Tony Williams Lifetime – Emergency

Poster un commentaire

3 juillet 2022 par OC


.CRITIQUE/

Entré à l’âge de 17 ans dans ce qui sera l’un des plus grands groupes de l’histoire du jazz (2ème quintet de Miles Davis), Tony Williams pose sa pierre au mouvement Jazz-Rock avec ce disque sorti en 1969.

Miles Davis sera l’instigateur de ce mouvement, où John Mc Laughlin, Chick Correa, Wayne Shorter, tous passés par la moulinette « davisienne », créeront rapidement leurs propres formations (Weather Report, Mahavishnu Orchestra, Return To Forever ou le Lifetime ici pour Tony Williams).

Ce groupe sonne plus rock dans sa première version, avec le son apporté par l’organiste Larry Young, les guitares saturées de John Mc Laughlin, les rythmes parfois binaires de Tony Williams qui dégagent une sonorité particulière, et son chant sur certains morceaux.

Le groupe changera plusieurs fois de musiciens pendant les années qui suivront, et ce trio restera novateur avec un son et une énergie sans équivalent.
Une claque ! Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

full album……

Composition
Selon le spécialiste du jazz Christopher Meeder, le groupe Lifetime a évité l’influence funk des premières fusions de Miles Davis et a opté pour un mélange de batterie rock lourde et de « swing léger et rapide » qui était la signature de Williams. « Emergency ! synthétise les meilleurs éléments du free jazz, du jazz modal et du rock britannique », écrit Meeder, « et ajoute une complexité rythmique dans des morceaux comme ‘Via the Spectrum Road’, une sorte de blues dans la signature temporelle inhabituelle de 11/8. » Selon Paul Hegarty, la musique était plus orientée vers le côté rock de la musique progressive que vers son jazz, fusionnant des éléments psychédéliques tout en présentant « des reprises, des crescendos, une oscillation entre les signatures temporelles plus simples du rock et les mètres plus progressifs du jazz ». Il a cité « Via the Spectrum Road » comme un exemple de la façon dont le chant de Williams se rapprochait de la « douceur non-rock, non-jazz » du pionnier du rock progressif Robert Wyatt.

« Via the Spectrum Road » a été considéré par Stuart Nicholson comme l’une des explorations les plus flagrantes des rythmes rock de l’album. « Spectrum », en revanche, utilisait des rythmes issus du post-bop. Composée par McLaughlin, elle a d’abord été enregistrée pour son premier album Extrapolation en 1969 et a été considérée par Nicholson comme une extension de « l’approche libre de cet album … mais renforcée par le volume et l’énergie associés au rock ».

Une erreur commise lors de la production d’Emergency a conduit Meeder à penser qu’elle a contribué à conférer une  » puissance brute  » à la musique :  » Un ingénieur cynique habitué à enregistrer du jazz grand public a enregistré le groupe sans précaution, laissant la bande se déformer, ajoutant involontairement des bords bruts satisfaisants à l’album « .

Sortie et réception
Emergency ! est sorti à l’origine en 1969 chez Polydor/PolyGram Records, et a été largement acclamé par les principales publications américaines. Dans une critique contemporaine pour The Village Voice, Robert Christgau a salué Williams comme « probablement le meilleur batteur du monde » et a été étonné par l’album, le qualifiant de « franche extrapolation des qualités les plus rauques du jazz new thing et du rock maniériste wah-wah ». [Coda était moins enthousiaste, le trouvant « intriguant » avec quelques morceaux « substantiels » mais pas autant que d’autres groupes de hard rock tentant le même genre de musique, ni aussi imaginatif et cohérent que la musique que Williams, McLaughlin et Young avaient faite en dehors du groupe. L’album a ensuite été publié sur CD par Polydor/PolyGram Records en 1991 mais avec un remix « de restauration » par Phil Schaap pour surmonter les « problèmes sonores marqués ». Le mixage original de l’album a été réédité sur CD pour la première fois par Verve/PolyGram Records en 1997.

Selon J. D. Considine dans The Rolling Stone Album Guide (1992), la fusion jazz a commencé sur Emergency ! où McLaughlin a eu pour la première fois l’occasion de combiner le jazz et le rock. Dans une critique rétrospective pour AllMusic, Leo Stanley a déclaré que l’album  » brisait les frontières entre le jazz et le rock  » avec ses  » paysages sonores denses, aventureux et imprévisibles « . [Dennis Polkow du Chicago Tribune a écrit qu’en dépit de la qualité discutable du son de l’album, la musique possède une « énergie et un esprit » qui n’ont jamais été surpassés dans la fusion. [Selon Nicholson, des enregistrements comme Emergency ! et le LP Agharta de Miles Davis en 1975 ont montré que le jazz rock était parallèle au free jazz en étant « sur le point de créer un tout nouveau langage musical dans les années 1960 », suggérant le « potentiel du genre à évoluer vers quelque chose qui pourrait finalement se définir comme un genre totalement indépendant, à l’écart du son et des conventions de tout ce qui l’avait précédé ». Ce développement a été étouffé par le mercantilisme, dit-il, et le genre « a muté en une espèce particulière de musique pop influencée par le jazz qui a fini par s’installer sur les radios FM » à la fin des années 1970. Mojo l’a considéré comme « l’équivalent jazz-rock de Are You Experienced ? ».

———————————————-

Original line-up
The Tony Williams Lifetime a été fondé en 1969 en tant que power trio avec John McLaughlin à la guitare électrique, et Larry Young à l’orgue. Le groupe doit son nom au premier album de Tony Williams en tant que chef d’orchestre, Life Time, sorti sur Blue Note en 1965. Il a été largement rejeté par les auditeurs de jazz à l’époque de sa sortie en raison de ses lourdes influences rock, mais il est aujourd’hui considéré comme un classique de la fusion. Jack Bruce a rejoint le groupe pour assurer la basse et le chant sur son deuxième album, Turn It Over, sorti en 1970.

McLaughlin a quitté le groupe et a été remplacé par Ted Dunbar sur l’album Ego, sorti en 1971. Cet album mettait également en vedette Ron Carter à la basse et au violoncelle, Warren Smith et Don Alias aux percussions, et Larry Young à l’orgue. À cette époque, Juini Booth jouait de la basse dans des concerts à vie. La performance de cette formation en France le 7 août 1971 (lieu inconnu) a été filmée en couleur et diffusée sur l’émission de télévision française Pop2. Après le départ de Larry Young du groupe quelque temps après juillet 1972, Tony Williams était le seul membre original restant.

Williams se produit en août 1972 avec un nouveau trio éphémère appelé Life Time Experience, avec le bassiste Stanley Clarke et le violoniste Jean Luc-Ponty. Leur performance au Festival de Chateauvallon, à Chateauvallon, en France, le 23 août 1972, a été filmée en noir et blanc.

Le quatrième et dernier album de Lifetime pour Polydor/PolyGram, The Old Bum’s Rush (1973), a été enregistré à Boston et comprend un personnel entièrement nouveau composé de la chanteuse et guitariste Linda/Laura « Tequila » Logan (l’intérêt amoureux de Williams à l’époque), Webster Lewis à l’orgue et au clavinet, David Horowitz au piano, aux vibes et au synthétiseur ARP, et Herb Bushler à la basse. Le père de Tony Williams, Tillmon Williams, fait une apparition au saxophone. Avant l’enregistrement, cette formation du Lifetime, complétée par le guitariste Bob Cacciola (ou peut-être Caccicola), a joué des morceaux de l’album le 7 juillet 1972, au Newport Jazz Festival, Carnegie Hall, à New York. Marquant un autre changement de style pour Lifetime et une réinvention de l’identité musicale du groupe, l’album se caractérise par une approche d’écriture de chansons principalement dynamique et optimiste, un son dominé par des claviers électroniques et des voix féminines soul-jazz. Notamment, le nouveau claviériste Webster Lewis offre une performance à l’orgue qui ressemble remarquablement à celle de son prédécesseur Larry Young aka Khalid Yasin. Enregistré par Williams en sachant que Polydor ne renouvellerait pas son contrat, l’album reçoit de mauvaises critiques et le groupe est effectivement dissous.

En 1974, Williams forme un nouveau Lifetime avec Webster Lewis aux claviers et Linda/Laura ‘Tequila’ Logan au chant, ainsi que l’ancien bassiste de Cream/Lifetime Jack Bruce et le guitariste britannique Allan Holdsworth. Cette formation, parfois appelée Wildlife, a enregistré un album aux Europa Films Studios de Stockholm, en Suède, en octobre 1974. Cet enregistrement n’a jamais été publié officiellement mais circule sous forme de bootleg.

. Wikipedia

                ————————–
Side one
  1. « Emergency » (Williams) – 9:37
  2. « Beyond Games » (Williams) – 8:19
Side two
  1. « Where » (McLaughlin) – 12:11
  2. « Vashkar » (Carla Bley) – 5:01
Side three
  1. « Via the Spectrum Road » (McLaughlin, Williams) – 7:51
  2. « Spectrum » (McLaughlin) – 8:52
Side four
  1. « Sangria for Three » (Williams) – 13:08
  2. « Something Spiritual » (Dave Herman) – 5:40 (Mistitled « Something Special » on some CD issues)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez 142 autres abonnés

Traduire, translate, traducir, 翻译, תרגם ,ترجمة

Prochain post

4 décembre 2022
2 jours restants.

Archives

sur téléphone

Stats

  • 42 083 visites
©Copyright tous droits réservés disquesdumoi - 2015-2022
%d blogueurs aiment cette page :