tympanalli » – 4:52
« Bemsha Swing »  – 5:26
« There’s No You » – 5:41

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez 137 autres abonnés

Traduire, translate, traducir, 翻译, תרגם ,ترجمة

Prochain post

26 juin 2022
2 jours restants.

Archives

Commentaires récents

Bogosse76 dans Patrick Coutin – Co…
Lattlay Fottfoy dans Dogs – Walking shad…
Montigo Julio dans The Ethiopians – Engine…
maximemaillard dans Abbey Lincoln – Painted…
OC dans TC Matic- Choco

sur téléphone

Stats

  • 39 295 visites
©Copyright tous droits réservés disquesdumoi - 2015-2022
%d blogueurs aiment cette page :