Miles Davis – In a silent way


  • CRITIQUE/

La où les « Filles du Kilimandjaro » décomplexait le jazz avec l’approche créative de Miles Davis, « In a Silent way » concocté l’année suivante passe à la moulinette tous les superflus !

Plusieurs choses font donc de cet album un disque novateur dans le jazz et dans la carrière de Miles, sans aller dans le sensationnel mais plutôt vers une musique introvertie qui se cherche tant au niveau des compositions que des sons.

La rencontre avec Joe Zawinul qui signe le titre éponyme de l’album, l’arrivée de John McLaughlin, celle de Chick Corea et de Dave Holland (qui avaient déjà fait une apparition dans les Filles du Kilimanjaro) apportent des sons électriques d’une manière épurée, là où le jazz évolutif du trompettiste avec son 2eme quintet avait ses limites.

Ce sont bien les prémices du Jazz-rock car tous les musiciens de ce disque créeront leur propre groupe à la suite de ces expériences avec Miles, Joe Zawinul et Wayne Shorter (Weather report), John Mc Laughlin (Mahavishnu orchestra), Tony williams (Lifetime), et Chick Corea (Return to forever).

L’introspection de cet opus déroule le tapis au prochain album qui scellera à jamais le style ! Ocollus

Full album……

————————–

Malgré le calme envoûtement de ses tempos, In a Silent Way a une portée révolutionnaire dans l’histoire du jazz : il introduit et popularise un nouveau style, le jazz électrique (ou jazz fusion ou jazz-rock), que Miles affinera dans son album suivant, Bitches Brew (1970).

La version originale est un disque LP constitué de quatre compositions organisées en deux longues suites, une sur chaque face. Miles Davis, comme à son habitude, s’est entouré de jeunes et brillants musiciens qui, plus tard, continueront leur carrière dans la même veine.

Si l’on compare ce groupe à celui qui s’affichait sur l’album précédent, on note l’arrivée du bassiste Dave Holland (en remplacement de Ron Carter) et surtout la participation de John McLaughlin et Joe Zawinul, dont la guitare et les claviers électriques donnent à l’album sa sonorité caractéristique et visionnaire. Joe Zawinul signe le titre qui donne son nom à l’album, « In a Silent Way ».

In a Silent Way est aussi le premier disque de Miles Davis où le producteur, Teo Macero, prend une place artistique importante, en dirigeant un savant collage et mixage d’extraits des prises originales (on entend clairement un point de montage, par exemple, sur le titre « In a Silent Way », à 9 min 10 s)

Macero : « L’une des rares fois où Miles (Davis) est venu au studio, c’était pour In a Silent Way. Je lui ai téléphoné et je lui ai dit: « Écoute, j’ai tout monté, j’ai mixé deux caisses de bandes – à peu près quinze ou vingt bobines par caisses -, je peux faire les coupures, je peux faire le montage… » (Imitant Miles:) « J’arrive. Je serai là. » »

— Collectif, Modulations, Editions Allia, 2004, p. 75
Citation

« John McLaughlin n’est guère rassuré lorsque est abordé en studio In A Silent Way, de Joe Zawinul. Miles trouve le morceau trop chargé et décide de tout jouer sur un accord pédale de mi majeur en confiant le premier exposé à la guitare. Il glisse à John McLaughlin : Joue-le comme si tu ne savais pas jouer. Tremblant de peur, observant Miles qui l’encourage du regard, le guitariste plaque alors le premier accord qu’apprend à jouer tout débutant, un mi majeur en première position avec cordes à vide. Partant de cet arpège, il égrène prudemment les notes de la mélodie, sans savoir que les bandes tournent déjà. Ainsi naquit l’ouverture rubato de In A Silent Way, frissonnante d’innocence et de dépouillement. »

— Franck Bergerot, Miles Davis, Introduction au jazz moderne, Seuil, 1996, p.169.

L’anecdote est à prendre avec prudence. Une première prise du morceau avait été faite où « in a silent way » était joué sur un rythme de « bossa nova ». (cf. « The complete in a silent way sessions » – disque 2 – plage 5). Wikipédia.

————————–

  1 « Shhh/Peaceful » (Miles Davis) – 18:16
2 « Shhh » – 6:14
3 « Peaceful » – 5:42
4 « Shhh » – 6:20
5 « In a Silent Way/It’s About That Time » (Joe Zawinul, Miles Davis) – 19:52
6 « In a Silent Way » (Joe Zawinul) – 4:11
7 « It’s About That Time » (Miles Davis) – 11:27
8 « In a Silent Way » (Joe Zawinul) – 4:14

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s