Bruce Springsteen – Nebraska

Poster un commentaire

15 août 2021 par OC


.CRITIQUE/

Sorti en 1982, après l’album « The river » premier succès de Bruce Sprigsteen aux États-Unis, le boss prend le large en s’isolant pour enregistrer ces 10 plages magnifiques qui forment cet album très personnel.

Je le confesse : je n’ai jamais été fan de Bruce Springsteen à cause de son côté trop électrique. J’aime le rock, le blues et le folk, mais pas quand tout est mélangé… Un peu comme pour BB King, je respecte l’artiste mais ce n’est pas mon truc, même si ce que représente le Boss pour l’Amérique populaire me touche évidement. Mais la découverte de cet album est un profond changement de ma perception du chanteur.

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? S’isoler et enregistrer seul sur un enregistreur cassette avec le moins d’instruments possible : chant, guitare et harmonica !
Born in USA aurait été pondu lors de cette session mais n’aurait pas été gardé, il sera le titre phare de l’album qui suivra…

Ce disque me fait aussi penser au disque « Joao Gilberto » où le guitariste de bossa est en pleine introspection et retourne à l’essentiel malgré sa notoriété.

Une disque émouvant. Ocollus

Cliquez pour écouter (ci-dessous)

full album……

Nebraska est le sixième album studio de Bruce Springsteen. Il est sorti le 20 septembre 1982 sur le label CBS Records, Columbia Records pour l’Amérique du Nord, et fut produit par Springsteen lui-même.

Cet album a la particularité d’avoir été enregistré sur un magnétophone à cassettes bon marché chez Bruce Springsteen lui-même, le 3 janvier pour la plupart des titres. Il assure la totalité des instruments apparaissant sur Nebraska (chant, guitare et harmonica).

Histoire

Après le formidable succès mondial de The River et de la tournée qui suivit, Bruce Springsteen a besoin de s’isoler, loin de la foule, des photographes et de la pression qu’implique son activité musicale. Avec Nebraska, Springsteen va prendre tout le monde à revers, tant ses admirateurs les plus fidèles que les critiques et journalistes rock les plus aiguisés.

Alors que dans les couloirs de Columbia, sa maison de disques, on murmure de plus en plus quant à la sortie d’un nouvel album studio avec le E Street Band, Springsteen, lui s’isole chez lui, dans le New Jersey et écrit plusieurs chansons qu’il enregistre aussitôt avec un ministudio 4 pistes Tascam 144 à cassettes, seulement accompagné d’une guitare acoustique et de son harmonica. Les morceaux seront réenregistrés avec l’ajout du E Street Band, mais Springsteen ne se déclarant pas satisfait du résultat, préfère garder les versions brutes et arides du premier enregistrement, de peur que les textes ne disparaissent derrière la musique.

Nebraska s’articule autour de plusieurs thèmes. On y trouve ainsi des chroniques sociales et politiques propres à Springsteen comme la chanson titre qui narre la randonnée sanglante de Charles Starkweather et Caril Ann Fugate dans les années 1950, ou encore Johnny 99, tragédie d’un homme brisé condamné à 98 ans de prison plus une autre année pour avoir tué un veilleur de nuit. Atlantic City, certainement la chanson la plus connue de l’album nous plonge au cœur de l’autre cité du jeu américaine (le pendant de Las Vegas, mais sur la côte est), d’un homme qui a perdu son travail, mêlé à la pègre et sans issue de secours dans la vie. On y trouve également le titre « Highway Patrolman » qui raconte les rapports humains entre deux frères, l’un étant voyou, l’autre policier. Cette chanson inspirera le film « The Indian Runner » de Sean Penn sorti en 1991.

En fait, la chanson la plus connue de l’album n’est pas ici. En effet, la version originale de Born in the U.S.A. a été enregistrée par Springsteen pour cet album mais finalement pas retenue. On retrouve cette interprétation dans la compilation 18 Tracks et on réalise mieux à son écoute l’énormité du contre-sens commis par Ronald Reagan en la choisissant comme hymne de sa campagne de réélection en 1984.

Il fut classé troisième dans les palmarès américains et britanniques. En France, il se classa à la 18e place des meilleures ventes de disques. Wikipedia

————————–

1. Nebraska – 4:31
2. Atlantic City – 4:00
3. Mansion on the Hill – 4:08
4. Johnny 99 – 3:42
5. Highway Patrolman (en) – 5:40
6. State Trooper – 3:17
7. Used Cars – 3:10
8. Open all Night – 2:58
9. My Father’s House – 5:07
10. Reason to Believe – 4:08

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez 120 autres abonnés

Traduire, translate, traducir, 翻译, תרגם ,ترجمة

Prochain post

12 septembre 2021
Le grand jour est arrivé.

Archives

Commentaires récents

OC dans Patrick Coutin – Co…
Bogosse76 dans Patrick Coutin – Co…
Lattlay Fottfoy dans Dogs – Walking shad…
Montigo Julio dans The Ethiopians – Engine…
maximemaillard dans Abbey Lincoln – Painted…

sur téléphone

Stats

  • 34 022 visites
©Copyright tous droits réservés disquesdumoi - 2015-2021
%d blogueurs aiment cette page :