Etta James – At last !

Poster un commentaire

25 septembre 2022 par OC


.CRITIQUE/

Sans aller dans les détails, on peut se poser cette question : et si cette chanteuse, née d’un blanc européen et d’une enfant noire américaine de 14 ans, synthétisait tous les aspects et contours de la musique américaine que l’on aime ?
En effet, cette voix lumineuse véhicule une histoire édifiante qui pourrait être le côté face d’une pièce, dont le côté pile serait occupé par Billie Holiday.

Ce disque d’Etta James est un remède à je ne sais quoi… et les frères Chess l’ont bien compris, en sortant en 1960 ce qui sera son 1er album et restera un chef-d’œuvre du genre à jamais.

Outre tous les prix et reconnaissances variés, « At last » est composé de reprises de soul, de blues et de jazz. Cet enregistrement met en valeur sa voix hors du commun, que le label Chess Record va magnifier en incluant un grand orchestre sur certains morceaux.
L
‘un des monolithes les plus envoûtants de la culture musicale américaine ! Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

full album……

At Last ! est le premier album studio de l’artiste américaine de blues et de soul Etta James. Sorti sur Argo Records en novembre 1960, l’album a été produit par Phil et Leonard Chess.

At Last ! a été classé à la 119e place du classement des 500 meilleurs albums de tous les temps de Rolling Stone. Il a été classé 62e meilleur album des années 1960 par le magazine Pitchfork.

Histoire
La version originale d’At Last ! était un LP 12 pouces composé de dix titres, cinq chansons sur chaque face du LP. Phil et Leonard Chess étaient convaincus que la voix de James avait un potentiel pop, et pour ce premier album, ils l’ont accompagnée d’arrangements orchestraux sur de nombreux titres. At Last ! a finalement donné naissance à quatre singles : « All I Could Do Was Cry », « Trust in Me », « At Last » et « My Dearest Darling ». L’album comprend également des reprises de standards pop et jazz, comme « Stormy Weather », « A Sunday Kind of Love » et « I Just Want to Make Love to You ».
En 1987, l’album a été publié pour la première fois par MCA/Chess, puis remasterisé numériquement et réédité sur disque compact en 1999 avec quatre titres bonus en duo avec Harvey Fuqua : « My Heart Cries », « Spoonful », « It’s a Crying Shame » et « If I Can’t Have You ».

Reprises
La chanson titre de l’album a été reprise par des artistes tels que Stevie Wonder, Beyoncé, Joni Mitchell, Leela James, Cyndi Lauper, Randy Crawford, Celine Dion, Connie Wilson et Christina Aguilera. « All I Could Do Was Cry » a été repris par Beyoncé et Gladys Knight & The Pips.

Une version en Simlish de la chanson titre a également été réalisée pour la bande-annonce de révélation du onzième pack de jeu des Sims 4, « My Wedding Stories ».

Accueil critique
Depuis sa sortie, At Last ! a été salué par de nombreux critiques musicaux. Stephen Cook, de AllMusic, a donné à l’album cinq étoiles sur cinq et, à propos de James, a écrit : « On entend la chanteuse à son apogée dans un programme swinguant et varié de blues, de R&B et de standards de jazz ». Cook a également fait l’éloge du matériel enregistré pour l’album, déclarant qu’At Last ! avait « un matériel solide tout du long ». Il a également déclaré que la voix de James « maîtrise parfaitement les standards de jazz comme « Stormy Weather » et « A Sunday Kind of Love », ainsi que le classique du blues de Willie Dixon « I Just Want to Make Love to You ». James fait preuve d’une grande facilité sur la chanson titre en particulier, car elle passe facilement d’un cri de blues puissant à un phrasé plus subtil et aérien ; son grognement de mauvaise fille inspiré de Ruth Brown ne fait qu’ajouter à l’intensité. « 

Le rédacteur de Rolling Stone s’est exclamé : « James s’est épanouie en une interprète ardente sur ce LP envoûtant ».

Réponse commerciale
At Last ! s’est hissé à la douzième place 12 au classement Billboard Top Catalog Albums [quand ?]. Parmi les singles de l’album, « At Last », « All I Could Do Was Cry », « Trust in Me » et « My Dearest Darling » se sont hissés respectivement aux numéros 2, 2, 4 et 5 du classement Billboard Hot R&B Songs. En tant que single, « At Last » a également été certifié or par la RIAA.


Jamesetta Hawkins, dite Etta James (25 janvier 1938 à Los Angeles, Californie – 20 janvier 2012 à Riverside, Californie), est une chanteuse américaine de jazz, soul, rock et rythm and blues.

Sa carrière s’étend sur six décennies. En 1960, elle connaît le succès avec sa reprise de At Last, écrite par Mack Gordon (en) et Harry Warren. Etta James a remporté six Grammy Awards et dix-sept Blues Music Awards (en).

En 2003, son album At Last ! figure à la 116e place dans la liste des « 500 meilleurs albums de tous les temps » (« 500 Greatest Albums of All Time ») établie par le magazine musical américain Rolling Stone. Lorsque le magazine publie la liste des « 100 plus grands chanteurs de tous les temps » (« 100 Greatest Singers of All Time ») en 2008, Etta James apparaît à la 22e place. ll s’agit aussi de la troisième femme du classement derrière Aretha Franklin qui figure première et Tina Turner à la 17e place.

Etta James est aujourd’hui considérée comme une pionnière du rock ‘n’ roll et de la musique pop contemporaine. Ses tubes At Last, Tell Mama, I’d Rather Go Blind et Something’s Got a Hold on Me sont devenus des classiques et sa voix rauque qu’elle impose dès les années 1950 ouvre la voie à Tina Turner, Janis Joplin, Mavis Staples ou plus récemment Adele, Amy Winehouse, Beth Hart ou Duffy.

Biographie
Jeunesse
Etta James est la fille de Dorothy Hawkins, une adolescente afro-américaine âgée de 14 ans à sa naissance, et d’un père d’origine européenne qu’elle n’a jamais connu. Elle est élevée par des nourrices et par les propriétaires de la pension dans laquelle sa mère loue un appartement. Elle s’initie au chant dès l’âge de 5 ans au sein des Echoes of Eden choir, la chorale de l’église baptiste Saint Paul de Los Angeles, dirigée par James Earle Hines.

Carrière musicale
Arrivée en 1950 à San Francisco, Etta James chante au sein du trio féminin The Creolettes. Elles sont découvertes en 1954 par le chef d’orchestre Johnny Otis, qui les emmène en tournée avec son orchestre. Il renomme le groupe The Peaches et donne à Jamesetta son nom de scène. Grâce à Otis, le trio enregistre Roll With Me, Henry pour le label Modern Records. Le disque sort sous le nom d’Etta James, les autres membres du groupe étant créditées en tant que choristes.

En 1960, elle signe avec le label Chess Records. Durant les années 1960, elle doit se battre contre sa dépendance à l’héroïne.

En 1969, la mort de Leonard Chess laisse Etta sans contrat. Elle épouse Artie Mills la même année.

Elle réapparaît dans les charts en 1973 avec All The Way Down. Après le relatif échec de Deep In The Night en 1978, elle enregistre deux ans plus tard Changes, produit par Allen Toussaint, puis disparaît des studios.

En 1989, elle tente un retour via le label Island Records avec l’album Seven Year Itch, suivi de Stickin’To My Gun l’année suivante, sur la pochette duquel elle apparaît déguisée en cow-girl du Far West.

Ce n’est qu’au début des années 1990 qu’elle commence à recevoir des prix majeurs tels que ceux des Grammy Awards ou de la Blues Foundation. Ses fils Donto et Sametto commencent à l’accompagner sur scène, respectivement à la batterie et à la basse.

En décembre 2011, son entourage annonce que la chanteuse est atteinte d’une leucémie en phase terminale. Le 20 janvier 2012, Etta James meurt des suites de sa leucémie, à l’âge de 73 ans, à l’hôpital de Riverside, Californie, entourée de ses fils Donto et Sametto James et de son mari Artie Mills.

Style musical et influences
Enfant, Etta James apprécie Johnny Moore, Charles Brown, Amos Milburn, T-Bone Walker et Billie Holiday, soit beaucoup le blues et un peu le jazz.

Durant sa carrière, le style musical de la chanteuse a évolué. Quand elle a commencé à enregistrer au milieu des années 1950, elle était vue comme une chanteuse de R&B. Après avoir signé avec Chess Records en 1960, James casse son image traditionnelle de chanteuse R&B pour se reconvertir dans le jazz.

Etta James est considérée comme l’une des meilleures chanteuses dans l’histoire musicale du blues et du R&B en Amérique. Dans des années plus récentes, James se situait entre le blues et le rock and roll. James a influencé beaucoup de musiciens américains comme Diana Ross, Christina Aguilera, Janis Joplin, Bonnie Raitt, Shemekia Copeland, Hayley Williams de Paramore, Rod Stewart, Elkie Brooks, Amy Winehouse, Paloma Faith, Joss Stone, Beth Hart et récemment Adele.

Hommages
Etta James reçoit de nombreux hommages durant les années 1990 et 2000. La Rhythm and Blues Foundation lui décerne le Pioneer Award en 1989. L’association de défense des droits civiques NAACP lui remet le Hall of Fame Award en 1990. Elle est introduite au Rock and Roll Hall of Fame en 1993, puis au Rockabilly Hall of Fame en 20019. La même année, la chanteuse est introduite au Blues Hall of Fame par l’association Blues Foundation14. En 2003, une étoile lui est dédiée sur le Walk of Fame d’Hollywood. Le magazine Billboard lui décerne le R&B Founders Award en 20069.

Etta James a remporté six Grammy Awards et dix-sept Blues Music Awards. La chanteuse reçoit le Grammy Award du meilleur album de jazz vocal en 1995 pour son album hommage à Billie Holiday, Mystery Lady: The Songs of Billie Holiday (en). En 2003, Let’s Roll (en) reçoit le Grammy du meilleur album de blues contemporain. En 2005, Blues to the Bone (en) est récompensé par le Grammy du meilleur album de blues traditionnel. En 2003, un Grammy Lifetime Achievement Award lui est décerné15. Sa reprise de At Last et sa chanson The Wallflower (Dance with Me, Henry) (en), sortie en 1955, sont introduites au Grammy Hall of Fame respectivement en 1999 et 2008.

En 2003, son album At Last! (en), sorti en 1961, figure à la 116e place dans la liste des « 500 meilleurs albums de tous les temps » (« 500 Greatest Albums of All Time ») établie par le magazine musical américain Rolling Stone17. Lorsque le magazine publie la liste des « 100 plus grands chanteurs de tous les temps » (« 100 Greatest Singers of All Time ») en 2008, Etta James apparaît à la 22e place Wikipedia

                ————————–
1 « Anything to Say You’re Mine »  – 2:37
2 « My Dearest Darling »  – 3:05
3 »Trust in Me » – 3:01
4 « A Sunday Kind of Love » – 3:18
5 « Tough Mary » – 2:27
6 « I Just Want to Make Love to You » – 3:08
« At Last »  – 3:02
7 « All I Could Do Was Cry » – 2:58
8 « Stormy Weather » – 3:10
9 « Girl of My Dreams » rendered as « Boy of My Dreams » – 2:25

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez 143 autres abonnés

Traduire, translate, traducir, 翻译, תרגם ,ترجمة

Prochain post

11 décembre 2022
5 jours restants.

Archives

sur téléphone

Stats

  • 42 164 visites
©Copyright tous droits réservés disquesdumoi - 2015-2022
%d blogueurs aiment cette page :