Charlie Mingus – Change one / Change two

Poster un commentaire

14 août 2022 par OC


.CRITIQUE/

Après la fin des années 60, début 70, Mingus ralentit sérieusement sa carrière après la dissolution de son sextet précédent et pour cause de maladie. 

C’est en 1974 qu’il forme ce quintet avec Danny Richmond, le pianiste Don Pullen, le trompettiste Jack Walrath et le saxophoniste George Adams. Ils enregistrent « Changes One + Changes Two », les 2 albums présentés ici, qui verront les critiques acter le retour du monstre sacré du jazz.

Le titre de l’album… Une parfaite coïncidence entre les changements successifs de la vie du contrebassiste et le nom du magazine dont sa partenaire Susan Graham était l’éditrice.

Ce disque en 2 parties montre un quintet où l’énergie, l’inventivité, la finesse et la rage sont toujours présentes. Avec une diversité assumée.

Viva Mingus ! Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

Changes 1……

Changes One et Changes Two sont deux albums de Charles Mingus parus le 1er octobre 1975 chez Atlantic, réalisés lors des sessions d’enregistrement du 27 au 30 décembre 1974. Ils marquent le retour réussi de Mingus dans les années 1970, après des bas à la fin des années 1960 et avant qu’il ne quitte la musique pour cause de maladie. Avec Adams, Walrath, Pullen et son ancien batteur Dannie Richmond, Mingus disposait encore une fois d’un excellent quartette à partir de 1973, avec lequel il fit également une tournée européenne en 1975, par exemple au Montreux Jazz Festival, où des morceaux des albums furent également présentés (Devil Blues, For Harry Carney, Free Cell Block F, Sue’s Changes).

Le titre de l’album fait allusion à la fois au fait que Mingus avait subi toutes sortes de changements au cours des années précédentes et au fait que sa partenaire Susan Graham était l’éditrice d’un magazine appelé Changes. Mingus avait l’intention de répartir les morceaux créés lors des séances d’enregistrement entre les deux albums de manière à ce que chacun d’eux soit très différent en soi. Il était intéressé par les réactions à ce mélange. Les albums ont également été commercialisés pendant un certain temps sous forme de double LP ; les deux CD n’ont jamais été emballés ensemble.

Changes One
« Remember Rockefeller at Attica » s’appelait à l’origine « Just for Laughs, Saps » et a été rebaptisé par Mingus pour des raisons politiques – en septembre 1971, 39 personnes sont mortes lorsque le gouverneur de New York, Nelson Rockefeller, a fait prendre d’assaut la prison d’État d’Attica après une révolte d’environ 1000 détenus qui ont pris 33 gardiens en otage – sans que l’on puisse y voir des références concrètes dans la musique. Dans ce morceau uptempo, des allusions sont faites à d’autres compositions de Mingus comme « Fables of Faubus » et « Duke Ellington’s Sound of Love », mais aussi à « Take the A Train », et des motifs sont développés.

« Sue’s Changes » est un hommage à la dernière compagne de Mingus, Susan Graham. Mingus avait écrit ce morceau l’année de son mariage ; il s’appelait à l’origine « Sue’s Moods ». Le titre doit peut-être inciter à y déceler des représentations musicales de ses changements d’humeur et de relation. « C’était un long morceau plein de mélodies magnifiques, de rythmes dansants et de bruits sauvages et concentrés. Chaos et climax, selon [Mingus] » Le morceau commence avec retenue, puis s’intensifie en une improvisation collective des cuivres typique de Mingus, avant que le piano ne reprenne le dessus. Pullen improvise lui aussi sur différents changements de tempo jusqu’à un point culminant atonal où le saxophone ténor prend le relais dans le style de la ballade, avant de céder la place à la trompette après une montée similaire. Les solos se succèdent jusqu’à une nouvelle improvisation collective.

« Devil Blues » est une composition de George Adams et Mingus, avec des paroles de Clarence Gatemouth Brown (à l’exception de la strophe supplémentaire « cosmic climax »), qui, dans son « The Drifter », voit le diable dans le voyageur sans attaches qui laisse tomber les femmes. Adams chante lui-même (après une introduction en solo de Mingus) dans la tradition des blues shouters, suivie d’un solo de Walrath et de Don Pullen. Adams enchaîne avec un solo de ténor avant de « crier à nouveau le blues », accompagné par le jeu de riffs de la trompette qui fait la transition vers le jeu d’ensemble final.

« Duke Ellington’s Sound of Love » a été écrit par Mingus en guise de nécrologie peu après la mort d’Ellington en mai 1974. Le morceau, joué à un rythme lent, est un hommage de Mingus à son modèle musical, comme dans plusieurs de ses compositions précédentes. Le thème contient des citations littérales de « Lush Life », du « Blues in Black, Brown and Beige » et de « Take the A Train ». Le jeu et l’intonation d’Adam rappellent ceux de Harry Carney, décédé presque au même moment, et auquel un hommage est également rendu dans « Changes Two ».

Changes Two
« Free Cell Block F, ‘Tis Nazi U.S.A. », tout comme le premier morceau de Changes One, n’a été intitulé ainsi qu’après coup (Mingus avait lu qu’il existait une prison sudiste avec une clôture électrique) et n’a que peu de rapport avec la composition qui, selon les souvenirs de Jack Walrath, s’appelait d’abord Jive Five, Floor Four parce qu’elle était basée sur une mesure 5/4.

« Orange Was the Colour of Her Dress Then Blue Silk » est un standard de Mingus des années 1960 qui, avec ses 17 minutes, est le pendant de « Sue’s Changes » du premier album. De longs solos, notamment de Pullen au début, alternent avec des improvisations collectives et des airs de ballades du ténor. Les changements de rythme rappellent « Ysabels Table Dance » dans Tijuana Moods, et comme là, le morceau se termine sur la ligne de basse de Mingus (jouée à l’archet). Le morceau n’a pas été enregistré de manière fragmentée, mais de manière cohérente, comme Mingus l’avait auparavant conseillé aux musiciens.

« Black Bats and Poles » (raquettes et cannes noires) est l’œuvre de Walrath, qui a les solos dans la première partie de ce morceau uptempo.

« Duke Ellington’s Sound of Love » est joué ici dans une forme plus compacte et avec un effectif plus important que dans « Changes One », avec en plus le trompettiste Marcus Belgrave et le chanteur Jackie Paris, qui récite un poème de Mingus, décrivant l’impression d’Ellington sur le jeune Mingus (et reprenant également l’une de ses métaphores d’auto-description préférées, le clown). Mingus avait d’abord espéré que Sarah Vaughn chanterait les paroles. Cependant, il avait enregistré le morceau avec son groupe dans une tonalité qui ne lui convenait pas, et Atlantic ne voulait pas payer pour d’autres enregistrements du groupe. Vaughn proposa de chanter avec son propre trio, ce qui fut également annulé.

« For Harry Carney » a été écrit par l’arrangeur Sy Johnson, avec lequel Mingus avait déjà collaboré auparavant (par exemple « Let My Children Hear Music ») (et qui a également arrangé ici « Duke Ellington’s Sound of Love »), à l’occasion du décès du saxophoniste et confident de longue date d’Ellington, Harry Carney (quelques mois après Ellington). Le ton mélancolique donné au début par la trompette se poursuit dans le solo de Mingus vers la fin du morceau. Wikipedia

                ————————–

Changes One:

  1. „Remember Rockefeller at Attica“ (Mingus) – 5:56
  2. „Sue´s Changes“ (Mingus) – 17:04
  3. „Devil Blues’“ (Mingus, Adams) – 9:24
  4. „Duke Ellington´s Sound of Love“ (Mingus) – 12:04

Changes Two:

  1. „Free Cell Block F, ´Tis Nazi U.S.A.“ (Mingus) – 6:52
  2. „Orange Was The Color of Her Dress, Then Blue Silk“ (Mingus) – 17:31
  3. „Black Bats and Poles“ (Walrath) – 6:20
  4. „Duke Ellington´s Sound of Love“ (Mingus) – 4:13
  5. „For Harry Carney“ (Sy Johnson) – 7:57

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez 139 autres abonnés

Traduire, translate, traducir, 翻译, תרגם ,ترجمة

Prochain post

9 octobre 2022
3 jours restants.

Archives

Commentaires récents

Bogosse76 dans Patrick Coutin – Co…
Lattlay Fottfoy dans Dogs – Walking shad…
Montigo Julio dans The Ethiopians – Engine…
maximemaillard dans Abbey Lincoln – Painted…
OC dans TC Matic- Choco

sur téléphone

Stats

  • 40 828 visites
©Copyright tous droits réservés disquesdumoi - 2015-2022
%d blogueurs aiment cette page :